4 évangélistes Icônes. Saint Basile Moscou ©fc

Réflexions pour ce dimanche 23 avril 2017

Il est un débat récurrent entamé par des visiteurs de Saint-Merry, celui de la validité du témoignage apostolique : « tout ce que vous croyez n’est qu’histoires et balivernes car vous n’avez ni témoins dignes de foi ni écrits probants, ayant écarté ceux qui ne vous convenaient pas ». Pour un esprit rationaliste, il n’y a de preuve que d’un certain événement, à une époque à peu près précise, qui a effrayé et désespéré les disciples d’un certain Jésus avant de les rassembler et de les entendre s’exprimer avec force et assurance. À ce constat, qui n’est pas rien, qu’ajouter ? Professer ma foi, don de Dieu reçu avec gratitude, et nourrie des témoignages évangéliques scrutés dans l’intelligence.

J’inclus ce désaveu du témoignage dans l’histoire récente et actuelle, cruelle et douloureuse, de la perversion de la parole, du discours, dénaturés par les assauts conjugués de la communication, de la publicité, de la propagande, et ce, depuis l’ »agit prop » révolutionnaire jusqu’aux fake news d’aujourd’hui. Que faire ? Politiquement, sans doute aucun, accepter la complexité du monde, thème développé par Laurence Cossé dans La Croix du 12 avril dernier, dénoncer les vérités falsifiées, les paroles dévoyées, écouter avec attention, tolérance, faculté d’étonnement et discernement, les murmures du monde et non les diktats des hiérarques, populistes, esprits binaires.

Ce procès de la vérité est toujours d’actualité comme il est toujours requis de témoigner avec intelligence et respect, de prendre parti. Il n’y a pas d’homme providentiel ; par contre si nous coupons le son de tout ce tintamarre nous pouvons entendre les prophètes et les mystiques, d’hier et d’aujourd’hui, témoins nourris de silence, de solitude et de désir de Dieu, instruits de sa miséricorde amoureuse.

Catherine Charvet

Billet du dimanche 23 avril 2017

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *