Voir et Dire

Camille Henrot. « Saturday »

Au Palais de Tokyo, « Days are dogs », la grande exposition centrée sur une seule artiste, débute par un film fulgurant sur la manière dont des groupes humains vivent aujourd’hui le besoin d’intériorité et sur les réponses qu’y apportent les religions. Le décalage avec ce qui se pratique à Saint-Merry est déconcertant, donc à analyser.
Chronique de Jean Deuzèmes

« À notre étoile »

Avec l’installation lumineuse des artistes « Children of the Light » pour la Nuit Blanche 2017, Saint-Merry accède au In des évènements parisiens. Le Centre Pastoral se mobilise le samedi 7 octobre.

Anne Christine Dura. Instantciel

Exposition Saint-Merry du 3 mars au 3 avril 2017. Elle habite et travaille à Lille. Chaque jour, elle dessine un morceau de ciel. Pour Saint-Merry, elle a installé une année de ses pastels. Une méditation visuelle sur le temps.

Deux expositions à voir

Deux expositions à voir

Voir et Dire nous fait découvrir deux expositions : l’une à Paris, et l’autre à Montpellier. Georges Didi-Huberman : Soulèvements Une exposition du Jeu de Paume qui fera date (<15 janvier)….

La place de l’art dans notre pastorale

Cette question n’est pas nouvelle dans la vie de la communauté. Le sujet est bien : “La place de l’art dans notre pastorale“ et non “La pastorale de l’art“ qui n’est pas dans nos attributions. En effet depuis sa fondation, le Centre Pastoral Saint-Merry développe sa mission autour de quatre axes majeurs : Célébration, Accueil, Solidarité, Art.

Street Art. Et après ?

Donner à voir l’accueil, la solidarité et l’art auprès d’artistes peu habitués à travailler dans une église et d’un large public surpris de voir ce type d’art dans un tel lieu. La semaine Street Art a atteint son objectif. Quels enseignements peut-on tirer de cet événement ?

Les Paradis (fiscaux) et l’art

Si les « Panama Papers » sont à l’origine d’un scandale mondial, le système est connu de logue date et a notamment été exploré par des artistes, tels Paolo Woods et Gabriele Galimberti dont l’œuvre photographique a été présentée à Arles en 2015. Leurs photos ont illustré récemment les articles de presse. Radiographie d’une forme d’engagement.

Masha Schmidt & Amélie Barthelemy

Saint-Merry présente en mars 2015 les œuvres de deux artistes très différentes : une peintre de grandes toiles, Masha Schmidt avec « À travers l’eau », et une sculptrice de petits objets en terre, Amélie Barthelemy avec« Recueil ». Un point commun : l’émotion devant ce qui exprime la vie.