crise

Les églises vides : un signe et un défi

« En temps de catastrophes, je ne vois pas Dieu comme un metteur en scène de mauvaise humeur, assis confortablement dans les coulisses des événements de notre monde.
Quant aux églises vides, ne seraient-elles pas le signe de ce qui advient déjà dans de nombreux pays et qui risque de se généraliser si nous ne poursuivons pas le mouvement de réforme entrepris par le pape François ? »
L’analyse de Tomáš Halík, théologien et philosophe tchèque, qui a été conseiller du président Vaclav Havel.

Réjouis-toi !

De toutes parts les informations surgissent et nous submergent.
Le désastre sanitaire et économique semble se substituer à tout autre avenir.
Affirmer une joie possible au milieu de notre temps de carême, ce n’est pas faire « comme si ».
Car notre vie est dirigée vers cette résurrection, cet évènement définitif auquel nous sommes associés depuis notre baptême et dont nous vivons chaque jour.
Le commentaire de Alexandre Denis, curé de Saint-Merry, à l’évangile du dimanche.

Ré-enchanter la vie ?

Crise, guerres, attentats terroristes, nouvelles pauvretés… Ce n’est plus le temps des grandes promesses, mais de la désillusion.
Face à l’impuissance de la politique, faut-il réenchanter la vie ?
Nous en parlerons à Saint-Merry le 14 avril à 20 heures