Vaclav Havel

Les églises vides : un signe et un défi

« En temps de catastrophes, je ne vois pas Dieu comme un metteur en scène de mauvaise humeur, assis confortablement dans les coulisses des événements de notre monde.
Quant aux églises vides, ne seraient-elles pas le signe de ce qui advient déjà dans de nombreux pays et qui risque de se généraliser si nous ne poursuivons pas le mouvement de réforme entrepris par le pape François ? »
L’analyse de Tomáš Halík, théologien et philosophe tchèque, qui a été conseiller du président Vaclav Havel.