Réveillez-vous ! Appel à soutenir le pape François

Réveillez-vous et répondez à l’appel qui vous est adressé en vue de la deuxième session du synode sur la famille. Nous, signataires de cet appel, invitons nos frères dans la foi à s’exprimer nombreux. Ce temps est favorable à l’Évangile, il revient aux croyants d’en prendre conscience.

Des voix ont surgi ces dernières semaines en faveur du pape François… Nous vous convions à rejoindre une pétition, soutenue par des personnalités, engagées dans l’Eglise et pour certaines, responsables de grands mouvements.

😆  N’hésitez pas à mettre sur vos réseaux sociaux ou à envoyer par mail le lien vers cet article.

Pour signer cet appel, cliquez ici.

 » Alors que des cardinaux n’hésitent pas à s’engager dans les sortes de tournées internationales pour contrer les initiatives du pape François, en particulier autour des situations familiales, 25 hommes et femmes, intellectuels catholiques, dirigeants de grand mouvements, joignent leur voix pour appeler au soutien du pape François. TC est heureux de relayer leur appel et de le faire connaître.

L’élection du pape François a suscité un réveil des espérances chrétiennes dans le renouveau de l’Église, sensible bien au-delà du monde des pratiquants.
Or, maintenant, on peut se demander si le peuple catholique, d’abord surpris de voir apparaître à Rome un pape prophétique, ne tarde pas à répondre à ses invitations. Beaucoup de catholiques peinent à comprendre l’ampleur et la nouveauté de ce qui leur est proposé.
Nous voulons espérer que ce constat est exagéré. Pour sortir de la passivité, nous avons besoin d’une prise de conscience de l’ampleFrançoisur du sursaut appelé par ce pape et de la nouveauté qu’il apporte. Car cet homme devenu évêque de Rome ose affronter des questions sensibles qui touchent la vie des croyants, il appelle l’ensemble des fidèles à prendre la parole, à oser dire ce qu’ils vivent, quels malaises ils ressentent à l’écoute de certaines paroles stéréotypées.

Pour nos démocraties quelque peu usées, voilà un pape prophète qui n’a pas peur d’écouter le peuple des croyants et qui outrepasse ainsi les espoirs du jeu démocratique habituel. On se place pleinement ici dans la collégialité proposée par Vatican II et le souffle de l’Esprit qui en a permis l’audace et l’élaboration.
Insistons sur cette réalité inouïe : sur l’ensemble des problèmes concernant la famille et qui se posent aux chrétiens immergés dans la société sécularisée, chacun est appelé, s’il le veut, à s’exprimer. Le collège synodal convoqué par le pape est invité à écouter ces voix qui viennent du peuple des croyants et à dialoguer avec elles ! Tout se passe comme si une vérité essentielle était redécouverte : c’est que les croyants et leurs communautés peuvent compter sur les lumières de l’Esprit donné à l’Église pour faire face à des situations nouvelles.

Nous osons leur dire : réveillez-vous et répondez à l’appel qui vous est adressé en vue de la deuxième session du synode sur la famille. Nous, signataires de cet appel, invitons nos frères dans la foi à s’exprimer nombreux sur ce qui leur est proposé par le pape François. Les Églises locales sont associées à un travail de discernement ; elles sont invitées à ne pas craindre le dialogue. Ce temps est favorable à l’Évangile, il revient aux croyants d’en prendre conscience.

Participer, c’est déjà, en soi, une belle approbation du renouveau de la vie chrétienne auquel le pape nous convie. Dire ce que peut-être nous osions à peine penser, contribuer au renouvellement du langage de la foi, notamment sur les réalités familiales, appuyer les paroles et les gestes d’ouverture de notre pape, ce sera notre manière de participer à une réelle renaissance de l’Église. Et, sachons-le, notre abstention, notre passivité, poussent l’Église à s’éloigner de la lumière de l’Évangile du Christ.

Le Synode d’octobre 2014, à travers ses débats, ses tensions et ses hésitations, a manifesté une dynamique qui ne doit pas s’interrompre. Il ne s’agit pas de bouleverser la doctrine catholique. Il s’agit de participer à ce travail de discernement aussi commun que possible, en vue de relever tous « les défis de la vie familiale dans le contexte de la nouvelle évangélisation « .

Signataires

Guy AURENCHE : avocat honoraire
Catherine BILLET : déléguée générale de Pax Christi
Jean-François BOUTHORS : écrivain et journaliste
Pierre CHAMARD BOIS : membre de la Mission de France
Guy COQ : philosophe
Jean-Noël DUMONT : président de l’association des philosophes chrétiens
Véronique FAYET : présidente du Secours catholique
Bertrand GALICHON : président du Centre catholique des médecins de France
Sylvie GERMAIN : écrivaine
Catherine GREMION : sociologue
Jean-Claude GUILLEBAUD : essayiste
Monique HEBRARD : écrivaine et journaliste
Francis JACQUES : philosophe
Elena LASIDA : économiste
Françoise LE GALLIOT : secrétaire générale de l’Action catholique des femmes
Maryse LEPEE : présidente d’« Aux Captifs, la libération »
Bertrand OUSSET : président de la Société de Saint Vincent de Paul
Marc Olivier PADIS : Directeur d’Esprit
Françoise PARMENTIER : présidente de Confrontations
Christine PEDOTTI : écrivaine
Bertrand REVILLON : éditeur
Yves ROULLIERE : éditeur
Jean Louis SCHLEGEL : sociologue des religions
François SOULAGE : président de Chrétiens en Forum
Anne SOUPA : présidente de la Conférence catholique des baptisé-e-s de France
Nathalie SARTHOU-LAJUS : rédactrice en chef adjointe d’Études
Paul THIBAUD : philosophe
Gilles VERMOT-DESROCHES : président des Scouts et Guides de France
Denis VIENOT : secrétaire général de Justice et Paix France
Jérôme VIGNON : président des Semaines sociales

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.