Une Église ouverte

Le Centre Pastoral Saint-Merry

En mai 1975, le Cardinal François Marty, archevêque de Paris, confie à Xavier de Chalendar et un groupe de chrétiens une mission de présence d’Église dans un lieu en pleine mutation, le quartier Halles Beaubourg. Ainsi est né le Centre Pastoral Halles Beaubourg (CPHB), dénommé Centre Pastoral Saint-Merry (sans acronyme) depuis son assemblée générale du 8 novembre 2015.
Cette Mission a été renouvelée par le Cardinal André Vingt-Trois lors de sa visite à Saint-Merry, le 17 avril 2016.

 Une Église ouverte

Une église de la rencontre avec des chrétiens mais aussi des marginaux, des chercheurs de sens. Ainsi se créent de nouveaux types de solidarités, de nouveaux modes de vie. Les passants éloignés de la foi trouvent à Saint-Merry un lieu d’échange, de partage et un tout autre visage de l’Église. C’est aussi un lieu de recherche menée par des intervenants sur l’actualité et sur la formation en exégèse, théologie, philosophie. Notre communauté s’inscrit dans une culture de débat, d’écoute des différences entre nous, d’accueil de nouveaux regards, de nouvelles perspectives où se joue la fraternité au Christ.
Résidant dans tout Paris ou banlieues parfois lointaines, les membres du Centre Pastoral Saint-Merry forment une communauté qui cherche une nouvelle pratique de la foi dans l’Église et le monde actuels.

Une célébration vivante

Nous célébrons l’Eucharistie, chaque dimanche à 11h15, dans un esprit de recherche, de liberté et de création liturgique. C’est une messe à trois temps.
Premier temps, des volontaires se retrouvent le lundi ou le mardi pour lire, méditer et échanger sur les textes du dimanche suivant et construire ainsi la célébration.
Deuxième temps, le dimanche, dans la nef sur le Carré, liturgie de la Parole animée par celles et ceux qui ont préparé la célébration et les animateurs de chants. Un écho des diverses équipes et des activités bibliques, spirituelles et solidaires jaillit dans nos célébrations.
Troisième temps, l’Eucharistie. La communauté se déplace vers le chœur pour célébrer autour d’une longue table, communier sous les deux espèces, puis revient autour du Carré pour faire silence, prier, méditer et chanter.

L’accueil

Nous avons reçu pour mission de pratiquer l’accueil en écoutant d’abord la parole de l’autre avec qui se partage les recherches, les doutes, les engagements, les espoirs…
Accueillir celles et ceux qui viennent vers nous concerne l’ensemble des membres de notre communauté, chacun en devient “témoin”.

La solidarité

Être chrétien, c’est travailler pour la justice et oser prendre parti pour ceux dont les droits fondamentaux sont bafoués. Plusieurs équipes sont engagées dans une solidarité active (migrants, chômeurs, mal-logés, etc.). Voir le Pôle Solidarités – Fraternités sur notre site internet. Notre assemblée est souvent appelée à diffuser informations et actions en faveur de femmes et hommes, êtres humains blessés, torturés, rejetés en France et dans le monde. Le Centre Pastoral Saint-Merry se fait relais et porte-parole des sans-voix.

La création artistique

La mission reçue par le Centre pastoral dès le début est aussi de développer un autre discours sur l’Art et l’Église. Ainsi Saint-Merry s’ouvre aux créateurs, aux expositions d’œuvres artistiques et aux concerts de musique classique ou contemporaine. Voir le Pôle Art – Culture – Patrimoine sur notre site internet.

Prêtre et laïcs coresponsables

Au Centre Pastoral Saint-Merry, se vit la collégialité prêtre-laïcs, tous responsables des orientations pastorales pour annoncer l’Évangile, par notre façon de vivre, en reformulant la foi par des gestes novateurs et un langage nouveau afin de rejoindre nos contemporains. Ainsi une parole personnelle et libre peut être prononcée. Les échos du monde se mêlent au mystère de la foi sur les chemins du Christ.
Tous les ans, l’Assemblée de la Communauté se réunit pour évaluer ce qui a été entrepris et imaginer les initiatives à prendre. Tous les cinq ans environ, elle discute et vote ses grandes orientations. Et tous les trois ans, des laïcs sont élus par la Communauté et forment l’Équipe Pastorale avec le prêtre nommé responsable du Centre Pastoral par l’évêque. Cette équipe applique et anime les orientations pastorales de la communauté.

  1. Magali Curtis says:

    Je souhaite fort fort que le centre pastoral reste ouvert,c est un lieu indispensable. Il est pour moi un lien authentique entre les gens qui cherchent à améliorer le monde.

  2. Claire de Ramecourt says:

    J’ai découvert le centre Pastoral St Merry, appelé à l’époque CPHB centre Pastoral Halles Beaubourg, en 1977 alors que j’étais encore étudiante. C’est un lieu encré dans la vie : les plus défavorisé, les migrants, la culture, l’art… avec un œil sur le monde mais aussi l’accueil du tout-venant, et de ceux qui ne trouvent pas d’autre lieu pour vivre leur vie de Chrétien en accord avec leurs idées ou leur vie. J’ai grandi dans ma foi et participé à ma mesure au bouillonnement des activités et réflexions proposés. St Merry c’est plus qu’une expérience pour moi, c’est toute une vie de foi ! et je n’envisage pas que cela s’arrête pour des raisons qui n’en sont pas.
    Claire

    1. Marie-Françoise says:

      Je découvre ce matin la décision de Mgr Aupetit de fermer ce centre dès le 1er mars prochain.
      Quelles en sont les raisons ?

        1. Ferrero says:

          Le monde catholique a besoin de ce genre de liberté pour retrouver le vrai message du Christ et l’appliquer…
          Merci pour qui vous êtes. Je vous soutiens et signe la pétition.

  3. Claude says:

    La croix http://www.la-croix.com/Religion/A-Paris-Mgr-Aupetit-programme-fin-centre-pastoral-Saint-Merry-2021-02-15-1201140856
    fait référence à une lettre du 7 février de Monseigneur Aupetit a adressée le 7 février 2021 dont extrait “Les désaccords qui peuvent s’exprimer ne justifient en aucun cas la méchanceté, l’absence de charité et la volonté de détruire ainsi manifestées à l’encontre de vos pasteurs. » Serait-il possible d’avoir l’intégralité de cette lettre?
    Merci

  4. Claire Dubourdieu says:

    Mercredi des Cendres. Je saisis l’occasion pour confier le Centre Pastoral Saint-Merry à tous ceux qui ont œuvré pour sa création, son développement, sa vitalité.
    Il demeure pour moi l’image vivante de l’Eglise des premiers temps, avec des apôtres audacieux qui créent, innovent, se risquent aux périphéries, là où le Christ peut rejoindre celui qui ne s’y attendait pas.
    Notre belle Eglise peut-elle se laisser aller à la tentation de l’uniformité ? N’est-ce pas dans la diversité qu’elle proclame sa véritable vocation ?
    Je retiens des personnes de Saint-Merry que j’ai eu et ai toujours, la joie de connaître, leur désir de la rencontre, leur foi profonde, fidèle au Christ.
    Je retiens d’une messe l’invitation à dire à son voisin “Tu as du prix à mes yeux”.
    Que vive cet esprit de fraternité en collégialité laïcs/clercs !

  5. Cattalano says:

    Deux articles du Monde , de Christine Pédotti 18:02:2020,de Virginie Larousse 25:02:2020 et un aricle de libération d de B. Sauvaget du Vendredi 26 février confirment la dérive droitière de L’Eglise de France ,la remise en place de l’autorité cléricale et analyse le système Aupetit.
    Les églises intégristes comme St Nicolas du Chardonnet ou les paroisses sous l’égide de la communauté de St Martin fonctionnent sans problème.
    Le prétexte d’une dissension entre curé et équipe pastorale cache, me semble-t-il ,un conflit idéologique .Quelle Eglise voulons- nous?
    Mlaurence Cattalano

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.