D

Dimanche 7 juin. « Soyez dans la joie »

La Sainte Trinité – Baptêmes de Louise et de Christophe

« Soyez dans la joie, vous qui cherchez Dieu.
Cherchez le Seigneur et sa force, sans vous lasser, recherchez son visage. »
(Ps 104, 3-4)

Jean Bourdichon, Trinité, miniature, Grandes heures d’Anne de Bretagne

PREMIÈRE LECTURE (Ex 34, 4b-6.8-9)
« Le Seigneur, Dieu tendre et miséricordieux,
lent à la colère, plein d’amour et de vérité. »
DEUXIÈME LECTURE (2 Co 13, 11-13)
« Frères,soyez dans la joie,
cherchez la perfection,encouragez-vous,
soyez d’accord entre vous, vivez en paix,
et le Dieu d’amour et de paix sera avec vous. »
ÉVANGILE (Jn 3, 16-18)
« Dieu a envoyé son Fils, pour que, par lui, le monde soit sauvé »

Présentation de Christophe

Je vais vous dire mon parcours qui m’amène aujourd’hui à demander le baptême. Issu d’une famille de 3 enfants, je suis le benjamin. Mes deux frères ont été baptisés. Pour mon baptême, mes parents ont voulu que ce soit à moi d’en décider. Je suis né quelques mois avant mai 68, alors peut-être qu’un vent de liberté commençait déjà à souffler en France au moment de ma naissance ?
J’ai travaillé pendant 20 ans dans le domaine des ressources humaines en entreprises et parallèlement je pratiquais le chant lyrique.
A l’âge de 43-44 ans, je décide de changer de métier, de me reconvertir professionnellement et je me forme à l’art-thérapie, la musicothérapie ; cela fait 7 ans maintenant que j’exerce ce métier. Je travaille avec des personnes atteintes de démence, dont la maladie d’Alzheimer, des personnes en fin de vie et aussi des personnes atteintes de troubles autistiques.
Dans le cadre de mes activités de musicothérapie, je suis confronté à la mort de personnes que j’accompagne. Il m’a fallu trouver rapidement un rituel, un rituel de séparation. Alors, de façon spontanée, je suis entré dans une église, j’ai allumé un cierge, je me suis recueilli. Et je l’ai fait plusieurs fois et je me suis aperçu que ça me faisait du bien. Puis un jour, j’ai assisté à une messe. J’ai observé ; ça m’a plu sans trop savoir pour quoi, puis j’y suis retourné. C’est devenu une habitude, c’est devenu mon rituel, c’est devenu un automatisme. Je sentais bien qu’il se passait quelque chose en moi sans pour autant y mettre des mots. Au fil des mois, au fil des années, les deux mots que m’ont dit mes parents lorsque j’étais enfant – « il choisira » – résonnaient en moi. Je me suis dit que le moment était venu. Je choisis d’être baptisé.

Miniature de la Bible de Heisterbach, ca. 1240, Bibliothèque d’Etat, Berlin

Alors j’ai frappé à la porte de Saint-Merry. Pourquoi Saint-Merry ? Parce que c’est une église connue et reconnue à Paris pour accueillir toute personne, telle qu’elle est, sans idée préconçue. J’adhère totalement aux valeurs humaines que prône Saint-Merry. Et puis aussi parce qu’il y a à Saint-Merry une dimension artistique forte. L’ouverture d’esprit, l’accueil de l’autre, les valeurs humaines, la présence artistique sont les raisons pour lesquelles j’ai choisi Saint-Merry.
Avant de vous parler de mon parcours de catéchumène, j’ai le grand plaisir de vous présenter ma marraine et mon parrain. J’ai rencontré Solange ma marraine lors de ma formation en art-thérapie. Nous avons été formés pendant 4 ans ensemble. Thierry, mon parrain, je le connais depuis plus de 20 ans. Mon voeu le plus cher était que Solange et Thierry acceptent d’être ma marraine et mon parrain. Je les ai choisis pour leurs valeurs humaines, leur amitié, leur fidélité, leur intégrité, leur confiance. Je vous remercie d’avoir accepté ; cela me touche profondément.
Mon parcours de catéchumène ressemble à petite échelle à un parcours de vie. J’ai fait de très belles rencontres, j’ai vécu des moments de joie, des moments où les larmes ont coulé, des moments d’interrogations, des moments de doutes. J’ai été confronté à des événements aussi inattendus que surprenants. J’ai vécu tout cela avec sérénité et en me disant que Dieu était avec moi et qu’il avait choisi ce chemin pour moi.
Être baptisé en étant adulte, c’est vivre tous ces beaux moments de partage mais c’est aussi prendre conscience que je suis passé à côté d’une éducation, d’une culture religieuse si riche. Alors je rattrape le temps perdu et je vais passer le reste de ma vie à continuer de m’enrichir au contact de la culture catholique.
Tout au long de mon parcours de catéchumène, j’ai eu la chance d’être accompagné par trois personnes passionnantes : Claude Plettner, Danielle Mérian, Marc Saint Raymond. Merci Claude, merci Danielle, merci Marc, du fond du coeur pour votre accompagnement si bienveillant, si chaleureux et tellement instructif. Un grand merci aussi bien sûr au Père Alexandre pour son écoute profondément humaine et rassurante, au Père José et aussi à l’équipe pastorale de Saint-Merry.
Si je devais ne retenir qu’un seul mot de mon parcours de vie jusqu’à ce jour, ne retenir qu’un seul mot de mon parcours de catéchumène, ne retenir qu’un seul mot pour expliquer pourquoi je veux être baptisé, eh bien ce mot, c’est le mot « foi ».
Avoir la foi, c’est d’abord avoir confiance en soi et confiance dans les autres. Avoir la foi c’est aimer. Avoir la foi, c’est cette petite voix intérieure qui me dit que je suis sur le bon chemin, avoir la foi c’est cette force non visible et non palpable qui me porte, qui m’élève et m’aide dans les moments difficiles. La foi c’est ce qui me lie dans ma relation avec Dieu.

Christophe Bizet

Roublev, icône de la Trinité, 1410-1427, Galerie Tretiakov, Moscou

Prière universelle

Dieu de tendresse, regarde ton peuple, écoute-nous, exauce-nous !

  • Seigneur, le confinement nous a éloignés de ta maison mais ton Église est restée dans nos cœurs. Pour que nous retrouvions la joie de cheminer ensemble, unis dans la fraternité et le respect des différences, Seigneur, nous te prions. 
  • Seigneur, la crise sanitaire nous a privé des célébrations mais nos communautés sont restées vivantes et unies dans l’espérance.  Pour Louise et Christophe, pour tous les baptisés du monde, pour que ton Esprit nous aide à grandir dans l’unité et la charité chrétienne, Seigneur, nous te prions. 
  • Seigneur, la crise sanitaire et sociale fragilise encore les plus pauvres, créé de nouvelles souffrances mais nous a ouvert les yeux. Le Pape François nous invite à prier pour tous ceux qui souffrent. Pour qu’ils trouvent la paix et la sérénité et se laissent toucher par le cœur de Jésus. Seigneur, nous te prions.

Solange Ayel (marraine de Christophe)

Baptêmes de Christophe et de Louise

Seigneur Dieu, tu as créé l’eau pour féconder la terre et donner à nos corps fraîcheur et pureté. Tu en as aussi fait l’instrument de ta miséricorde ; par elle tu as libéré ton peuple de la servitude et tu as étanché sa soif dans le désert ; par elle les prophètes ont annoncé la nouvelle Alliance que tu voulais sceller avec les hommes ; par elle enfin, eau sanctifiée quand Jésus fut baptisé au Jourdain, tu as renouvelé notre nature pécheresse dans le bain de la nouvelle naissance. Daigne Seigneur, par ta puissance, bénir cette eau. Qu’elle nous rappelle à tous notre baptême, et nous fasse participer à la renaissance de Christophe et de Louise, par Jésus, le Christ, notre Seigneur. 
Christophe et Louise, par le baptême, vous décidez de naître à la vie de Dieu, et participer à la mort et à la résurrection du Christ. Vous recevez le pardon de vos péchés, arrachés à la puissance des forces du mal, pour devenir fils de Dieu, membres du corps du Christ, qu’est l’Église.
Christophe et Louise, vous avez revêtu le Christ. Vous manifestez la pureté, l’innocence et la vie nouvelle du Christ ressuscité.
Devenez lumière, à la suite de Jésus, votre Seigneur. Portez cette flamme de liberté et de vie, qui éclaire la route de vos vies. Brillez à la face du monde. Soyez une bénédiction.

Prière eucharistique

Père éternel et de toute gloire, nous sommes dans la joie, nous tes enfants qui, après ce temps si difficile de confinement, nous retrouvons en cet édifice pour te dire l’action de grâce que toi seul mérites. Nous sommes d’autant plus heureux que nous célébrons une entrée lumineuse de tes enfants Christophe et Louise, qui par leur quête de sens pour te trouver et te servir, disent le bonheur de te chanter, avec nous leurs frères et sœurs, et proclamer qu’avec ton Fils unique et le Saint Esprit, tu es un seul Dieu, un seul Seigneur, dans la trinité des personnes et l’unité de votre nature.
Ce que tu nous as révélé, nous le croyons, et de ton Fils et du Saint Esprit. Avec les anges et les archanges, nous te chantons : Saint ! Saint ! Saint !…
Père saint, tu es digne de louange, toi qui nous aimes et chemines à chaque instant avec nous. Tu veux, dans ton Fils, nous apprendre le chemin de la liberté. Nous t’en prions, Seigneur, envoie ton Esprit Saint, qu’il sanctifie nos offrandes : que ce pain et ce vin deviennent pour nous corps et sang du Christ, notre Seigneur.

Le Quadrilobe, miniature de 1220, Bible de Lothian, Pierpont Morgan Library, New York

La nuit de la dernière Cène, au cours du repas qu’il partageait avec ses disciples, avant de s’offrir à toi pour notre libération, il prit le pain, te rendit grâce et le donna à ses disciples en leur disant : « Prenez et mangez-en tous : ceci est mon corps livré pour vous ». De la même façon ce soir-là, tenant entre ses mains la coupe de bénédiction, il te rendit grâce et la donna à ses disciples en disant : « Prenez, et buvez-en tous, car ceci est la coupe de mon sang, le sang de l’Alliance nouvelle et éternelle, qui sera versé pour vous et pour la multitude en rémission des péchés. Vous ferez cela, en mémoire de moi ».
Père de toute bonté, en faisant ici mémoire de la passion sur la croix, et de la gloire de la résurrection de ton Fils qui aujourd’hui siège à ta droite, nous annonçons ton œuvre de grâce jusqu’au jour où il reviendra. En ce signe, nous t’offrons, Père, le pain de la vie et la coupe de bénédiction. Que la force de ton Esprit fasse de nous, dès maintenant et pour l’éternité, les membres de ton Fils ressuscité, par notre communion à son corps et à son sang.
Père Saint, raffermis notre foi. Établis-nous dans une charité plus grande, en communion avec le Pape François, notre évêque Michel, avec le collège épiscopal et ton peuple à travers le monde.
Alors qu’avec Christophe et Louise, nous te proclamons Père, Fils et Esprit, nous disons notre joie de la rencontre, de la vie. Avec eux nous choisissons de vivre pleinement notre liberté en Toi. Nous ne voulons pas vivre chez nous comme avant. Nous ne rentrerons pas chez nous comme avant. Aide-nous, Père éternel, à chasser nos peurs et à changer nos cœurs. Père, toi qui n’oublies personne, au sortir des dures épreuves dues au Covid 19, nous te disons merci pour la vie retrouvée, et prions pour ceux qui nous ont quittés. Nous pensons ici spécialement à Sabine Morin, à Geneviève Esmenjaud, à Laure Barbier-Bouvet, et à d’autres membres de nos familles ici et là.
Raffermis-nous dans l’espérance de les rencontrer un jour dans cette demeure où nous vivrons près de toi. Et en union avec la Vierge Marie, avec Saint Joseph, avec les apôtres et tous les saints, en union avec la création entière, nous te glorifions par le Christ notre Seigneur, par qui tu donnes au monde toute grâce et tout bien.
Par lui, avec lui et en lui, à toi, Dieu le Père tout-puissant, dans l’unité du Saint-Esprit, tout honneur et toute gloire, pour les siècles des siècles. Amen.

P. José Egilde MANDIANGU

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.