T

Témoignages. Des portes ouvertes au souffle de l’Esprit

En 1975, le cardinal Marty initie le Centre pastoral Saint-Merry, mais également d’autres projets comme celui des Fraternités de Jérusalem à Saint-Gervais. Il s’agit alors de permettre à l’Église d’être pleinement au cœur de la ville, de se déployer sur ce que le pape François nomme les parvis, de se faire, à travers des projets aux nuances variées, proche de toute femme, de tout homme, quelle que soit sa condition, sa couleur, sa religion, son origine… autrement dit de s’incarner. Le Christ envoie ses disciples sur les routes de Galilée, hier comme aujourd’hui, et c’est bien là la mission du Centre. 

Dominique Rigaldo

Saint-Merry est un lieu de liberté,
et donne une ouverture à l’Église d’aujourd’hui. Vouloir fermer cette expérience revient à fermer l’Évangile
au monde. 

jacques plazanet

J’ai eu plusieurs fois l’occasion de venir à Saint-Merry depuis plusieurs années (je réside à Bruxelles). J’y suis intervenu à l’occasion d’expositions et aussi dans le cadre de la réflexion en vue du synode sur la famille. Je reste en lien avec un petit groupe qui réfléchit aux questions éthiques. J’ai été touché par la qualité de l’accueil des personnes et la qualité de la réflexion croyante. Je peux comprendre qu’il puisse à l’occasion y avoir des tensions entre les différentes instances qui utilisent l’église. J’ose cependant croire qu’en Église il est possible de dialoguer (éventuellement en faisant appel à un médiateur) et qu’il est possible de trouver des compromis permettant un équilibre entre les diverses fonctions, dans le respect mutuel…

Ignace Berten, dominicain, théologien

Encore aujourd’hui, dans nos provinces, nous gardons fidèlement en mémoire la façon dont la communauté prêche, prie et célèbre de façon royale, prophétique et… sacerdotale ! Cette préfiguration vivante de l’Église de demain, où le cléricalisme est dépassé par la communion eucharistique et par le partage en coresponsabilité me paraît l’accomplissement de ce à quoi le pape François nous appelait il y a deux ans : « L’Église a besoin que vous passiez votre permis d’adulte, spirituellement adultes, et que vous ayez le courage de nous dire : “cela me plaît, ce chemin me semble être celui à emprunter, cela ça ne va pas”… Dites-nous ce que vous sentez, ce que vous pensez. »

Philippe Perrin

L’Église du Christ est appelée à servir
et à vivre la rencontre. Servir suppose
qu’on garde les portes ouvertes.
Saint-Merry avance au large. 

marie pasquier

Un lieu ouvert, vivant, innovant qui invite à se poser, faire un pas de côté, penser le comment vivre à la suite du Christ aujourd’hui.

Bénédicte Meyrueix

Ce lieu permet d’accueillir des personnes des périphéries et ouvre les portes de l’Église au souffle de l’Esprit.

Thérèse Grenet

Le maintien de ce centre d’Église ouverte au monde et aux plus fragiles est pour moi essentiel.
Il y va de la crédibilité de notre Église.

Liliane Léger

Nous ne pouvons être indifférents, nous avons à Saint-Merry des amis fidèles et engagés en tant que chrétiens de bonne foi, souhaitant avoir deux mains tendues et un visage ouvert pour toutes et tous dans la différence, en acceptant le dialogue et les différences.

Myriam et Joseph Brisson

J’ai eu la chance de découvrir Saint Merry lors de la COP 21 voici cinq ans déjà. Le CCFD avait invité des organisations “sœurs” à participer à une célébration à la toute fin de la rencontre mondiale pour l’avenir de la planète. J’y ai découvert une paroisse – au sens très élargi – créative, questionnante, inspirante, accueillant pêle-mêle artistes et migrants.

Claire Delaive

C’est une urgence aujourd’hui d’innover, d’inventer pour témoigner de la parole de Dieu. Accueillir, offrir une vraie fraternité est bien la mission du chrétien. 

christiane rault

Un lieu d’Église ouvert et créatif dont le style et la singularité sont pleins de promesses d’avenir.
Le fermer serait un non-sens et, de mon point de vue, un immense gâchis.

Catherine Longevialle

Il est temps que notre Église prenne des risques, avance au large, quitte les sacristies pour aller aux frontières !

Hervé Bescond

Je sais que ce Centre joue un rôle important pour les croyants ou ceux et celles qui sont en recherche de sens dans leur vie. Il brille comme une lumière dans la nuit. Alors pourquoi l’éteindre ?

Isabelle Mattei

The Catholic Church is founded on inclusion! Never forget that! 

Amanda Thompson

En mémoire et en communion avec Xavier de Chalendar et avec tous les prêtres “Vatican II” qui ont travaillé à l’Église des parvis ouverts sur le monde impliqué dans la vie ordinaire loin des dogmatismes et des replis identitaires.

Bernard Coudeyre

Important comme signe visible de l’Église, comme lieu d’expérimentation et d’échange.

Mylène Roussel

Pour que l’Église soit universelle et solide sur ses bases il lui faut non seulement une nef centrale mais aussi des chapelles latérales pour l’accueil inconditionnel et l’innovation. Le Centre Pastoral Saint-Merry est depuis plus de quarante ans l’une de ces nécessaires chapelles. Grâce à sa forte collaboration prêtres/laïcs et l’adhésion de la communauté qui s’y réunit, il remplit pleinement sa mission. Pourquoi diable stopper brutalement cette belle aventure ?

Dominique et Anne Bénard

Aujourd’hui diacre permanent du diocèse de Nantes, j’étais étudiant à Paris à la fin des années 70. J’ai fréquenté régulièrement Saint-Merry. Le lieu est longtemps resté pour moi une référence d’une autre manière de célébrer, et d’une église ouverte aux périphéries.

Loïc Laine

Saint-Merry offre un lieu de recueillement unique où se relie tout un tissu social de la ville. Ses recherches et son ouverture au public, aux artistes et aux communautés variées ont inscrit l’Église dans le XXIe siècle. Il faut absolument garder pérenne cette ouverture si on ne veut pas couper l’Église de tout un public renouvelé. Les valeurs de notre société sont en pleines mutations et l’Église ne doit pas se fermer à cette dynamique.

Sido Rougeul

Pour un pasteur, un protestant comme moi, pour avoir régulièrement travaillé avec elles et eux, ce lieu est précieux pour l’œcuménisme, la solidarité, l’inclusion, l’annonce de l’Évangile dans une forme renouvelée

Stéphane Lavignotte

Ce que fait une communauté, on appelle cela la pastorale. La pastorale, ce sont des frères et des sœurs qui témoignent personnellement par toute leur vie, des hommes et des femmes qui savent rester libres et créateurs. Pour Jésus l’Église est une troupe de convaincus avant d’être une organisation bien rodée et influente. La pastorale doit rapprocher l’Église de sa source, la rencontre entre frères et sœurs.

Jacques Mérienne

Cette autre forme de présence d’Église voulue et vécue depuis le début est toujours plus vitale dans notre société actuelle.

Renée-Noël de Vathaire

Dans l’Église, on ne casse pas. On s’échauffe s’il le faut, comme dans les Actes des apôtres, mais on ne casse pas. J’espère que la communauté de Saint-Merry continuera d’une façon ou d’une autre car elle m’a fait beaucoup de bien depuis quarante ans.

François Lefort
CatégoriesNon classé

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.