©fc

Soyons toujours dans la joie

Cet homme
n’était pas la Lumière,

mais il était là
pour rendre témoignage à la Lumière.

Dimanche, 17 décembre 2017

PREMIÈRE LECTURE  (Is 61, 1-2a.10-11)
« Je tressaille de joie dans le Seigneur »
CANTIQUE (Lc 1, 46b-48, 49-50, 53-54)
Mon âme exulte en mon Dieu.
DEUXIÈME LECTURE (1 Th 5, 16-24)
« Que votre esprit, votre âme et votre corps
soient gardés pour la venue du Seigneur »
ÉVANGILE (Jn 1, 6-8.19-28)
« Au milieu de vous se tient celui
que vous ne connaissez pas »

Introduction

 

Bonjour à chacune et chacun
L’atelier familles (avec un S pour signifier la diversité des familles)
a préparé l’animation de notre célébration.
Nous avons changé de nom,
passant du nom « atelier Synode de la famille »
à celui d’ »atelier familles ».

L’atelier synode a débouché sur un texte intitulé
« Engagements du Centre Pastoral Halles-Beaubourg
avant le synode sur la famille »,
toujours affiché et à votre disposition ;
en quelque sorte, pour nous un manifeste.
Fondé sur une enquête auprès d’une quarantaine de témoignages,
à la suite de François,
nous avons voulu exprimer notre accueil bienveillant
pour toutes les familles.

Cette écoute bienveillante a aussi été celle du vécu de nos enfants,
de nos amis, qui ont souvent pris des chemins différents des nôtres,
ce qui a pu nous interroger, nous déstabiliser même.

Mais c’est aussi, en tant que membres de la communauté de St Merry,
et par ailleurs divorcés remariés, homosexuels, famille monoparentale,
et bien sûr familles « classiques » plus nombreuses,
que nous vivons cet accueil de la diversité
et participons à la construction du Royaume.

Nous nous rejoignons dans une communion, quelque fois difficile,
où l’amour se veut toujours premier,
et un témoignage qui tente de rendre compte de qui est notre Dieu.

Nous poursuivons notre chemin en travaillant sur la transmission de la foi
et les valeurs humanistes qui nous habitent,
en nous interrogeant à la fois sur ce que nous avons tenté de transmettre,
mais aussi autour ce que nous avons ou non reçu.

Notre souci est d’ouvrir notre atelier à d’autres membres de la communauté,
mais aussi à des personnes extérieures à St Merry.
Nous invitons qui le souhaite à nous rejoindre.

Les textes de ce jour mettent en avant le rôle du prophète, l’inspiré de Dieu,
ce à quoi nous sommes toutes et tous appelés.
C’est du Christ que nous tirons notre dynamique.
C’est de ce travail d’annonce, fait d’incertitudes et d’interrogations,
que nous tirons joie et sérénité (cf le texte du lutrin).

Écoutons Jean et Isaïe.

Commentaire

En lisant l’Évangile de ce jour et en le méditant,
notre groupe de préparation s’est interrogé
sur le personnage de Jean Baptiste .

L’art, en liaison avec les quelques passages des Évangélistes
qui lui sont consacrés, permet d’abord de l’appréhender
et de le comprendre. ( internet nous offre un beau musée virtuel).

Ainsi le très beau carton de Léonard de Vinci
à la National Gallery de Londres,
représente une scène familiale tendre et joyeuse.

Marie et Anne forment un groupe quasi fusionnel.
Sur les genoux de Marie qui le retient,
l’enfant Jésus se penche sur le petit Jean Baptiste à terre
et esquisse une sorte de geste de bénédiction .

La scène est pleine de douceur et d’affection paisibles.
La tendresse des deux femmes,
l’ insouciance joyeuse des enfants
offrent une image idéale d’amour familial .

Même si nos familles,
déclinent des formes plus compliquées et diverses,
nous pouvons retrouver dans cette œuvre
une leçon d’amour à méditer.

Dans une œuvre ultérieure, actuellement au Louvre,
la Vierge aux rochers, Léonard approfondit le tableau familial.
La peinture est baignée de lumière, les couleurs sont douces,
Anne est sereine, Marie tente doucement de ramener vers elle
l’enfant qui joue avec l’agneau.

Mais Jean a disparu, remplacé par l’agneau,
signe du sacrifice du Christ.
La famille s’inscrit donc dans le dessein de Dieu.

Plus âgé, Jean se retire dans le désert.
Couvert de peaux de bêtes, il se nourrit
«  de miel sauvage et de sauterelles ».
Tel est l’être décharné que nous présente
le sculpteur florentin Donatello.

Il est celui qui clame dans le désert,
ne cesse de se dire le précurseur du Messie,
il demande aux hommes de s’amender
et de se purifier par l’eau du baptême qu’il donne.

C’est près du Jourdain qu’il baptisera Jésus
et le reconnaîtra comme le Messie
Seul capable de baptiser dans l’Esprit.

Finalement , Jean subit le martyre.
Il est décapité sur l’ordre du roi Hérode.
La violence de cette mort du prophète
annonciateur du Messie
a suscité de nombreuses et éloquentes peintures du Caravage.

Jean le Prodrome c’est-à- dire le Précurseur
a accompli sa mission : dernier prophète
il a laissé désormais la place au Christ.

En dehors de ces interprétations d’ artistes ,
le message de Jean Baptiste
a-t- il encore un sens dans le monde actuel ?

Dans une époque d’agitation, de bruit et de fureur,
Jean nous appelle à retrouver le désert ,
c’est-à- dire l’intériorité et le recueillement
pour mieux préparer le chemin de l’Esprit.

Au moment où des médias et des réseaux sociaux
nous conditionnent, nous manipulent
et nous font adorer de faux dieux,
il nous invite au silence propice à l’accueil du véritable Messie ,
à nous préparer pour sa venue ;

il nous incite à cultiver la pureté des mœurs ,
la simplicité, la frugalité,  loin des biens matériels
et des excès de la société de consommation.

C’est à nous désormais d’être, à notre humble niveau,
les prophètes du Christ, d’être , comme Jean Baptiste ,
des messagers de l’Esprit
dans notre vie personnelle et sociale .

Ainsi, dans notre groupe famille,
nous avons eu l’occasion de réfléchir sur les joies
mais aussi les difficultés de faire famille.

Il est difficile de faire face aux conflits internes ,
aux dissensions ,aux rivalités, à l’usure des couples,
aux crises d’adolescence …bref,
à tous les problèmes concrets de la vie quotidienne.

A l’intérieur de nos petites cellules familiales,
dans notre famille spirituelle de St Merry,
dans la grande Famille de l’Eglise, aplanissons le chemin,
établissons autant que possible des rapports harmonieux,

essayons de préparer le chemin de Dieu
comme le fit le Prophète Jean .

A notre tour , modestement, soyons des prophètes,
porteurs de lumière, annonçons la Lumière du Christ
dans la nuit de l’Avent .

Prière universelle

En ce 3 e dimanche de l’avent,
nous nous réjouissons avec le prophète
et nous célébrons l’Amour
que Dieu fait germer dans les familles ;

l’Amour plus fort que les conflits et les brouilles.
Seigneur, nous te prions pour les familles ;
pour toutes les familles telles qu’elles sont
et quelles qu’elles soient dans leur diversité.

Nous te demandons aussi d’envoyer ton Esprit
sur chacun de nous, afin que nous sachions conforter
dans la joie de l’Amour les familles dont nous sommes proches.

Mais aussi que nous sachions nous faire les « prochains »
de celles que nous avons l’occasion de rencontrer.

…………………….

Remercions notre Seigneur pour François prophète,
et combien d’autres à sa suite
au sein de l’ensemble des églises chrétiennes,

Louons le pour tous les engagés dans d’autres chemins de spiritualité,
notamment nos sœurs et frères qui participent à la nuit sacrée,
Tous rendent témoignage à leur façon ;

Louons-le encore pour la dynamique, quelque fois agitée,
qui s’exprime dans notre communauté de St Merry,

Prions pour que l’Esprit nous booste tous, encore plus,
vers un engagement qui est celui de prophète.

Le micro est maintenant ouvert à qui veut exprimer une intention de louange et
de prière, notamment en direction de la diversité des familles.
…………….

———————————————————————-

Prions Notre Père 

Nous prions devant Toi
pour que Ta Paternité nous conduise
sur le chemin d’alliance avec
nos maternités et nos paternités
à recevoir et à donner.

———————————————————————–

Envoi final

Jean-Baptiste, Isaïe nous ont montré le chemin,
celui du prophète, humble et bousculé par l’Esprit ;
cet Esprit qui donne sens, sérénité et joie.

Qui mieux que Marie a su être disponible à Dieu, a su rendre grâce,
non sans avoir elle aussi, été grandement bousculée,
mais toujours fidèle à son Dieu.

Nous allons chanter Magnificat,
faisant lien avec nos prochaines célébrations,
dont bien sûr celle de Noël, rempli de joie que nous sommes,
pour la venue de Jésus et Christ.

groupe familles

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *