Une marche pour « faire du fraternel »

Le Réseau Spiritualités-Fraternité et le Pôle Nouvelles Générations organisent cet été une marche du 14 au 22 juillet du Mont Saint Michel aux Sept Saints Vieux Marché. Ils nous expliquent ce beau projet et nous invitent à partager ce temps de rencontre et fraternité.

Pourquoi une Marche/pèlerinage de la Fraternité ?

Dans notre « village mondialisé » où le meilleur et le pire se côtoient, le bruit des armes comme celui des salles des marchés financiers dérégulés domine largement les cris des exclus d’une société d’abondance indifférente et violente et les « gémissements » d’une nature qu’on blesse. Un besoin urgent de faire ou re-faire du fraternel se fait jour.  D’où cette Marche de la Fraternité du 14 au 22 Juillet 2018, du Mont Saint-Michel aux Sept-Saints Vieux-Marché, Côte d’Armor, ouverte à tous et particulièrement aux jeunes

Dans notre société plurielle, des personnes de tous âges sont convaincues que les principes de liberté, d’égalité, de fraternité inspirés des diverses traditions philosophiques et religieuses sont loin d’avoir produits tous leurs fruits. Forts de cette conviction, nous choisissons d’entreprendre une marche de la Fraternité, de créer un évènement citoyen, intergénérationnel, spirituel et d’abord fraternel et joyeux. Cette expérimentation rejoint l’intuition de la Nuit sacrée, toute spiritualité est un bon levier pour un vivre ensemble harmonieux.

« Suis-je le gardien de mon frère »

« Suis-je le gardien de mon frère » : ce verset de la Genèse est le leitmotiv de cette Marche de la Fraternité du 14 au 22 Juillet 2018 du Mont Saint-Michel aux Sept-Saints Vieux-Marché, Côte d’Armor. 

Elle est parrainée par Mgr Jacques Gaillot, évêque de Partenia ; Cheikh Khaled Bentounès, guide spirituel de la confrérie soufie Alâwiyya ; Bariza Khiari, présidente de l’Institut des Cultures d’Islam et soutenue par Coexister, l’ACAT, l’Association Internationale Soufie Alâwiyya (AISA), le Groupe d’Amitié Islamo-Chrétienne (GAIC), le Groupe du Foyer Islamo-Chrétien (GFIC)…

Vous pouvez cliquer ici pour avoir accès aux renseignements pratiques.

Se disposer à entendre ce que l’autre dit de lui-même

« Le but n’est pas les Sept-Saint Vieux-Marché mais le chemin ». Notre conviction – et expérience passée – est que cette Marche de la Fraternité, ces rencontres inattendues, ces liens tissés au quotidien entre personnes d’une société mosaïque ne peuvent que contribuer à dissoudre les préjugés les plus inconscients, sources de peurs, d’exclusions sinon de haines, et à construire des liens où s’envisage une société plus fraternelle, plus juste, plus pacifiée, simplement plus humaine. Le défi de cette expérimentation sera une rencontre en vérité : se disposer à entendre ce que l’autre dit de lui-même, à discerner les éléments qui consonnent en soi et ceux qui ne consonnent pas ou peu ou pas encore ou pas du tout. Expérience déstabilisante peut-être mais féconde si nous cherchons, comme le frère Jean-Pierre Schumacher, dernier survivant de la communauté des moines de Tibhirine, à « découvrir la beauté et le travail de l’Esprit saint en chacun, y coopérer, l’encourager. Sans aucun désir de prosélytisme [car] un même Esprit agit dans le coeur des hommes de foi et de prière qui se laissent conduire par Dieu. »

Pourquoi du Mont St-Michel aux Sept-Saints Le Vieux-Marché ?

Un pardon traditionnel breton a lieu chaque année, le 4ème dimanche de juillet, aux Sept-Saints Le Vieux-Marché. Le récit-légende des Sept-Saints reprend celui des Sept Dormants d’Éphèse, sept officiers romains, refusant de renier leur foi chrétienne, ont été emmurés vivants dans une caverne près de la ville d’Éphèse (IIIe siècle après J.-C.). « Cent soixante dix-sept années après, quand fut ouverte la caverne, ils y furent trouvés »: dit la geste « du pardon des Sept Saints » (début  VIe siècle). Ce récit-légende arrivé aussi en Arabie est raconté dans la sourate 18 du Coran : « Les Gens de la Caverne ».

En 1954, Louis Massignon fait le rapprochement entre ces deux versions d’une même légende. Ce chrétien fervent, spécialiste de mystique musulmane, militant de la paix, fut à l’origine de l’ouverture du pardon traditionnel à des hôtes musulmans.

Certains d’entre nous peuvent émettre quelques doutes sur la véracité du récit que d’autres qualifieront de miraculeux. Toutefois, dans cette légende, comment ne pas voir une puissante métaphore sur le passage de la mort à la vie, de l’enfermement à la libération, de l’obscurantisme à l’émancipation, du grain de blé qui meurt au bel épi que fait danser une brise d’été ?

Nous sommes attendus

Les trois premières étapes seront consacrées à une connaissance mutuelle entre marcheurs -pèlerins. Aux suivantes – St-Malo, St-Lunaire, St-Jacut de la mer, St-Brieuc et Les Sept-Saints – se tiendront des réunions où expériences interreligieuses et interconvictionnelles seront partagées. Les programmes d’été de ces lieux en feront bientôt l’annonce.

Nous attendons des jeunes

Cette marche est ouverte à toute personne respectueuse des convictions d’autrui. Les inscriptions sont ouvertes. Les « seniors » musulmans et surtout chrétiens commencent à s’inscrire. Cette Marche/pèlerinage se veut intergénérationnelle et interconvictionnelle. Aussi pour constituer un groupe en cohérence avec nos objectifs, nous souhaitons la présence de nombreux jeunes de toutes convictions. Nous demandons à chacune, à chacun de faire un harcèlement pacifique auprès des jeunes générations que vous côtoyez. Si besoin se fait sentir un fonds de solidarité prendra en charge partiellement les personnes à très petits budgets, en priorité les jeunes.

Le Réseau Spiritualités-Fraternité et le Pôle Nouvelles Générations

Pour plus d’information et inscription : rsf-saint-merry@orange.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.