Tu m’apprends le chemin de la Vie

Le ciel et la terre passeront,
mes paroles ne passeront pas.

Dimanche 18 novembre 2018

PREMIÈRE LECTURE (Dn 12, 1-3)
« En ce temps-ci, ton peuple sera délivré »
PSAUME (Ps 15 (16), 5.8, 9-10, 11)
Garde-moi, mon Dieu,
j’ai fait de toi mon refuge.
DEUXIÈME LECTURE (He 10, 11-14.18)
« Par son unique offrande, il a mené pour toujours
à leur perfection ceux qu’il sanctifie »
ÉVANGILE (Mc 13, 24-32)
« Il rassemblera les élus des quatre coins du monde »

Introduction

Nous vous souhaitons à toutes et tous un bon jour ! Nous étions 10 lundi pour partager sur les textes proposés pour aujourd’hui  et pour construire la  célébration de ce matin.  Les groupes en lien avec l’international était là  et nous invitent à avoir présents au cœur les immigrés et leur accueil, Gaza et plus largement la Syrie, le Yémen et tout le moyen Orient, le Mexique et toute l’Amérique du Sud , le Congo bien sûr et l’Afrique …. à nous donc de nous laisser agrandir le coeur… Une de nos motivations est aussi de fêter les 25 ans de sacerdoce de celui qui préside notre assemblée, José, avec tous ceux qui sont venus  l’accompagner. Pour entrer dans la célébration nous retiendrons 2 des trois textes que l’Église propose pour  ce jour . Ils ne sont pas faciles  : quand nous les avons entendus en préparant, certains ont dit : mais c’est imbuvable ! Qu’est-ce que ça peut bien vouloir dire pour nous aujourd’hui ? Nous avons eu un échange riche et passionnant qui nous a donné quelques lumières… Alors nous vous proposons, à votre tour, d’entendre d’abord ces 2 textes, bruts de décoffrage, du genre apocalyptique c’est à dire du genre description fin des temps,  de les laisser retentir en vous et puis, ensuite, nous vous partagerons un double éclairage qui nous a nourris,  réjouis, et qui viendra peut-être mettre en route votre propre réflexion.

Jean-Luc Lecat-Deschamps

Commentaire

A travers nos chaos, Il est là, Il nous apprend le chemin…. Lundi, quand nous avons préparé cette célébration, Il était là, au milieu de nous, avec nos rejets des textes, nos incompréhensions,… mais peu à peu nos cœurs se sont ouverts à l’espérance, nous avons dépassé le langage très marqué par une époque et une histoire. Au détour de notre cheminement, il a été évoqué qu’une interprétation possible était le renversement de l’ordre des choses, une conversion qui est un changement de direction, comme dans les Béatitudes où ce qui est inacceptable devient l’essentiel, ce qui rend heureux.
Au milieu de l’avalanche des situations catastrophiques qui accablent l’humanité aujourd’hui, qu’est-ce qui est important ? La réussite ? La puissance ? L’extension infinie de l’avoir ? … Nous le savons bien, cette soif du toujours plus, c’est elle qui alimente le chaos en détruisant
l’harmonie de la Terre que l’on épuise pour augmenter les performances. Le chaos de la relation entre les humains, nous le provoquons quand les personnes sont essentiellement considérées comme instruments de production, … Travailler toujours plus ! Le chaos, nous le permettons quand une grande majorité d’hommes et de femmes est appelée uniquement à servir la prospérité, sans respect de leur dignité. Le chaos nous y participons en maintenant les conflits, … Aubaines économiques par l’accroissement des ventes d’armes et des promesses de reconstruction ! Le chaos, nous le laissons prospérer quand tout est mis en œuvre pour neutraliser les utopistes qui ne se résolvent pas aux fatalités des lois liberticides, … Et pourtant leur récompense est grande dans les cieux !
Le chaos…
Au milieu des chaos, Il est là ! Comme le figuier a besoin du repos hivernal pour que feuilles et fruits apparaissent au début de l’été, ayons l’espérance que le Fils de l’homme qui est proche, à notre porte, nous guidera sur le chemin qui permettra le retournement total de l’échelle de nos valeurs. A travers nos chaos, Il est là, Il nous apprend le chemin….

Marie-José Lecat-Deschamps

Commentaire

Dans le chaos de nos vies, dans le chaos de notre monde, Jésus est tout proche, il est à notre porte. C’est un motif d’espérance. Mais cette espérance à laquelle nous sommes appelés n’est pas de l’ordre de la résignation. Certes, nous ne savons ni le temps si l’heure, mais notre attente n’est pas une attente passive, bien au contraire. Face à la détresse, nous sommes appelés à faire preuve d’intelligence. L’intelligence dont il est question, ce n’est pas notre intellect, l’intelligence rationnelle que nous aimons tant manier et qui nous sert parfois à nous imposer ou à dominer. C’est au contraire, l’intelligence des situations, qui nous inspire le mot qui convient, qui nous suggère des solutions nouvelles là où tout paraît bouché. C’est l’intelligence du cœur, qui fait que nous sommes attentifs aux cris du monde et aux détresses des hommes et des femmes que nous côtoyons. C’est l’intelligence de l’amour, qui nous envoie vers les autres, proches ou lointains, et d’abord vers les plus faibles ou les plus exclus.
Nous sommes également invités à être des maîtres de justice pour la multitude, afin de resplendir comme la splendeur du firmament. Il ne s’agit pas uniquement de compenser les désordres du monde par des actions de solidarités : c’est indispensable, mais ce n’est pas suffisant. Non, il faut que nos vies entières soient gouvernées par la justice et que nous la répandions autour de nous. Alors, si nous agissons ainsi, si nous sommes habités par cette même espérance active, par cette confiance inébranlable dans le Père, nous pourrons vraiment chanter comme le psalmiste « Tu m’apprends le chemin de la vie ».

Vincent Moreau

Mot d’envoi

Quel que soit « l’aujourd’hui » de nos vies cette semaine, même  si ça nous paraît  chaotique, ou pire, Il est là,  tout proche…

Jean-Luc Lecat-Deschamps
Tags from the story
, ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.