S

Sabeel et l’extrémisme religieux au Proche-Orient

Sabeel (le chemin et la source d’eau vive en arabe) est un mouvement oecuménique de théologie de la libération réunissant des chrétiens de Palestine. S’inspirant de la vie et de l’enseignement de Jésus-Christ, cette théologie cherche à fortifier la foi des chrétiens palestiniens, à promouvoir l’unité entre eux, à les aider à agir pour la justice et l’amour. Sabeel s’attache à développer une spiritualité basée sur la justice, la paix, la non-violence, la libération et la réconciliation chez les diverses communautés nationales ou de foi.
Elle s’efforce aussi de développer dans l’opinion internationale une conscience plus claire de l’identité, de la présence et du témoignage des chrétiens palestiniens, ainsi que de tout ce qui les concerne aujourd’hui.
Il est curieux et navrant de constater, en effet, que si les Eglises occidentales, dont l’Eglise de France, appellent régulièrement et à juste titre à la solidarité envers les chrétiens d’Orient (Syrie, Irak, etc.), victimes de tragédies, elles sont moins promptes à soutenir les chrétiens de Palestine, qui sont pourtant confrontés depuis des décennies, au même titre que leurs frères et soeurs musulmans, à l’arbitraire et à l’injustice de l’occupation et de la colonisation israéliennes. Ce « deux poids-deux mesures », dont les raisons demandent à être élucidées, indigne les croyants avides de justice et de paix que nous sommes. Il doit être combattu avec détermination par un surcroît de communication et d’explication.

Le numéro 76 de la revue du Centre oecuménique de théologie de la libération Sabeel rend compte de la 10e conférence internationale de Sabeel qui s’est tenue à Bethléem du 7 au 13 mars 2017, sous l’intitulé « Balfour et l’extrémisme religieux ».
A lire dans ce numéro plusieurs articles importants :
– « Combattre l’extrémisme religieux », par le révérend Naim Ateek, cofondateur de Sabeel Jerusalem et actuel président du Conseil de Sabeel ;
– « La déclaration Balfour : contexte historique », par le Dr Peter A. Shambrook, auteur de « L’impérialisme français en Syrie, 1927-1936 » (Ithaca Press, 1998), consultant Histoire du Projet Balfour (www.balfourproject.org) ;
– « Le fondamentalisme islamique et le conflit israélo-palestinien », par la Dr Ghada Karmi, chercheur attachée à l’Institut d’études arabes et islamiques à l’université d’Exiter (Royaume-Uni) ;
– « De l’extrémisme juif », par Mme Sahar Vardi, engagée au côté des antimilitaristes israéliens (groupe New Profile), coordonnatrice du programme en Israël des Quakers américains pour la promotion de la paix et des droits de l’homme basé à Jérusalem ;
– « Approche du sionisme chrétien », par le Dr Robert O. Smith, directeur du Jerusalem Global Gateway, professeur au département de théologie de l’université Notre-Dame à Indiana (Etats-Unis d’Amérique) ;
– « Réflexions post-conférence », par Adam Keller, journaliste israélien, militant pour la paix, cofondateur de Goush Shalom (Bloc de la Paix).

Laurent Baudoin

www.sabeel.org
www.amisdesabeelfrance.blogspot.fr : vous y trouverez la « vague de prière » de Sabeel, témoignage vivant d’une communication non-violente.
fred.lucas@orange.fr

CatégoriesNon classé

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.