La sainte famille, atelier de Geergten Tot Sint-Jans (1495 ca), Rijksmuseum, Amsterdam, détail.jpg

Le temps de l’Avent est là

Deux questions rythmeront nos dimanches. Face aux dangers pour la planète, aux replis identitaires, à la pauvreté engendrée par la mondialisation, qu’avons-nous à craindre ? Qu’avons-nous à espérer ? Par Michel Bourdeau

Le temps de l’Avent est là. Un affiche dans le métro y invite : « Offrez-vous un calendrier de l’Avent des Bières ! ». Il s’agit d’un carton contenant 18 styles de bières de 24 brasseries différentes, 17 pays et 3 continents… Sur le site web, l’annonce se termine par : « Faites plaisir pour Noël, offrez un Beery Christmas ».

Et nous, qui allons vers un Merry Christmas, un Noël à Saint-Merry, comment réagir à cette marchandisation de ce moment de pure création ? Un Dieu qui s’incarne dans un bébé dénué de toute ambition, balloté avec ses parents par un pouvoir oppressif. Serait-il aujourd’hui à l’image des ces enfants sur les routes de l’exil dont on tient une comptabilité sinistre : Combien en veut-on ? N’est-ce pas trop ?

Face à ces mouvements migratoires, aux dangers pour la planète, aux replis identitaires, à la pauvreté engendrée par la mondialisation : deux questions rythmeront nos dimanches de l’Avent : Qu’avons-nous à craindre ? Qu’avons-nous à espérer ?

Michel Bourdeau

Tags from the story
, ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *