Horace Vernet, Juda et Tamar, 1840, Wallace Collection, Londres (détail)

Tamar. Une femme de caractère

La ruse et la tromperie : rien n’arrête cette veuve qui se déguise en prostituée pour assurer une descendance à Juda. La série biblique de Jesús Asurmendi

Il est vrai que les commentateurs ne savent pas très bien comment intégrer ce chapitre 38 dans la trame générale du livre de la Genèse (à lire ici). Mais il est là. Certes, personne n’est responsable de sa généalogie. Ni des conventions de son temps. Ainsi, a priori, on n’aurait pas imaginé Tamar dans la généalogie de Jésus, et pourtant… Matthieu (1,3) l’inclut. Son histoire est curieuse, faute d’être exemplaire. La loi du lévirat, connue dans l’Ancien Orient, stipule que le frère d’un homme marié, mort sans descendance, assure la postérité en épousant la veuve. Ce qui arrive aux enfants de Juda. Le premier, marié à Tamar, meurt frappé par le Seigneur, ainsi que le deuxième, Onân, qui n’avait pas voulu procréer pour le compte de son frère. Onân a donné son nom à l’onanisme qui est compris habituellement comme masturbation, mais d’après le texte biblique il ne s’agit pas de cela : «Mais Onân savait que la descendance ne serait pas à lui. Aussi, quand il s’unissait à la femme de son frère, il laissait la semence se perdre à terre, pour ne pas donner de descendance à son frère. Ce qu’il faisait déplut au Seigneur qui le fit mourir, lui aussi » (Gn 38,9-10). Devant une telle situation, Juda tarde à donner son troisième enfant, Shéla, à la veuve de ses deux fils morts. Tamar voit passer le temps et rien venir. Alors elle prend le taureau par les cornes, en une décision audacieuse. Elle se déguise en prostituée et couche avec son beau-père, Juda, dont elle devient enceinte. Quand l’affaire devient publique, scandale !, Juda demande que la loi soit appliquée et que sa belle-fille soit brulée vive. Mais au moment clé, celle-ci dévoile que le responsable de sa grossesse n’est autre que Juda. Et c’est ainsi que Tamar devient un chainon de la généalogie du Messie. C’est une illustration, oh combien pratique, de « la fin justifie les moyens ». Juda reconnaît les faits (les preuves de Tamar sont irréfutables) et la justesse du comportement de sa bru : « Juda les reconnut et dit : “Elle est plus juste que moi, car, de fait, je ne l’ai pas donnée à mon fils Shéla”. Et désormais il ne s’unit plus à elle » (Gn 38,26). La descendance promise par Dieu à Abraham (Gn 12) est bien une réalité. Mais que de détours et d’aventures.

Jacopo Tintoretto, La rencontre de Tamar et de Juda, vers 1555-1559, Museo Thyssen-Bornemisza, Madrid

Ainsi l’histoire de la succession au trône de David est un tissu d’agressions sexuelles, de meurtres et de viols. Pas très édifiant tout cela. On ne sait pas d’où est sorti le récit de Tamar. Ni quelle était l’intention de son intégration dans le récit de la vie des patriarches ni donc du livre de la Genèse. Mais la figure de Tamar a dû occuper et occupe une place non négligeable dans ce livre, oh combien complexe. Le comportement de Tamar semble répréhensible. Pourtant le récit ne paraît pas l’accabler. Il n’y a pas longtemps, la presse racontait qu’un juge avait déclaré innocent quelqu’un qui avait volé pour manger. Helder Camara, célèbre évêque brésilien, racontait aussi qu’il était applaudi et traité de saint quand il donnait à manger à quelqu’un qui avait faim. Au contraire, on le traitait de communiste quand il demandait pourquoi cette personne avait faim. Il n’y a pas longtemps, un détenu me racontait le motif de son emprisonnement. Ayant eu un accident avec son camion il a n’a pas pu payer tous les frais qui s’en sont suivis. Donc il a volé. Je lui ai dit que dans d’autres pays il n’aurait pas eu besoin de voler, car les assurances auraient couvert ses frais. Comme quoi le délit et le péché sont, souvent, à géométrie variable. Il est vrai que les chemins du Seigneur sont impénétrables. 

Anonyme néerlandais, La rencontre de Tamar et Juda, 16e s., Metropolitan Museum, New York

On est souvent tenté de prendre des « exemples » dans la Bible, ou des phrases, isolées, pour en faire des références morales aujourd’hui, en les copiant. Par exemple pour justifier le refus du divorce : « Ce que Dieu a uni que l’homme ne le sépare pas » (Mt 19,1-9). Il faut s’en méfier comme de la peste ; c’est ainsi que certains groupes ultra-orthodoxes juifs évoquent le couple Abraham et Sara, et ses déboires, pour justifier la GPA. La Bible n’est pas un livre de recettes morales, comme on en trouve des dizaines dans des livres de cuisine. Déjà les circonstances sont très différentes de celles qui ont présidé aux récits et lois bibliques. Ce qui veut dire qu’on ne peut pas « appliquer » mécaniquement les lois et les récits du peuple d’Israël aux situations actuelles. Sans exception. La Bible ne présente pas des « recettes » hors du temps et de l’espace. Ainsi les condamnations prophétiques, telle celle d’Amos 8,4-8 qui dénonce l’avidité des marchands. On pourra trouver sans peine des situations similaires mais dans toute appropriation du texte biblique il faut : a) contextualiser le texte biblique b) le décontextualiser c) et ce noyau dur, résistant, le recontextualiser dans la situation actuelle. 

L’histoire de Tamar ne fait pas exception. Le contexte a bien changé de celui où se situe Gn 38. La loi du lévirat, cela fait belle lurette qu’elle n’existe plus et son existence même, seuls quelques érudits la connaissent malgré la mention quen fait le Nouveau Testament. 

Jesús Asurmendi

Francesco Hayez, Tamar de Juda, 1847, Museo di Arte Moderna e Contemporanea, Varese (Italie)

JUDA ET SES FILS

Genèse 38, 1-30

(Traduction oecuménique de la Bible, TOB)

Or, en ce temps-là, Juda descendit de chez ses frères et se rendit chez un homme d’Adoullamz du nom de Hira. 2 Là, Juda vit la fille d’un Cananéen nommé Shoua. Il la prit et vint à elle, 3 elle devint enceinte et enfanta un fils qu’il appela Er. 4 Elle devint à nouveau enceinte et enfanta un fils qu’elle appela Onân. 5 Puis, une fois encore, elle enfanta un fils qu’elle appela Shéla.

Juda était à Keziva quand elle enfanta Shéla 6 et il prit pour Er, son premier-né, une femme du nom de Tamar. 7 Er, premier-né de Juda, déplut au SEIGNEUR qui le fit mourir. 8 Juda dit alors à Onân : « Va vers la femme de ton frère. Agis envers elle comme le proche parent du mort et suscite une descendance à ton frère. » 9 Mais Onân savait que la descendance ne serait pas sienne ; quand il allait vers la femme de son frère, il laissait la semence se perdre à terre pour ne pas donner de descendance à son frère. 10 Ce qu’il faisait déplut au SEIGNEUR qui le fit mourir, lui aussi. 11« Juda dit alors à Tamar sa bru : « Reste veuve dans la maison de ton père jusqu’à ce que mon fils Shéla ait grandic. » Il disait en effet : « Il ne faudrait pas que celui-ci meure aussi comme ses frères ! » Tamar s’en alla demeurer dans la maison de son père.

12 Bien des jours passèrent et la fille de Shoua, femme de Juda, mourut. Quand il fut consolé, Juda monta à Timnad avec son ami Hira l’Adoullamite chez les tondeurs de son troupeau. 13 On informa Tamar en ces termes : « Voici que ton beau-père monte à Timna pour la tonte de son troupeau. » 14 Elle retira ses habits de veuve, se couvrit d’un voile et, s’étant rendue méconnaissable, elle s’assit à l’entrée d’Einaïme qui est sur le chemin de Timna. Elle voyait bien en effet que Shéla avait grandi sans qu’elle lui soit donnée pour femme. 

 Juda la vit et la prit pour une prostituée puisqu’elle avait couvert son visage. 16 Il obliqua vers elle sur le chemin et dit : « Eh ! je viens à toi ! » Car il n’avait pas reconnu en elle sa bru. Elle répondit : « Que me donnes-tu pour venir à moi ? » – 17 « Je vais t’envoyer un chevreau du troupeau », dit-il. Elle reprit : « D’accord, si tu me donnes un gage jusqu’à cet envoi. » – 18 « Quel gage te donnerai-je ? » dit-il. – « Ton sceau, ton cordonf et le bâton que tu as à la main », répondit-elle. Il les lui donna, vint à elle, et elle devint enceinte de lui. 19 Elle se leva, s’en alla, retira son voile et reprit ses habits de veuve. 

20 Juda envoya le chevreau par l’intermédiaire de son ami d’Adoullam pour reprendre le gage des mains de la femme. Celui-ci ne la trouva pas 21 et interrogea les indigènes : « Où est la courtisane qui était sur le chemin à Einaïm ? » – « Il n’y a jamais eu là de courtisane », répondirent-ils. 22 Il revint à Juda et lui dit : « Je ne l’ai pas trouvée et les indigènes ont même déclaré qu’il n’y avait pas là de courtisane. » 23 Juda reprit : « Elle sait s’y prendreg ! Ne nous rendons pas ridicules, moi qui lui ai envoyé un chevreau et toi qui ne l’as pas trouvée ! »

24 Or, trois mois après, on informa Juda : « Ta bru Tamar s’est prostituée. Bien plus, la voilà enceinte de sa prostitution ! » – « Qu’on la mette dehors et qu’on la brûleh ! » repartit Juda. 25 Tandis qu’on la mettait dehors, elle envoya dire à son beau-père : « C’est de l’homme à qui ceci appartient que je suis enceinte. » Puis elle dit : « Reconnais donc à qui appartiennent ce sceau, ces cordons, ce bâton ! » 26 Juda les reconnut et dit : « Elle a été plus juste que moi, car, de fait, je ne l’avais pas donnée à mon fils Shéla. » Mais il ne la connuti plus. 

27 Or, au temps de ses couches, il y avait des jumeaux dans son sein. 28 Pendant l’accouchement, l’un d’eux présenta une main que prit la sage-femme ; elle y attacha un fil écarlate en disant : « Celui-ci est sorti le premier. » 29 Puis il rentra sa main et c’est son frère qui sortit. « Qu’est-ce qui t’arrivera pour la brèche que tu as faite ! » dit-elle. On l’appela du nom de Pèrèç – c’est-à-dire la Brèche. 30 Son frère sortit ensuite, lui qui avait à la main le fil écarlate ; on l’appela du nom de Zérah.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.