Voir et Dire

La place de l’art dans notre pastorale

Cette question n’est pas nouvelle dans la vie de la communauté. Le sujet est bien : “La place de l’art dans notre pastorale“ et non “La pastorale de l’art“ qui n’est pas dans nos attributions. En effet depuis sa fondation, le Centre Pastoral Saint-Merry développe sa mission autour de quatre axes majeurs : Célébration, Accueil, Solidarité, Art.

Makoto Ofune. Exposition d’été

Sous un titre énigmatique, « Particules en Symphonie », le plasticien japonais Makoto Ofune offre à Saint-Merry une exposition en quatre parties qui, chacune à sa manière, célèbre la matière et avec elle la nature. L’esprit de la tradition Shinto s’invite à Saint-Merry pour un été.

Street Art. Et après ?

Donner à voir l’accueil, la solidarité et l’art auprès d’artistes peu habitués à travailler dans une église et d’un large public surpris de voir ce type d’art dans un tel lieu. La semaine Street Art a atteint son objectif. Quels enseignements peut-on tirer de cet événement ?

Caroline Chariot-Dayez. Plis de l’esprit

Nouvelle exposition à Saint-Merry. Peintre et philosophe, cette artiste de Bruxelles décline une unique figure : le pli de tissu, là où se trouvent le caché et le mystère. Une exposition, subtile, talentueuse, contemplative. L’artiste s’est exprimée sur le sens de son œuvre, après la messe de l’Ascension.

Les Paradis (fiscaux) et l’art

Si les « Panama Papers » sont à l’origine d’un scandale mondial, le système est connu de logue date et a notamment été exploré par des artistes, tels Paolo Woods et Gabriele Galimberti dont l’œuvre photographique a été présentée à Arles en 2015. Leurs photos ont illustré récemment les articles de presse. Radiographie d’une forme d’engagement.

Bettina Rheims. I.N.R.I.

La splendide rétrospective de la photographe à la MEP permet de redécouvrir I.N.R.I., une œuvre fascinante et troublante déjà exposée en 1999. Une interprétation décapante et contemporaine de scènes d’Évangile qui fit alors scandale.

Masha Schmidt & Amélie Barthelemy

Saint-Merry présente en mars 2015 les œuvres de deux artistes très différentes : une peintre de grandes toiles, Masha Schmidt avec « À travers l’eau », et une sculptrice de petits objets en terre, Amélie Barthelemy avec« Recueil ». Un point commun : l’émotion devant ce qui exprime la vie.

Derrière le vitrail…

« Chagall, Soulages, Benzaken… », ces peintres ont conçu des vitraux. Qu’apporte cet art d’église à l’art contemporain ? Qu’apporte l’art contemporain au vitrail ? De quoi le vitrail est-il le reflet ? La belle exposition à la Cité de l’architecture sur le vitrail contemporain va au-delà des questions techniques, esthétiques ou spirituelles. Pas inintéressant pour les débats sur l’art à Saint-Merry .

Mark Weighton. Dodecad

L’exposition d’été 2015 de Saint-Merry s’impose par sa rigueur et son originalité. Douze tableaux hypnotiques peints en visant la perfection, par un artiste anglais qui conçoit les chiffres comme un langage pour dire l’univers et la transcendance.

Pascale Peyret. Green Memory

Le cycle des expositions « COP 21 » débute à Saint-Merry avec l’installation d’été de Pascale Peyret. On se souviendra probablement de cette maquette de ville et du blé qui pousse entre les bâtiments, comme on se souvient d’Anamorphose, Nuit Blanche féérique de 2013.

Anne Gratadour. Moisson

Après « Résurrection » en 2014, Anne Gratadour revient à Saint-Merry pour une nouvelle exposition XXL. Non plus 6 tableaux + 1, mais une seule toile monumentale de 12 m sur 4. « Moissons » a poussé à la croisée du transept, l’évangile de Matthieu est sa terre.
Par Jean Deuzèmes

Ils exposeront à Saint-Merry en 2015

Achot Achot, Jean-Christophe Ballot, Vincent Dulom, Camille Goujon, Anne Gratadour, Benjamin Hochart, Maxim Kantor, Anne Labarrere-Beigbeder, Kra N’Guessan et Mark Weighton.

Une très belle moisson pour le 40ème du CPHB

Élodie Boutry et Pascal Pesez. “I love the way you drive your corner”.

Une œuvre unique de grande ampleur, hybride entre sculpture, peinture et installation à Saint-Merry. Quel titre et quelle œuvre étranges. Produite à quatre mains, comme on le dit d’une œuvre de piano avec croisement des sensibilités, cette œuvre est cependant d’une grande cohérence.
On aurait dû probablement la programmer au printemps, quand la lumière fait tout vibrer.

Désiré Amani à Saint-Merry. Les débordements d’un déraciné

Les quatre artistes de l’exposition Vohou-Vohou qui se tient à Saint-Merry du 14 au 28 septembre témoignent d’une vibration de sens spirituel qui croise à la fois les religions ancestrales et animistes de l’Afrique, ici la Côte d’Ivoire, et le christianisme. Cela semble évident avec les toiles de Kra N’Guessan et notamment son grand Christ qui transforme le monument aux morts de l’église en un monument au Vivant. Mais qu’en est-il des trois œuvres énigmatiques de Désiré Amani ?