Q

Quelques nouvelles de la rentrée au Centre pastoral

Le 26 septembre put se réunir une assemblée communautaire, nombreuse, chaleureuse et assez sereine malgré les gestes barrière et les agitations de nos « climats »… L’assemblée a consacré une large place à l’activité du Centre pastoral à travers les pôles, pour manifester ce qui est en construction, les questions en chantier : transversalité, coresponsabilité, dynamisme dans un climat plus confiant : l’avenir se dégage… 

Auparavant ont été évoqués les changements, avec un esprit évangélique et dans un large souci ecclésial. Car en avril dernier, Alexandre Denis, curé de Saint-Merry et responsable du Centre Pastoral, a annoncé qu’il abandonnait cette dernière fonction, trop lourde compte tenu de ses autres responsabilités.
Après réflexion de l’équipe pastorale avec Alexis Leproux, Vicaire général, et Jean-François Petit, a émergé le projet d’un tandem, prêtre (JF Petit, vicaire) – laïc/laïque, pour porter avec l’EP la responsabilité de la communauté, solution validée lors de la Voix au chapitre du 8 septembre. L’EP a pressenti comme personne laïque de ce binôme Elena Lasida, pilier de la communauté, ancien membre de l’EP, actuellement chargée de la mission « Écologie et société » à la Conférence des évêques de France – et ce pour la durée d’une année (le mandat de vicaire de Jean-François Petit se termine en août 2021).

Elena

Vu sa disponibilité, Elena a proposé : 
– de faire un travail de fond avec l’équipe pastorale (discernement, relecture, conseil) et d’examiner des propositions pour l’avenir (écologie, place des femmes, des ministères). 
– de fortifier la gouvernance du Centre pastoral en respectant ses fondamentaux, particulièrement le principe de coresponsabilité, et en veillant à l’harmonie dans les relations avec le curé. 

Cette période semble donc ouvrir une phase transitoire de la vie du Centre pastoral. C’est pourquoi il a été jugé que les élections prévoyant le renouvellement de certains membres de l’EP (les Pépin, Bruno de Benoist), prévues dès la fin 2020, devraient être repoussées au 2e trimestre 2021 pour prendre le temps de travailler sur les modes de fonctionnement futurs.

Désormais et pour un temps, l’entrée dans le confinement nous oblige à des échanges à distance, plus difficiles à vivre, mais porteurs de nouvelles pratiques à explorer.

Marguerite Rousselot

CatégoriesSaint-Merry

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.