Unsplash - By Nitish Meena

Salut ?

Terrorisme, réchauffement climatique, injustices, tensions internationales, état d’urgence, montée du populisme. Et la liste n’est pas close. Au lendemain du 13 novembre, comme nombre de mes concitoyens, je m’interroge sur le devenir du pays, de l’Europe, de la planète. Guère de place dans ce marasme pour une parole salutaire.

C’est pourtant l’Avent, un temps d’attente. Attendre !… S’attendre à quoi ? Attendre quoi ? Horizon bouché ! Attendre le Sauveur, disent les chrétiens. L’homme providentiel qui nous sauverait in extremis du désastre ? Laissons ce fantasme aux démagogues. Le Salut, c’est autre chose.

Le Salut, ça a commencé petit : un môme qui braille dans une mangeoire. Mais plus tard son cri bouleversera la conscience qu’ont les hommes de leur devenir commun. Aimez-vous, nous dit-il, aimez-vous, c’est le seul moyen de vous en sortir, d’être sauvés.

Bonne nouvelle ! Cette parole – l’Évangile – nous rappelle que nous sommes appelés à vivre heureux, ensemble. C’est possible ici et maintenant ! À condition de renverser nos préjugés, nos peurs. Une parole qui depuis plus de 2000 ans continue de se frayer un chemin à travers toutes les épreuves que l’humanité s’est infligées.

Le vent souffle fort sur ce vieux monde qui n’en finit pas de mourir. Mais je sais que le vent continuera de souffler sur le nouveau, qui est à naître.

Et vous, dans le frimas actuel, vous le sentez dans votre dos ce souffle bienfaisant de Dieu ? Voire, et si nous-mêmes étions des souffleurs de Dieu ?

Salut !

Laurent Seyral

Billet du dimanche 6 décembre 2015

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.