Que faire des migrants ?

Ces gens qui s’embarquent sur les mers dans l’espoir d’une vie meilleure ne peuvent pas me laisser indifférent. Ce sont des enfants de Dieu, donc des frères.

Je n’ignore pas la gravité du problème : je ne peux oublier que, d’années en années plus nombreux, ils prennent des risques inouïs et créent des tensions où ils aboutissent, y multipliant les problèmes sociaux et sécuritaires, y alimentant l’extrémisme, y suscitant une mauvaise conscience diffuse.

Impossible pour les états de ne pas chercher à maitriser ce mouvement; irresponsable pour les citoyens de se déculpabiliser en réclamant toujours plus de prise en charge.

Que sera l’avenir ? Le monde sera-t-il une foire d’empoigne, chacun cherchant à s’installer où il veut ; chaque pays se protégeant comme il peut ? Laissera-t-on encore des dirigeants pousser leur peuple à l’exil par incompétence, accaparement des richesses, goût de la guerre, prosélytisme, laxisme dans le contrôle de la natalité?

Qui est prêt à accepter une libre installation générale de chacun ? Une mise en cause de la responsabilité des pays pour définir librement leur politique d’immigration ? Une obligation pour ceux qui sont les mieux gouvernés ou les plus favorisés de partager les fruits de leur richesse ?

Faudra t-il un conflit mondial entre riches et pauvres pour amener la communauté internationale à s’organiser pour maitriser le problème ?

Le pape François a eu raison de s’émouvoir de la situation mais il n’a pas prolongé sa réflexion.

C’est à nous de le faire.

Jean de Savigny

Billet du 21 juin 2015

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *