Prostituées au Maroc

J’ai vu le film Much loved du Marocain Nabil Ayouch. Quatre prostituées endurent un sort très difficile. L’une d’entre elles est frappée par un homme qui n’accepte pas son homosexualité. Le réalisateur dénonce toute une hypocrisie. La spécialité des héroïnes est le riche Saoudien qui dépense sans compter et consomme de l’alcool lors de fêtes qui durent tout une soirée. A ce titre, les Français sont considérés comme radins. L’hypocrisie règne aussi chez les Marocains. Une des quatre est en butte à l’hostilité de sa famille qu’elle subventionne pourtant. Enfin les policiers sont corrompus.

Le film est loin de sombrer dans le misérabilisme. Les prostituées, en tant que colocataires, ont des échanges vifs et savoureux. Elles s’entraident. Celle qui est battue est en quelque sorte vengée par une autre.

Ce film, par sa franchise, s’est attiré la censure au Maroc. Pour nous Français, il reste une occasion de réfléchir. En effet, un enfant avoue avec réticence qu’il s’est prostitué avec un de nos compatriotes. La pauvreté des Marocains est en cause mais la demande vient de notre côté. Que peut-on faire ?

Marie-Hélène Terrier

Billet du dimanche 11 octobre 2015

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.