©fc d'après matt-lamers-unsplash.com

Un autre chemin

… l’étoile qu’ils avaient vue à l’orient les précédait,
jusqu’à ce qu’elle vienne s’arrêter au-dessus de l’endroit
où se trouvait l’enfant.
Quand ils virent l’étoile,
ils se réjouirent d’une très grande joie.
Ils entrèrent dans la maison,
ils virent l’enfant avec Marie sa mère ;
et, tombant à ses pieds,
ils se prosternèrent devant lui.

Dimanche 7 janvier 2018

PREMIÈRE LECTURE (Is 60, 1-6)
« La gloire du Seigneur s’est levée sur toi »
PSAUME (71 (72), 1-2, 7-8, 10-11, 12-13)
Toutes les nations, Seigneur,
se prosterneront devant toi.
DEUXIÈME LECTURE (Ep 3, 2-3a.5-6)
« Il est maintenant révélé que les nations sont associées
au même héritage, au partage de la même promesse »
ÉVANGILE (Mt 2, 1-12)
Nous sommes venus d’Orient adorer le roi

Introduction 

Bonjour à tous, amis fidèles du Centre Pastoral et hôtes de passages.
Peu avant Noël nous avons, nombreux, quitté la morosité de Paris
pour aller chercher au loin le soleil, la lumière, je le vois sur vos visages.

Ce que nous proposent les lectures d’aujourd’hui,
c’est également de quitter les ombres de nos vies
pour, ensemble, à l’image des mages, cheminer vers la lumière
et, nourris de la Parole, du Verbe, rentrer à la maison
tout joyeux avec un regard nouveau sur le monde.

Le texte d’Isaïe qui ouvre les lectures nous introduit dans cette forte dynamique
et je vous invite vivement à le lire en rentrant car il ne sera pas proclamé,
mais chanté par nous tous ici rassemblés.

Au nom du Père, ….

Damien Pasquier-Desvignes

Commentaire

« Mais avertis en songe de ne pas retourner chez Hérode,
ils regagnèrent leur pays par un autre chemin ».

Pour moi, c’est l’une des plus belles phrases des Évangiles,
et dans le même temps, c’est une des phrases les plus énigmatiques,
car l’Évangile ne nous dit rien de ce nouveau chemin.

De l’aller, nous avons tous les détails : nous savons
que c’est une étoile qui a provoqué le départ des mages.
Toutes les étapes nous sont décrites avec précision et nous pouvons également
voir tous les sentiments des acteurs du drame qui est en train de se nouer :
les doutes et la joie des mages, l’inquiétude de Jérusalem et d’Hérode.

Mais sur le chemin du retour, rien du tout : uniquement cette phrase laconique,
mais qui en dit tant sur les conséquences d’une rencontre en vérité avec Jésus.

Premier constat : l’étoile a disparu.
Manifestement, la rencontre avec cet enfant roi a été si lumineuse
que les mages n’ont plus besoin d’être guidés par une aide extérieure,
par une étoile qui brille de manière intermittente au-dessus d’eux.
Ils sont comme remplis de la lumière de cet enfant
qui brille en eux au point d’éclairer pleinement leur vie et leur route.

Deuxième constat : ils regagnent leur pays.
Ils ne partent pas vers un nouvel horizon inconnu,
mais retournent dans leur pays, dans leur vie quotidienne.
Je rapproche ce moment de la phrase
prononcée par l’Ange à côté du tombeau vide
« Il vous précède en Galilée, c’est là que vous le trouverez ».
Jésus ne nous invente pas un nouveau lieu
mais transforme radicalement notre quotidien,
puisque nous sommes désormais invités à y tracer un autre chemin.

Troisième constat : ils ne retournent pas chez Hérode.
Donc ce chemin n’a rien à voir avec le chemin tortueux et difficile de l’aller.
Il n’est pas marqué par les faux semblants d’Hérode,
par l’alternance entre les doutes et la joie, par toutes ces péripéties.
Au contraire, c’est un chemin apaisé. Les mages savent où ils vont
et ce qu’ils ont à faire, et n’ont que faire des paroles d’un roi tyrannique.

Lorsque le Pape François nous exhorte
à être des chrétiens joyeux, il ne dit pas autre chose.
Si nous rencontrons Jésus en vérité, nous ne pouvons qu’être dans la joie,
une joie qui nous transforme radicalement et nous met sur un autre chemin.

Or, combien de fois, lorsque je vais à la messe,
je rentre chez moi par le même chemin, un chemin fait au mieux d’indifférence,
au pire de doutes, et non pas par cet autre chemin apaisé.

Mais, heureusement, il arrive aussi que l’Esprit œuvre en secret
et sans que nous nous en rendions compte.

Je me souviens d’un retour du Frat de Lourdes
que j’ai vécu en seconde, avec 5 000 jeunes d’Ile de France
où nous avions célébré ensemble la Semaine Sainte.
Moment forcément intense, mais objectivement
était-ce si différent d’un concert de Johnny ?
Ça devait l’être, car quelques semaines plus tard,
à une soirée en présence d’autres lycéens,
l’un de mes amis, qui n’était pas au Frat me dit
« il y a quelque chose de vraiment spécial entre vous
depuis que vous êtes revenus du Frat ».
L’expérience de résurrection du Christ vécue ensemble à Lourdes
nous avait probablement mis un instant sur cet autre chemin.

Alors c’est peut-être aussi le dernier enseignement de cette phrase mystérieuse.
Cet autre chemin, ce n’est pas un chemin que nous faisons tout seul,
mais c’est un chemin que nous partageons avec celles et ceux
qui sont venus à la rencontre de Jésus et qui en ont été transformés.

Vincent Moreau

Envoi

A l’image des mages venus adorer l’Enfant Jésus,
maintenant nourris du Verbe, nous pouvons, avec des yeux nouveaux,
regagner notre quotidien dans la joie.

Qu’elle nous habite, nous illumine et nous irrigue tout au long de la semaine,
témoins du Ressuscité.

Damien Pasquier-Desvignes
Tags from the story
, ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.