©fc d'après caju-gomes (Unsplash)

Le temps de la vie

Que le temps des vacances passe vite !

Certains affirment qu’il est normal qu’avec l’âge, la durée des jours, des mois, des années s’abrège. L’enfant garde, lui, une capacité d’émerveillement, une ouverture aux découvertes qui élargit les dimensions du temps dont il explore instinctivement toutes les potentialités avec étonnement, curiosité, intensité.

Une majorité d’adultes soumis au strict monothéisme de l’argent, y compris en vacances, plus encore dans la vie quotidienne et professionnelle se trouvent coincés dans un système économique mondial dont la règle d’or semble de faire le profit maximum dans un temps minimum, quitte à épuiser les gens, à sacrifier les plus démunis et à polluer la planète !

La langue latine semble suggérer un autre ordre de priorités : l’otium désigne le fait de ne subir aucune contrainte, aucune obligation et c’est en second que vient le negotium (d’où vient notre mot négoce) c’est-à-dire « les affaires ».

Dans l’évangile de Matthieu, les choses sont très claires : les riches ne peuvent accéder au Royaume de Dieu (19,24), ouvert aux enfants et nous avons à redevenir comme eux (18,3) ! Mine de rien, c’est un sacré défi et une entreprise de longue haleine !

« Réveillons en nous les enfants endormis », disait déjà le philosophe, mathématicien et juriste Leibniz ! Et le poète américain Thoreau citant une inscription chinoise : « Renouvelle-toi complètement chaque jour ; fais-le encore et encore et tous les jours de ta vie. »

Alain Merlet

Billet du dimanche 17 septembre 2017

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *