©fc

« Snow therapy » ?

L’auteur fustige une famille centrée sur elle-même et adepte de la société de consommation. Cependant, s’il a raison de massacrer l’individualisme contemporain, sa position est plus sujette à caution lorsqu’il prône une autre forme d’individualisme, celle qui consiste à faire fi de toute famille.
©fc
©fc

J’ai vu Snow therapy, le film du Suédois Ruben Öslund. Une famille de Suédois aisés passe ses vacances à skier dans une station des Alpes françaises. Lors d’un déjeuner sur une terrasse face à la montagne, une avalanche s’approche de très près des clients. Le père de famille prend son téléphone portable et s’enfuit avec tout le monde tandis que la mère reste avec les enfants. Le père revient quand tout se calme. Pendant tout le film, la femme interpelle son mari en face à face ou surtout en présence d’autres couples suédois. Il se réfugie dans le déni. Finalement, le couple trouve une solution par le ski, d’où le titre.

Je me demande ce que j’aurais fait à la place de chacun d’entre eux. Plus fondamentalement, le film est une critique de la famille nucléaire et donne raison à une autre femme qui enchaîne les expériences avec les hommes. L’auteur fustige une famille centrée sur elle-même et adepte de la société de consommation. Cependant, s’il a raison de massacrer l’individualisme contemporain, sa position est plus sujette à caution lorsqu’il prône une autre forme d’individualisme, celle qui consiste à faire fi de toute famille.

Marie-Hélène Terrier

billet du dimanche 15 février 2015

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.