Une petite flamme qui ne s’éteint jamais

Dimanche dernier à propos des « coups de projecteur bien dirigés », le billet nous interpellait sur nos sources de lumière.

Loin des projecteurs, ceci m’a ramené à cette simple église de village, dans cette après-midi d’une journée d’été écrasée de soleil où je me suis trouvé seul devant une petite flamme toute fragile auprès d’un tabernacle !…

…et cela m’a ramené encore plus loin, à cette toute petite flamme qui s’allumait en moi certains soirs de découragement lorsque j’étais enfant. Elle a beaucoup vacillé au fil des ans…mais ne s’est pas éteinte.

Cette petite flamme auprès du tabernacle nous invite à semer, construire, libérer, inventer de nouveaux chemins, et à tenter d’aimer sans dominer, ni posséder.

Elle nous ouvre tout le champ des possibles.

Elle nous permet d’oser le pouvoir dont la légitimité ne s’inscrit que dans le service : un maire, un député, une équipe pastorale doivent sans complexe accepter l’exercice du pouvoir, se sachant serviteurs de leurs mandants et responsables devant eux.

….une bien fragile petite flamme qui, à travers le temps, ne s’éteint jamais…et qui peut – fugitivement – nous inonder de lumière.

« Ma grâce te suffit, car ma puissance donne toute sa mesure dans la faiblesse ».

                           Jean-Marc Lavallart

Tags from the story
, , , ,