Lampedusa

Mourir en mer

« Depuis plus de deux ans, pas un jour pas une nuit sans apprendre que des réfugiés, de tout âge, de toute condition, partis des côtes de Libye, de Tunisie ou de Turquie sont morts noyés, que certains corps ont échoué sur les plages du littoral italien ou grec le plus souvent […].
Certains éléments de ces histoires individuelles tragiques se retrouveraient dans le quotidien des gens du temps de la marine à voile. Pour eux aussi la mort en mer était terrible et redoutée ».
La chronique d’Alain Cabantous

Briser l’indifférence

Plus de cinq cents morts en trois jours.
Pour les migrants qui essayent de traverser le Canal de Sicile vers l’Europe ce mois d’août a été des plus tragiques. Dans le silence de l’Occident.
Céline Dumont nous alerte sur cette catastrophe humanitaire