T

Temps d’affinage pour les fromages…

H. m’a dit qu’il venait justement d’afficher qu’il pouvait rapporter en voiture des choses lourdes. Il connaissait un site qui fournissait une affichette prête à sortir sur laquelle on pouvait inscrire ce genre de petites annonces. Nous l’avons fait ensemble mais à bonne distance chacun sous notre porche ! Nous avons ajouté aussi une feuille où on pouvait inscrire ses coordonnées.

Quelqu’un m’a apporté du pain ; moi j’ai déposé des livres… sur un paillasson. J’ai apporté des médicaments à une autre. Une personne sort ainsi pour plusieurs. Skype a permis une aide en latin ; de la lecture à plusieurs enfants de la même classe. On partage humour, bonnes idées et belles choses sur WhatsApp et par mails. Une couturière avait besoin de fil vert ; un bricoleur d’une scie cloche…  A cent personnes, on a du stock !  

On a du temps…  à ne rien faire : on fait du tri, du ménage… tout en faisant nos réflexions… 
Les araignées déménagent, les poubelles se remplissent…
La rue est calme, les fenêtres invitent le soleil !
La boîte aux lettres est en vacances… ou au régime : il y a donc un tri sélectif qui se fait en amont, ces temps-ci  ?! Nous prenons l’escalier à petite vitesse… en faisant attention à la manière de nous croiser mais le sourire est bien là.
Notre immeuble commence à applaudir à 20 heures tous ceux qui courent des risques à notre place, et on se sourit de côté pair à impair, ou, comme une tortue qui sort la tête de sa coquille, du 19 au 21…    

Chacun fait attention à faire un peu plus silence (chaise qu’on tire, jeux moins sonores) :  que vivent donc les sous-mariniers, les prisonniers, les immobiles, les séquestrés, les isolés, abandonnés… Personne n’a tant parlé de notre presque centenaire dont la fille est aux USA.      

Dans notre cour un père et son fils s’entraînent au tennis avec une balle moins nerveuse qu’à leur club ;  plus tard, deux mamans à bonne distance apprennent à leurs petites filles de 3 ans à faire rouler un ballon de l’une à l’autre. Spectacles joyeux pour qui ne peut sortir… 
Il fait beau : on peut se parler de balcon à balcon, et chacune de nos petites fleurs semble étinceler comme une merveille. J’ai même eu la visite une abeille, et mon persil frétille pour se distribuer comme un clin d’œil qui dit « espoir». 

Quelle Fête des voisins on va faire ! 

Affinage des fromages, Confinement,  renforcement…

                                                                       Marguerite C.-R.      

CatégoriesNon classé

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.