Sous la casquette, l’aventure

Ceci n'est pas une casquetteJ’ai perdu ma casquette.

Au début de la liturgie, au carré, je l’accroche à ma chaise. A côté de moi, un inconnu… C’est dans le chœur, l’eucharistie commencée, que je m’aperçois de mon oubli. Ça m’énerve un peu et je suis le reste de l’office d’une oreille distraite. Au moment de la communion, je ne perds pas le nord et profite du joyeux bazar pour fouiller des yeux les rangées de chaises. Pas de casquette. Autant le dire, je ne suis pas en transe mystique pour communier. Plutôt soupçonneux: on m’a piqué ma casquette. À la messe ! À Saint-Merry ! Je farfouille dans mon âme de victime un creux pour la prière. Et, si possible, pas une supplique à saint Antoine…

Bon. J’oublie mon micro-souci et m’en vais, apaisé, rejoindre le carré. Patatras, re-ma casquette : je revois mon voisin éphémère, assis plus loin. Il est grand, sa tête dépasse. Je le dévisage, comptant l’interroger à la sortie en quête d’indices.

C’est lui qui, souriant, se dirigera vers moi. Ah ! Il va me parler d’elle, me dire qu’elle m’attend quelque part…

— Bonjour ! ça vous dirait de participer à l’équipe du « billet » ?

— Mouais ?… De quoi s’agit-il ?…

Pierre me présente le projet. L’idée me séduit. C’est vrai quoi, tu fréquentes Saint-Merry, un visage d’Église que tu aimes et tu restes sur le bord ? Écrire sept billets dans l’année, ça me va. Et vu mon emploi du temps, tope-là.

Ce jour-là, à Saint-Merry, j’ai perdu ma casquette. J’y ai trouvé autre chose : une aventure.

Parfois l’Esprit me joue des tours… Et vous ?

Laurent Seyral

Billet du dimanche 25 octobre 2015

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *