défunt

Un flacon, un pot de confiture et une cuillère

« De plus en plus souvent elle me disait : “je voudrais mourir”, et le répétait sans que je puisse faire autre chose que l’écouter… J’écrivis au Père Verspieren qui envoya une infirmière en soins palliatifs, laquelle prescrivit de la morphine que mon amie ne supporta pas. Et cela en resta là. Mais sa douleur et sa solitude angoissée allaient en s’accentuant ».
Par Geneviève Esmenjaud

Le défunt responsable

« Qu’un jour en lucide reconnaissance, rendant librement mon dernier souffle, je me sente enfin autorisée à me dire “défunte” ».
Par Geneviève Esmenjaud