Synode sur la famille. Mode d’emploi

Du 5 au 19 octobre, un synode extraordinaire des évêques abordera le thème des « Défis pastoraux sur la famille dans le contexte de la nouvelle évangélisation ». Michel Bourdeau nous rappelle les enjeux pour toute l’Église et... pour notre communauté

Le synode sur la famille: à quoi ça sert ? Comment ça marche ? Comment s’en saisir  ?

Du 5 au 19 octobre, un synode extraordinaire des évêques abordera le thème des « Défis pastoraux sur la famille dans le contexte de la nouvelle évangélisation ».
Michel Bourdeau nous rappelle les enjeux pour toute l’Église et… pour notre communauté 

 

Amsterdam, exposition Marlene Dumas ©Pietro Pisarra
Amsterdam, exposition Marlene Dumas

Provoc’

« Une femme vierge qui donne naissance à un fils ayant deux pères — l’un sur terre, l’autre au ciel — est-ce bien cela le modèle de la famille pour les chrétiens ? ».

Telle est la question de certains pour nous taquiner, nous provoquer ou nous offenser…

La démarche du Synode de Rome à Saint-Merry

Ce n’est évidemment pas sous cet angle que le Synode extraordinaire qui se déroulera au Vatican du 5 au 19 octobre abordera le thème des « Défis pastoraux sur la famille dans le contexte de la nouvelle évangélisation ». Cette démarche trouvera sa conclusion au Synode ordinaire qui se tiendra en 2015. Elle avait été initiée par le Pape François, le 5 novembre 2013 à travers une grande consultation (1)http://www.lavie.fr/actualite/documents/questionnaire-preparatoire-du-synode-sur-la-famille-04-11-2013-46034_496.php ouverte aux familles et plus ou moins bien promue selon les diocèses. Seul Internet a souvent permis l’accès au questionnaire et un très court délai de deux mois a été accordé pour y répondre !

Au mois de décembre 2013, sur la base de ce questionnaire, le CPHB a lancé un « Mini-Synode » auquel ont participé environ 80 personnes ; une bonne quinzaine de contributions écrites ont été recueillies, une compilation de 30 pages a été produite (2)http://saintmerry.org/synode-sur-la-famille-nos-reponses/, une réponse approfondie individuelle a été publiée (3)http://saintmerry.org/le-synode-continue, Jacques Mérienne a commis un billet d’humeur (4)http://saintmerry.org/synode-joyeuse-pagaille/, Daniel Duigou a proposé trois réflexions (5)http://saintmerry.org/mini-synode-de-saint-merry-une-fraternite-possible/.

L’épiscopat français vers le Synode, à reculons ?

La Conférence des évêques de France a publié sur son site un « résumé » (6)http://www.eglise.catholique.fr/actualites/dossiers/synode-des-eveques-sur-la-famille/365317-les-defis-pastoraux-de-la-famille-dans-le-contexte-de-levangelisation/ des synthèses de 83 diocèses, de mouvements et groupes, mais aussi de contributions personnelles.

Mais, ce résumé ne constitue pas la synthèse nationale adressée au Vatican par les évêques de France. Comme telle, cette synthèse nationale n’a donc pas été diffusée.

Le programme de l’assemblée plénière de printemps des évêques de France, à Lourdes en avril 2014, annonçait : « Les évêques partageront également sur la synthèse nationale préparatoire au Synode sur la famille ». Sur le site de la Conférence des évêques de France, on trouve bien le discours d’ouverture (7)http://www.eglise.catholique.fr/conference-des-eveques-de-france/textes-et-declarations/365225-discours-douverture-de-lassemblee-pleniere-davril-2014/ prononcé par Mgr Georges Pontier, président de la Conférence des évêques de France, mais aucun compte rendu.

Rares exceptions… ailleurs

Un moteur de recherche sur Internet en Français nous a permis de trouver seulement deux synthèses préparatoires au Synode, l’une émanant d’une conférence épiscopale : celle de Belgique (8)http://www.upmeiser.be/IMG/pdf/14_02_05_synthese_rapport_synode_2014.pdf, l’autre d’un diocèse : celui de Ouagadougou au Burkina Faso (9)http://www.catholique.bf/index.php/vie-de-l-eglise/900-synthese-diocesaine-pour-le-synode-de-la-famille !

Contrairement à nombre de ses confrères, Mgr Johan Bonny, évêque d’Anvers en Belgique, a publié le 4 septembre un document intitulé « Les attentes d’un évêque diocésain » où il prend acte de « l’incompréhension croissante » et de « l’indifférence progressive » entre les croyants et l’enseignement moral de Rome. Il appelle l’Église à s’ouvrir au dialogue sur l’éthique familiale et sexuelle. Ce document est téléchargeable via le journal La Croix (10)http://www.la-croix.com/Religion/Actualite/Famille-l-eveque-d-Anvers-plaide-pour-un-aggiornamento-de-l-Eglise-2014-09-04-1201298.

Rome, Saint-Pierre
Rome, la Basilique Saint-Pierre vue du Tibre

Mise en route au Vatican

Le 26 juin 2014, le cardinal Lorenzo Baldisseri, secrétaire général du Synode, a présenté l’instrument de travail (Instrumentum Laboris) du Synode (11)http://www.eglise.catholique.fr/actualites/dossiers/synode-des-eveques-sur-la-famille/378380-presentation/. Ce document, destiné à servir de base à la réflexion du Synode, s’est inspiré des synthèses nationales du questionnaire sur la famille. Ce document reconnaît que « L’Église n’est plus un guide moral fiable ». De nombreux chrétiens ignorent l’existence de son enseignement sur la famille ou « manifestent des difficultés à l’accepter intégralement ». Il en est ainsi sur la « loi naturelle » et aussi sur ses recommandations en matière de contraception. L’idéal de la famille présenté par l’Église est conçu comme un objectif inaccessible qui rejette par exemple les personnes séparées ou divorcées. La situation des divorcés remariés civilement comme celle des concubinages, unions de fait, unions homosexuelles sont autant de « situations pastorales difficiles ». Or, ce document de travail pour le Synode rappelle que « la pastorale familiale, loin de s’enfermer dans une vision légaliste, a pour mission de rappeler la grande vocation à l’amour ». Le Synode a donc beaucoup de pain sur la planche !

 Cliquetis de crosses

Le journal La Croix daté du 19 septembre relate l’affrontement déjà apparu entre plusieurs cardinaux au sujet de l’accès aux sacrements des divorcés remariés. D’un côté, le cardinal allemand Walter Kasper (12)Ancien président du Conseil pontifical pour la promotion de l’Unité des chrétiens, ancien membre de la Commission internationale de théologie. a manifesté une ouverture à leur égard, après un chemin de pénitence ! Soutenue ouvertement par le pape, son intervention au consistoire en février, exprimant l’inquiétude de l’Église devant les évolutions de la famille est reprise dans un ouvrage qui vient de paraître (13)« L’Évangile de la famille », éd. Cerf, septembre 2014, 96 pages, 9 €. De l’autre côté, plusieurs cardinaux de haut rang, dont des collaborateurs directs du pape François publient des ouvrages dans lesquels ils se dressent contre la communion aux divorcés remariés. Cette dispute entre cardinaux a le mérite d’afficher au grand jour des positions divergentes. Pour autant, il conviendrait que ce point important pour ceux qui vivent douloureusement cette situation ne soit pas mis sous les projecteurs au point de masquer les autres thèmes mentionnés dans l’Instrumentum Laboris.

Sur ce sujet comme sur tous les autres, seul le Synode ordinaire de 2015 arrêtera des conclusions. Il convient de rappeler que les compétences d’un synode sont limitées : son pouvoir est seulement consultatif, ce qui signifie discuter des questions à traiter et émettre des souhaits. Ainsi, les avis du synode ne seront pas contraignants pour le Pape.

Plan de travail du Synode

Du 5 au 19 octobre, les travaux du Synode extraordinaire se dérouleront selon les différentes parties de l’Instrumentum Laboris. Les évêques désirant aborder un thème auront dû au préalable envoyer un texte, lequel ne sera pas publié ! Ils disposeront de 4 minutes pour l’exposer. Chaque jour, une synthèse sera diffusée à l’intention des journalistes. À la fin du Synode, un mémorandum des travaux sera voté par l’assemblée et présenté au pape qui pourra ou non le publier. Un « Message au peuple de Dieu » est prévu avant la tenue du Synode de 2015 dont le document final inspirera certainement une exhortation post-synodale du pape.

Que faire dans notre communauté ?

Comme il a été rappelé ci-dessus, le CPHB a bien participé aux travaux liminaires en suscitant des réflexions autour du questionnaire sur la famille et en faisant connaître la synthèse. Ensuite, nous avons suivi, à travers la presse et Internet, les prises de position de certains évêques synodaux, les réflexions menées par quelques théologiens et les réactions qu’elles ont suscitées. Nous ne pouvons pas en rester là !

Mais, nous ne siégerons pas sur les travées du Synode où il y a d’ailleurs bien peu de places attribuées aux laïcs et aux couples ! Nous dépendrons des échos qui nous viendront de Rome via les journalistes et les réseaux sociaux.

Peut-être ne serait-il pas superflu de prier un peu l’Esprit pour qu’à travers les voûtes vaticanesques il pénètre davantage les cœurs.

Nous invitons chacun(e) d’entre nous à rester attentifs aux enjeux de ce premier Synode dont les travaux orienteront les décisions à prendre à la suite du second Synode prévu certainement à l’automne 2015.

Entre ces deux Synodes, nous pourrons débattre entre nous en toute fraternité en assumant nos différences. Nous aurons alors des éléments à faire remonter au nom du CPHB notamment vers notre évêque, le cardinal André Vingt-Trois, un des trois vice-présidents du Synode.

Enfin, n’oublions pas la recommandation du prédécesseur du pape François, l’apôtre Pierre : « Soyez toujours prêts à rendre compte de l’espérance qui est en vous » (1P 3,16). En effet, nous aurons à diffuser nos positions au-delà du magnifique portail restauré de Saint-Merry.

En cela, nous serons fidèles aux fondements de la création de notre communauté et aux nouvelles perspectives qu’elle se donnera à l’occasion de son 40e anniversaire.

Pour construire ensemble notre participation au Synode, vos réactions et contributions sont attendues de préférence par courriel à mon adresse électronique mentionnée ci-dessous.

Michel Bourdeau

Chargé par l’Équipe pastorale de la « Coordination Synode ».

mb.com@wanadoo.fr

 

Notes   [ + ]

4 Commentaires

  • Ce texte très riche est le meilleur de ce qui a été écrit sur le thème du Synode depuis le lancement du questionnaire.
    Des groupes de chrétiens peuvent s’en saisir, le travailler, se l’approprier et éventuellement le critiquer.
    Un travail auquel ils pourraient se livrer avant le session de l’été 2015 du synode, afin de faire connaitre leurs conclusions aux pères synodaux.

  • Dans La Croix du 13 oct. On relatait les interrogations de notre évèque A. VingtTrois sur la communion donnée aux chrétiens qui ne respectent pas la contraception « naturelle ».
    Frilosité, ou obsession?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *