Résolutions

Après le temps, parfois un peu stressant, des cadeaux de Noël, voici celui, non moins éprouvant, des bonnes résolutions du nouvel an ! Exercice difficile, souvent légèrement culpabilisant quand nous nous penchons rétrospectivement sur le cimetière bien rempli des bonnes résolutions des années précédentes restées lettre morte. Alors, un petit coup d’auto-flagellation ? Faiblesse, mollesse, manque de volonté… suivi d’un sursaut de volonté et d’un petit coup de bombage de torse : c’est sûr, ça va changer, croix de bois, croix de fer, cette année je vais tenir mes bonnes résolutions !

Et si nous faisions fausse route ? S’il nous fallait plutôt revenir à l’étymologie du mot résolution, du latin « resolvere » : résoudre, délier… S’il s’agissait de faire preuve de discernement plutôt que de volontarisme ? S’il s’agissait de trouver en nous les nœuds à délier, les questions à dénouer, les blessures à laver ? En nous ? Avec nos familles et nos proches ? Au travail ? Dans nos communautés de vie ? Au risque de produire de beaux fruits inattendus, de nous laisser emmener là ou ne pensions pas aller… au lieu de suivre la route bien balisée, sans surprise et un peu ennuyeuse des bonnes résolutions ?

Et à Saint-Merry, n’avons-nous pas besoin de résolution ? Si, en ce début d’année, nous nous souhaitions de savoir dénouer, délier, laver… au risque qu’une belle équipe pastorale, résolue, surgisse de cet exercice de résolution ?

Didier Peny
Billet du dimanche 10 janvier 2016

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.