Servir

le Fils de l’homme
n’est pas venu pour être servi,
mais pour servir

Dimanche 21 octobre 2018

PREMIÈRE LECTURE (Is 53, 10-11)
« S’il remet sa vie en sacrifice de réparation,
il verra une descendance, il prolongera ses jours »
PSAUME (Ps 32 (33), 4-5, 18-19, 20.22)
Que ton amour, Seigneur, soit sur nous
comme notre espoir est en toi !
DEUXIÈME LECTURE (He 4, 14-16)
« Avançons-nous avec assurance
vers le Trône de la grâce »
ÉVANGILE (Mc 10, 35-45)
« Le Fils de l’homme est venu
donner sa vie en rançon pour la multitude »

Mot d’accueil

Bonjour à toutes et à tous, à chacune et à chacun, les habitués du Centre pastoral, celles et ceux qui nous fréquentent occasionnellement, celles et ceux qui sont venus pour la première fois, et que nous sommes heureux d’accueillir. Vous serez peut-être surpris de notre manière de célébrer, peut-être enthousiasmés, peut-être interloqués, peut-être choqués. Mais c’est bien le même Seigneur Jésus Christ qui nous rassemble, au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit. Et nous serons ravis de venir à votre rencontre à l’issue de notre célébration pour échanger avec vous. Les textes du jour sont difficiles. L’image du serviteur souffrant et du grand prêtre éprouvé en toute chose, à qui cela parle-t-il vraiment aujourd’hui ? Plus fondamentalement, ces textes sont difficiles parce qu’ils opèrent un renversement de l’ordre établi, que nous avons du mal à admettre : le plus grand, ce n’est pas celui qui commande, mais celui qui sert. Alors Jésus nous place devant un choix : quémander une meilleure place ou se mettre librement à la place du serviteur ? Seigneur, que veux-tu que je fasse ? C’est aujourd’hui la journée mondiale des missions. C’est également le synode de la jeunesse. Le pape François nous dit que « La mission n’est pas n’est pas une partie de ma vie ni un ornement que je peux quitter, ni un appendice, ni un moment de l’existence. Elle est quelque chose que je ne peux pas arracher de mon être si je ne veux pas me détruire ». Il nous dit aussi : « Chaque être est infiniment sacré et mérite notre affection et notre dévouement. C’est pourquoi si je réussis à aider une seule personne à vivre mieux, cela justifie déjà le don de ma vie ». Dans notre société qui juge trop souvent les hommes et les femmes à l’aune de leur « utilité », de ce qu’ils rapportent ou qu’ils coûtent à la société, voilà un choix fondamental qui nous interpelle. Seigneur que veux-tu que je fasse ? Dimanche dernier, nous avons tenu l’assemblée de notre Communauté. Nous avons parlé de gouvernance, de relations entre prêtres et laïcs. Il a donc été question de pouvoir et de service, dans un équilibre qui reste toujours à inventer. Mais lundi, nous n’étions que 3 personnes à la préparation, James, Claire et moi. Nous avons tous insisté lors de l’assemblée générale sur la qualité de nos célébrations, sur l’importance de la préparation, mais combien font ce service à la Communauté de venir, ne serait-ce qu’une fois par an, à la préparation ? Encore une question fondamentale posée à chacun d’entre nous. Seigneur, que veux-tu que je fasse ?

Introduction au partage en petits groupes

Nous avons chanté « Seigneur, que veux-tu que je fasse ? », mais la question posée par Jésus dans l’Évangile n’est pas tout à fait la même : « Que voulez-vous que je fasse pour vous ? ». Comme toujours, Jésus n’impose pas de solution, mais nous laisse libre, libre de nos choix. Alors qu’attendons-nous de Jésus ? Qu’il résolve tous nos problèmes ? Qu’il nous mette en avant quand nous pouvons subir vexations ou humiliations ? Ou alors, qu’il nous aide à découvrir la valeur du service, du don de soi, de l’humilité, de découvrir la grandeur de l’abaissement par lequel il est lui-même passé ? Comme cette question n’est pas évidente, nous vous proposons d’échanger en petit groupe, en 6×6. Comment répondons nous à cette question de Jésus : « Que voulez-vous que je fasse pour vous ? »

Vincent Moreau

 

Tags from the story
, ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.