Le Carmel de la Paix, à Mazille (Bourgogne)

Une simple conversation

Le carmel de la Paix à Mazille : un ensemble imposant de blocs de béton aux lignes épurées, percés de vitraux multicolores. C’est là que cette année je suis allée passer Noël : envie de prière, de simplicité et de silence.

À la demande d’une sœur, le 24 décembre, on se retrouve à deux à aller chercher des branches de sapin, sécateurs à la main, afin de décorer la table du repas du soir qui sera pris en commun. Mon accompagnatrice – Rosine – a l’âge d’être ma grand-mère.

Rapidement la conversation s’engage et elle me confie son désarroi de ne pouvoir passer les fêtes avec ses enfants qui sont devenus athées. L’un de ses fils lui a même demandé, quand il venait lui rendre visite avec ses propres enfants, de ne plus avoir à dire le bénédicité avant le repas. Et Rosine de conclure : « On dirait qu’ils se sentent menacés ! »

Je ne peux m’empêcher de sourire d’abord et d’avoir envie de la rassurer ensuite : « Oui je crois que ce que tu leur proposes constitue une forme de « menace » salutaire ! Cela me paraît bénéfique : comme une brèche dans un mur qui aurait cette vertu miraculeuse de laisser passer la lumière ! » Et moi de poursuivre : « Tu sais dans ma famille la seule personne croyante (et encore en catimini parce que c’était quasi tabou !) c’était ma grand-mère. Et malgré l’éducation humaniste et parfaitement matérialiste que j’ai reçue… va savoir comment : le Message est passé ! »

Sandra March

Billet du dimanche 8 janvier 2016

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *