©fc

Routes et déroutes

Je me rends compte que c’est souvent dans un léger écart des routes bien tracées et rassurantes ... que Dieu me fait signe, se laisse deviner à travers des rencontres imprévues. Et me vient alors le regret de ne pas oser de vrais grands écarts… jusqu’à risquer la déroute ?

Il y a quelques années, revenant de vacances dans les Pyrénées et ne connaissant pas Lourdes, je décide d’y faire une petite halte, moitié en touriste, moitié pour prier. Le mélange de bondieuseries, de souffrances et de foi (à faire des miracles) crée bientôt en moi un malaise, m’oppresse, me rend incapable de toute prière et je repars mécontent de moi, empreint d’un sentiment de rendez-vous manqué. Sans doute parce qu’on ne vient pas à Lourdes en touriste et sans raison, peut être même avec un esprit légèrement supérieur et caustique, mais poussé par une nécessité intérieure ou le service de l’autre, faible et souffrant ?

Reprenant la route, je m’arrête peu après dans un restaurant d’autoroute impersonnel. Nous étions trois, côte à côte, chacun devant son plateau, qui plongé dans son journal, qui dans ses pensées, quand ma voisine nous dit à moi et à son voisin : ne trouvez vous pas que c’est un peu bête et triste de manger en silence tous les trois, côte à côte ? Et ce fut le départ d’une longue conversation en profondeur, d’échanges en vérité sur nos vies si diverses et d’une vraie rencontre.

Et j’ai repris la route, en retard mais tout guilleret, certain d’avoir entr’aperçu un des visages de Dieu dans cette rencontre.

Je me rends compte que c’est souvent dans un léger écart des routes bien tracées et rassurantes de mon travail, de ma famille, de mon milieu social que Dieu me fait signe, se laisse deviner à travers des rencontres imprévues. Et me vient alors le regret de ne pas oser de vrais grands écarts… jusqu’à risquer la déroute ?

Didier Peny

Billet du dimanche 28 février 2016

5 Commentaires

    • Et si Claudel (Paul) avait raison ?
      « Faut-il penser que ces statues impersonnelles, si elles ne rassasient pas la dévotion, du moins elles ne lui font pas d’obstacle, elles n’interposent pas entre Dieu et nous la gênante personnalité de l’artiste ? Faut-il croire […] que par leur laideur même elles sont plus propres à nous parler de la Beauté incommunicable ? Là où l’homme, fût-ce un homme de génie, tient plus de place, il y a moins de place pour Dieu ».
      Si Claudel a raison, un peu d’humilité ne ferait pas de mal à notre foi « pure » et aristocratique d’intellectuels de gauche.

  • Cher ami saintmerrien,
    (vous avez changé d’adresse, abandonné noos.fr et mon essai de « léger écart » me ramène sur l’autoroute du site. Paresseusement je copie ce que je vous adressais en particulier):
    J’ai bien aimé votre billet sur la feuille de chants de dimanche dernier:
    Je ne suis jamais allé à Lourdes, je ne souhaite pas vraiment y aller, mais je pense que je régirais comme vous si j’y « passais », essayant aussi de combattre « un esprit légèrement supérieur et caustique ». J’aime bien le ton avec lequel vous racontez cette expérience. Quant à l’aventure qui suit , elle me plaît bien, j’en ai vécu de semblables et ça m’encourage à tenter le coup de nouveau si l’occasion se présente. Ce n’est pas tant la déroute que je crains, mais plutôt le « flop », mais ça ne serait pas très grave. Et comme c’est un peu bête de faire partie de la même communauté (j’y suis depuis 1981) sans être capable de mettre un visage sur votre nom (j’ai réclamé cent fois un trombinoscope pour ceux qui le souhaitent) j’ai cherché votre adresse dans un vieux listing et je vous envoie ma réaction en faisant un léger écart,…sans passer par le site!
    À un de ces prochains dimanches, j’espère (parka et chapeau noir, lunettes, barbe grise de 3 jours, je vais peut-être aller lundi procain à la préparation du dimanche 13 )

  • étrange comme si le génie de l’Homme pouvait enlever de la place à Dieu,
    Il me semble que c’est le contraire…
    Il ouvre la porte

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *