©fc

Soyez sans crainte. Ecoutez !

Oui, partir, hors de nos temples et de nos maisons alors que nous pensons si souvent à planter nos tentes, fut-ce au sommet d’une montagne. Oui, partir sans tarder, nous n’avons que trop attendu alors que le temps nous presse Partir par le mot d’une parole porteuse de promesse, celle de Dieu puisque lui seul sait déjà où nous allons.
©fc

de la nuée, une voix disait :
« Celui-ci est mon Fils bien-aimé,
en qui je trouve ma joie :
écoutez-le ! »

Dimanche, 12 mars 2017

PREMIÈRE LECTURE : Vocation d’Abraham, père du peuple de Dieu (Gn 12, 1-4a)
PSAUME (Ps 32 (33), 4-5, 18-19, 20.22)
DEUXIÈME LECTURE : Dieu nous appelle et nous éclaire (2 Tm 1, 8b-10)
ÉVANGILE : « Son visage devint brillant comme le soleil » (Mt 17, 1-9)

 

Entrée en prière par les chants


« Pars, la route est ouverte »,
tel est le titre du dernier ouvrage de l’écrivain kabyle Slimane Zeghidour,

Étrange résonnance avec le texte de la Genèse où Dieu pourrait dire à Abraham :
« Pars, l’histoire t’est offerte »

Ou encore celui de l’Évangile :
« Pars, le Christ ressuscité te donne la vie»

Oui, partir, hors de nos temples et de nos maisons
alors que nous pensons si souvent à planter nos tentes,
fut-ce au sommet d’une montagne.

Oui, partir sans tarder,
nous n’avons que trop attendu alors que le temps nous presse

Partir par le mot d’une parole porteuse de promesse,
celle de Dieu puisque lui seul
sait déjà où nous allons.

Alain Cabantous

Introduction

Bonjour à tous

Lundi, lors de la préparation, nous étions une quinzaine de participants.
De ces Lectures partagées,
particulièrement le Livre de la Génèse (12, 1-4) et Mathieu (17. 1-9),
nous avons souligné le geste des apôtres envers Jésus, un geste d’accueil.

Nous y avons relevé également, une notion de « déplacement intérieur »,
une invitation à changer nos représentations, notre regard sur autrui.

Certains d’entre nous ont affirmé que chaque rencontre peut les toucher favorablement,
dans le cadre de nos missions d’accueil.
Au travers de chacun des accueillants,
c’est alors la communauté qui est influencée par ce bénéfice.

Récemment, j’entendais une émission sur la Gratitude.
Bien plus qu’une formule de politesse, la gratitude est la reconnaissance d’un bienfait,
un émerveillement, une émotion que l’on a envie de partager.
On s’émerveille de ce qu’on a autour de nous, de ceux qui sont autour de nous.
Cette émotion ressentie nous engage à transmettre.

« Soyons reconnaissant aux personnes qui nous donnent du bonheur.
Elles sont les charmants jardiniers par qui nos âmes sont fleuries. ». Proust.

Alors « Ecoutez et soyez sans crainte » d’être reconnu et entendu,
faites un peu de place à cet autre, cet inconnu.

Aujourd’hui, nous vous proposons de vous saluer dans une véritable élan d’accueil.

Aurélie VUIBERT

Toujours cet appel de dingue à tout quitter. Tout quitter. Partir.

Il vous est sans doute arrivé mes amis comme moi de vous dire un jour dans votre vie:
« je ne sais pas où je vais mais je sais que j’y vais ».
Il y a comme une évidence que vous avez dans le ventre. Ça vous prend aux tripes et vous partez.
Vous ne savez pas trop ce que vous faites mais vous le faites.
Un peu comme un coup de folie, ce n’est pas rationnel et pourtant on le fait.
Allez savoir pourquoi ? J’aime à penser que Abraham a vécu cette folie.

St Grégoire de Nysse, ce grand mystique ose dire :
 » C’est parce qu’il ne savait pas où il allait qu’Abraham savait qu’il était sur le bon chemin »

Dieu lui aurait-il dit « va voir ailleurs si j’y suis » ?

Il y a là, à n’en pas douter, un message profond : parce que je vais ailleurs,
au delà de mes repères et de mes pairs, je deviens ce que j’ai à être.
Et parce que je sors de chez moi, parce que je sors de ma famille précise la Genèse,
parce que je sors de mes déterminismes, je commence à naître.
Et dans cette mise en danger, dans l’inconfort de la route, je tente de survivre et du coup,
il me faut être vrai avec moi même, vivre en vérité.
Abraham est allé vers sa vérité. C’est immense.

Dans la bible de Chouraqui, le « va vers le pays que je te montrerai » se traduit
par le « va vers toi ». Extraordinaire. Va vers toi. Rencontre toi. Ne passe pas à côté de toi.
Et c’est parce que je vais vers moi que je vais vers Dieu.

Quel beau voyage. Dans l’évangile que nous allons entendre, sous peu,
nous verrons le disciple Pierre en flagrant délit d’installation.
Plus tard, Pierre se désinstallera pour un départ, vers sa mission.
Abraham est allé rejoindre sa vérité la plus secrète.

Mes amis, entendez-vous votre vérité la plus secrète ? L’entendez-vous ?
Et du coup, permettez-moi, mes amis, de vous raconter un voyage mystique et poétique.
Depuis six mois, nous vivons ici avec une équipe, avec Jean-Marc et d’autres,
un voyage intérieur, nous sommes allés très loin, mais très loin,
vers un tout petit pays que l’on nomme « claustra ».

Pendant six mois, de Jeudi soir en jeudi soir, dans le claustra,
des petits groupes et des jeunes partagent l’évangile, chantent et prient.
Et quelques fois un inconnu du soir se glisse parmi nous,
qui repart voyageur fugitif ou qui reste jusqu’au verre de l’amitié.
On devine très vite que cet inconnu de passage est en recherche et vit peut-être,
peut-être une démarche abrahamique ? Chi lo sa ? Qui le sait ?

« Il n’y a pas de hasard, il n’y a que des rendez-vous » déclare le poète Eluard.
Abraham a pris rendez vous.

A l’accueil de st Merry, nous avons rendez-vous avec les touristes,
les passants qui osent entrer dans la majesté de notre église.
Il m’arrive de gratter avec eux l’allumette de la conversation

et là, c’est le feu, le feu des questions.
Je leur parle de notre communauté st Merry, la Messe à Trois temps.
Etonnement de ces gens souvent fâchés avec l’Eglise.
Certains sont curieux, en demande, interpellés, peut-être appelés.
Et les questions de surface font place à la question des profondeurs.
Quel bonheur. C’est le voyage ! Merci Abraham !

Quelques fois, quand c’est possible, cerise sur le gâteau, j’ose une démarche,
je les invite à entrer un, deux, trois, dix dans le petit claustra,
ce havre de paix que nous avons aménagé
où la nudité et l’intimité du lieu s’ouvre sur l’intériorité.

Appel, petit appel, humble invitation au voyage intérieur.

Je les laisse là seul ou en groupe dans l’épaisseur du silence
alors que la grande verrière laisse transpirer les bruits de la ville. Mystère.
Et le plus fou, certains reviennent me voir, apaisés, reposés, souriants me disant merci,
ah ça fait du bien …je leur réponds du tac au tac : mais vous ne me devez rien,
vous savez … le silence … c’est hors de prix !

Il n’y a pas de hasard, il n’y a que des rendez-vous. Abraham a pris rendez vous.

Mes amis de st Merry quittons les autoroutes de nos habitudes
pour aller sur des chemins de traverse.
Je n’ai jamais autant goûté Dieu que sur des chemins de traverse.

Pierre Castaner

Commentaire 

Ce récit de l’évangile nous dit que «  Jésus prend Pierre, Jacques et Jean
pour les emmener à l’écart et là sur une haute montagne,
il fut « transfiguré » devant eux », ses disciples.

Etant donné le thème de l’accueil sur lequel est centrée notre célébration aujourd’hui,
la question s’est posée de la correspondance entre Transfiguration et Accueil :
elle fut vite résolue par l’acceptation d’y travailler.

Donc les 3 apôtres sont mis hors du groupe,
et sont témoins, eux seuls, d’un évènement hors de l’ordinaire.
Où est l’accueil face à la sélection de quelques-uns,
privilégiés en plus par une vision de leur maître ?

Eh bien oui, à notre étonnement, l’accueil y a sa place :
Pierre, Jacques et Jean regardent, écoutent,
ils sont dans le silence, dans l’attente, la disponibilité à ce qui advient devant leurs yeux
et quand ils voient Jésus s’entretenant avec Moïse et Elie,
Pierre fait une proposition de monter 3 tentes,
un geste d’accueil, pour prolonger ce temps, le partager, être ensemble.

Eh bien non ! Le Seigneur a un autre projet
et les apôtres sont stupéfaits et sidérés par une voix confortant Jésus comme
« Fils bien-aimé, source de joie pour Dieu» : leur projet s’avère dérisoire,
ils sont appelés à vivre sur le registre de l’écoute du Fils, l’écoute de sa parole.

L’accueil demande notre silence pour écouter, notre réceptivité à ce qui est devant nous,
sans forcément décider d’une solution qui peut être bonne mais inadéquate
parce-que partie de moi et non de l’autre que j’accueille.

Quelquefois bien sur, il arrive qu’il y ait une demande d’action,
il est alors nécessaire d’y répondre et c’est bon de foncer.

Lors des moments d’accueil ici, au CPHB, je me suis souvent vécue
comme « serviteur inutile », présente, disponible à ce qui arrive, vacante.

J’ai encore en mémoire un instant où dans un échange avec un passant
très illuminé, Jean-Baptiste, qui était sdf, cambodgien
et qui faisait partie de la communauté, est entré dans St Merry,
s’est approché, et spontanément, est intervenu à l’improviste
et sa parole avait été lumière pour ce passant ;
j’ai assisté alors à leur dialogue dans l’admiration et la conviction
que l’Esprit était présent à l’œuvre.

Ce fut pour moi de l’ordre d’une transfiguration.

Marie-Antoinette

 

Intervention – témoignage d’accueil

Jean-Baptiste, dont beaucoup se souviennent,
n’était pas la personne que l’on aurait eu l’idée de solliciter
pour engager un échange approfondi sur un sujet de foi,
et pourtant… au-delà de son apparence,
il a su établir spontanément le dialogue fructueux que vient d’évoquer Marie-Antoinette.

Il me semble illustrer tout à fait le passage d’évangile que nous venons de lire :
appel à dépasser les apparences :

Les apôtres voient Jésus d’une façon différente, transfiguré,
ils entrevoient le tout autre qui dépasse leur ressenti au fond d’eux-mêmes,
ouverture de tous les possibles qui les effraie…

Puisqu’aujourd’hui nous célébrons l’accueil,
nous avons partagé sur la rencontre de l’autre éclairée par la méditation de cet évangile :
Ce n’est pas si facile de faire taire nos réactions instinctives vis-à- vis de celui
que l’on ne remarque pas, que l’on ne voit pas, vers qui nous n’irions spontanément pas,
et pourtant avec lequel parfois, s’établit un échange inattendu, quand on sait se taire,
écouter avec humilité, s’émerveiller de ses yeux pleins de vie, si l’on ose les regarder…

Savoir que l’autre, par-delà son âge, son sexe, ses vêtements, ses diplômes,
son lieu d’habitation, sa fonction…cache, une fragilité, des sentiments, une pensée.

Lançons-nous un défi : Ne pas juger a priori, se laisser déplacer,
permettre que la gangue, parfois très résistante,
dans laquelle est enfouie la pierre précieuse, se brise pour laisser apparaître un trésor !

Marie José Lecat-Deschamps

Intentions de prière

Seigneur, ce matin en célébrant Ta Transfiguration,
nous voulons T’offrir ce qui, au travers de nos temps d’accueil,
nous a profondément touchés.

Nous Te confions spécialement les femmes et les hommes
qui sont venus partager leurs souffrances, leurs craintes et leurs doutes
comme cet homme venu s’agenouiller, tête baissée dans le chœur
et qui, en quittant l’église confiait « c’est dur, c’est trop dur,
je ne suis pas entré dans une église depuis 15 ans c’est trop lourd. »

Console Seigneur toutes détresses et fais de nous des accueillants
capables d’écouter sans juger en laissant l’autre nous transformer.

Nous T’offrons aussi Seigneur nos moments difficiles,
nos silences gênants devant des situations qui nous dépassent
même en Ta présence, dans Ta maison.

Bénis tous ceux qui passent dans cette église, apprends nous à les accepter
tels qu’ils sont, sans chercher à tout prix d’avoir une réponse à leur questionnement.

Tout n’est pas détresse Seigneur,
Nous vivons des moments de grande qualité lors des célébrations,
des expositions, des concerts quand nous accueillons chacune et chacun,
au nom de notre communauté dans le cadre magnifique de notre église.

Nous Te remercions pour toutes ces rencontres inattendues,
parfois drôles ou insolites et qui témoignent de la diversité et de l’originalité
de tous ceux que nous avons la chance de rencontrer ne serait-ce que pour quelques instants.

Nous Te rendons grâce Seigneur pour tous ceux qui s’engagent
sur toutes les formes d’accueils proposées par notre communauté et par la paroisse
depuis de si nombreuses années ;
entre autre pour ceux qui s’investissent afin que l’accueil dans l’église puisse se tenir
toutes les semaines quel que soit le temps et les circonstances.

Que ces rencontres – que Tu nous invites à faire en Ton nom – de façon humble,
sincère et joyeuse – continuent encore longtemps et donnent envie à d’autres personnes
de nous rejoindre, afin que notre communauté reste ouverte
et accueillante au monde qui nous entoure.

Josephine de Linde
Georges CLAVIE

 

Mot de fin de célébration

Lors du Texte d’Orientation Pastorale, il nous a été rappelé
que le Centre pastoral s’est toujours appuyé sur quatre piliers.

L’accueil, la solidarité, l’art et la liturgie.

Si nous voulons que la maison sur laquelle ils reposent soit solide,
les 4 piliers doivent être chacun bien équilibrés !

Aujourd’hui nous vous donnons l’occasion de connaitre un des piliers de la communauté,
et non des moindres, le pôle « Présence Accueil »
et de vous présenter toute la diversité des services qu’il assure :

  • l’Accueil du public au quotidien les après-midi dans l’église ;
    le savez-vous ? il est assuré depuis 40 ans, il continue aujourd’hui
    grâce à une équipe de 15 à 20 personnes actives !

Combien d’après-vous de personnes assurent une permanence d’accueil
durant toute l’année ? faites votre calcul 2 personnes par jour, soit 12 par semaine
= + de 600 permanences minimum assurées par an !!!

  • l’Accueil est aussi assuré pendant les célébrations;

  • Lors des concerts et autres évènements culturels
    ce qui mobilise au minimum 24 bénévoles par mois.

Nous trouvons aussi faisant partie du pôle Présence Accueil :

  • le Groupe intendance qui assure l’organisation des pots,
    repas et autres festivités et fait souvent appel à toute la communauté.

Vous connaissez aussi sûrement

  • le Café-Rencontre du lundi ?

  • qui assurent et quand les Visites de l’église ?

  • quel est le but du groupe « Que sont nos amis devenus ? »

  • connaissez-vous les groupes « Cinéma-rencontre » et « Bibliothèque tournante » ?

Alors n’hésitez pas à venir tout de suite sur chaque stand pour les rencontrer
et poser des questions afin de mieux connaître leurs activités.
Peut-être finirez-vous par vous laisser tenter !

Vous serez bien sûr les bienvenus si vous souhaitez nous rejoindre
sur l’une ou l’autres de nos missions.
Chacun peut trouver sa place selon ses talents et en fonction de ses disponibilités.

Un grand bravo à tous ceux qui agissent dans l’ombre
et permettent que l’accueil soit bien vivant dans notre communauté.

A tout de suite sur les stands, nous vous accueillons avec plaisir !

Claire de Ramecourt
Tags from the story
, ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *