©fc

Si vous aviez de la foi !

Dimanche 6 octobre 2019

PREMIÈRE LECTURE  (Ha 1, 2-3 ; 2, 2-4)
« Le juste vivra par sa fidélité »
PSAUME  (Ps 94 (95), 1-2, 6-7ab, 7d-8a.9)
Aujourd’hui, ne fermez pas votre cœur,
mais écoutez la voix du Seigneur !
DEUXIÈME LECTURE  (2 Tm 1, 6-8.13-14)
« N’aie pas honte de
rendre témoignage à notre Seigneur »
ÉVANGILE  (Lc 17, 5-10)
« Si vous aviez de la foi ! »

Accueil

Bonjour à toutes et à tous. Bienvenue aux habitués du Centre pastoral, et bienvenue à celles et ceux qui sont de passage pour célébrer avec nous une même foi dans le Christ mort et ressuscité. Nous sommes rassemblés au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit. C’est peu dire que les textes du jour nous ont posé de grandes difficultés.
A la question qui est posée par les apôtres « Augmente en nous la foi », Jésus répond par une parabole rude, qui dit que nous sommes de simples serviteurs qui ne doivent faire que leur devoir avant d’avoir accès au banquet. Et encore, nous n’avons pas repris la traduction qui parle de serviteurs inutiles…
Si nous avons eu autant de difficultés avec ces textes, c’est qu’ils nous parlent d’obéissance. Voilà bien une notion qui nous dérange. Nous sommes tellement attachés à notre libre arbitre que nous avons du mal à obéir à quelque chose, et encore plus, à quelqu’un d’extérieur, fût-il Dieu.
Mais les textes du jour insistent et nous disent qu’il faut obéir et qu’il faut faire son devoir. Et Paul laisse même entendre qu’il faut être fidèle aux enseignements de l’Eglise, ce qui achève notre malaise, nous, qui, à Saint-Merry, avons du mal avec tout ce qui s’apparente à un magistère.
Écartons tout de suite un malentendu. Obéir, ce n’est pas la servilité, mais au contraire se mettre à l’écoute de la parole de Dieu, à l’écoute de ce que Dieu dit à chacun et à chacune de nous et qui nous fait vivre.
Alors, au fur et à mesure de notre échange lors de la préparation, deux idées nous sont apparues.
L’obéissance renvoie d’abord et avant tout à une forme de confiance que nous plaçons dans Jésus. Jésus lui-même n’a-t-il pas été obéissant jusqu’à la mort du fait de la confiance qu’il plaçait dans son Père ?

Ensuite, cette obéissance n’est possible que parce que les dons de la foi, de l’espérance et de la charité ont été placés dans notre cœur au moment de notre baptême et que l’Esprit habite en nous. La foi a donc été déposée en nous. L’obéissance qui est attendue de nous implique de comprendre la Parole, d’y adhérer et transmettre ce qui nous a été confié et dont nous sommes les dépositaires.
Alors, passons toute de suite à la première étape : écoutons la Parole et essayons de la comprendre.

Envoi

Nous avons écouté la Parole. Peut-être l’avons-nous comprise, avec notre intelligence ou avec notre cœur ?
Nous nous sommes approchés de la table du Seigneur et nous avons communié à son corps et à son sang, ce qui manifeste notre adhésion à lui. Par la grâce de cette Parole reçue et partagée, par le sacrement de l’Eucharistie, notre foi a augmenté.
A nous maintenant de transmettre cette foi auprès de nos frères en étant leurs serviteurs.

Vincent Moreau
Tags from the story
, ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.