Fallait-il se réfugier
dans une caverne,
comme au Sinaï,
pour surprendre
dans le creux d’un silence
un fin murmure
plus audible que
bourrasques et tempêtes

Fallait-il, comme Jonas,
se faire avaler
par un monstre marin.
Renaître
dans son ventre maternel,
accepter de partir,
bon gré, mal gré
vers ce qui dérange.

Fallait-il avoir comme Marie
l’oreille assez fine
pour entendre
l’Annonce de la Parole.

Hier n’est plus.
Dieu ne parle plus.
Aurait-il disparu.

 Ou bien,
serait-il  là,
chaque fois qu’un visage
ne nous est pas indifférent.

Serait-il  là,
lorsque la clameur
du pauvre et du malheureux
fait germer de tous les continents
une véritable humanité.

Jacqueline Casaubon
Mai 2016

CatégoriesNon classé

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.