Pape François

S’engager, maintenant

Vous avez applaudi à l’idée que notre communauté réponde à l’appel du Pape François  en accueillant une famille qui a dû fuir son pays d’origine. Chacun de nous pourra librement participer à cet accueil selon ses possibilités. Néanmoins, pour entrer dans le concret, nous avons besoin d’avoir une vision claire du budget dont nous disposons. La promesse de don ci-dessous nous permettra de connaître votre participation, et de prévoir ainsi le budget sur lequel nous pouvons démarrer, sachant que nous allons faire connaître notre action autour de nous.
Téléchargez le formulaire

Centre pastoral Halles-Beaubourg. Cap 2025

« Dès sa création en 1975, le Centre Pastoral Halles-Beaubourg (CPHB) à Saint-Merry s’est appuyé sur quatre piliers pour développer et vivre l’Évangile dans la ville : l’accueil, la solidarité, l’art et la liturgie. Son premier défi, la créativité.
Mais, dans le même temps, les changements dans le monde ont été vertigineux et se sont succédés à un rythme de plus en plus accéléré dans tous les domaines ».
Comment, dans ce contexte nouveau, être témoins de l’évangile ?
Voici la version brève du Texte d’orientation qui nourrira le débat lors de la prochaine Assemblée Générale du Cphb, le 8 novembre

Quelle Église pour demain ?

Il y a quarante ans, par initiative du cardinal Marty et de quelques pionniers (Xavier de Chalendar, Jean-Claude Thomas…), naissait le Centre Pastoral Halles-Beaubourg : non pas une nouvelle paroisse, mais une forme différente de présence des chrétiens au cœur d’une ville en pleine mutation. Il s’agissait d’imaginer une Église ouverte aux quatre vents de l’histoire : à l’écoute du monde des arts et de la culture, capable d’expérimenter une réelle coresponsabilité entre prêtres et laïcs. Quarante ans après, nous voulons fêter cet anniversaire avec le regard tourné vers l’avenir.
Vous êtes tous invités du 8 au 11 octobre à Saint-Merry.
Voici le programme

Jacques Gaillot : « L’avenir est ouvert ! »

C’est beau de constater que, dans une institution comme l’Église, le pape François reste un homme libre. Ce n’est pas un homme d’appareil, il n’est pas pris par sa fonction, il est simple, il est comme il est. C’est quelqu’un qui écoute. Il ne recadre pas, il ne juge pas. Il aime se mettre à l’écoute de la réalité, quel que soit le sujet.

« Les migrants sont la chair de l’Eglise »

« Les migrants sont la chair de l’Eglise »

Le 1er septembre le Pape François a reçu Mgr Jacques Gaillot au Vatican.
Daniel Duigou, qui accompagnait l’ancien évêque d’Évreux, nous propose ici le récit de cette rencontre… qui a été aussi l’occasion de présenter au Pape notre communauté

Pépinière de quartier. Du vert pour Paris

Le saviez-vous ? Depuis 2014, les Parisiens peuvent directement décider des investissements financés par la ville de Paris pour 5 % de son budget municipal. Du 10 au 20 septembre prochains, vous pourrez ainsi choisir 10 projets à l’échelle de la capitale parmi 77 projets de citoyens et d’associations présélectionnés pour le budget 2015.
Voici celui qui a retenu notre attention.

Rencontre au Vatican

« Nous sommes frères ». C’est par ces mots que le pape François a reçu Mgr Jacques Gaillot le 1er septembre au Vatican. Mgr Gaillot était accompagné par Daniel Duigou, curé de…

« Cet homme impressionnant… »

« … était pour moi un frère. Il ne l’a pas toujours été, mais il l’est devenu. Au démarrage nous connaissions peu. Mais, pour l’un et l’autre, la page blanche de Saint-Merry a correspondu à un tournant dans notre vie ».
Lé témoignage de Jean-Claude Thomas sur Xavier de Chalendar

Un pas en avant, deux pas en arrière

« Les gens d’Église apprécient-ils le tango ? À ce jour, je ne connais pas la position officielle du Magistère sur ce point sauf à savoir que François, en bon Argentin, a avoué “l’adorer”. Si bien qu’à l’occasion de son anniversaire en décembre dernier, au terme de son audience du mercredi, des centaines de couples se mirent à danser le tango devant la place Saint-Pierre. Aux antipodes des condamnations qui accueillirent son déferlement en Europe occidentale au début du XXe siècle ».
La chronique d’Alain Cabantous

Ouverture ou blocage ? Un nouveau texte du théologien I. Berten

Ouvertures ou blocages ? Quels mots décriront les travaux de la deuxième partie du Synode sur la famille qui se déroulera en octobre prochain ? Le théologien belge Ignace Berten – que nous avions invité à Saint-Merry le 19 mai – en précise les enjeux dans un nouveau texte intitulé : « Synode sur la famille : ouvertures ou blocages ? ».
L’accès des divorcés-remariés à l’eucharistie et les unions homosexuelles continuent à alimenter le débat depuis le synode d’octobre dernier. Ignace Berten pense qu’il sera impossible de prôner la miséricorde sans changer de doctrine…

Le chemin de la miséricorde

« J’ai souvent pensé à la façon dont l’Église peut rendre plus évidente sa mission d’être témoin de la miséricorde. C’est un chemin qui commence par une conversion spirituelle… Ce sera une Année Sainte de la Miséricorde ». C’est ce qu’a annoncé le Pape François le 13 mars.
Voici le texte de son discours publié par l’Osservatore Romano