©fc

Une visite européenne à Saint-Merry le 13 octobre

Le 13 octobre, nous accueillions à Saint-Merry pour une « study visit » des congressistes de l’association européenne « Future of religious heritage » (Avenir du patrimoine religieux européen).  Saint-Merry correspondait aux thématiques de leur congrès : implication des communautés pour faire vivre un patrimoine, impact social, engagement local, état de dégradation de l’église…

Qu’est-ce que l’Association « Future of religious heritage » (Avenir du patrimoine religieux européen) ?

FRH est une association européenne ayant son siège à Bruxelles, dont les objectifs sont :
1 – Réunir toute personne, association, municipalité, personne publique ou privée agissant dans le secteur du patrimoine religieux, et ainsi constituer un réseau
2 – Faire du lobbying au niveau européen et attirer l’attention sur les grands défis du patrimoine
3 – Participer selon les opportunités à des projets à financer à l’échelle européenne.

L’association a obtenu que, dans le rapport de la commission européenne sur la culture, approuvé et voté, le patrimoine religieux soit nommément cité, ce qui n’était pas le cas jusqu’ici – alors qu’il représente un enjeu de taille. D’un sondage sur ce patrimoine, il ressort un soutien appuyé du peuple européen. Ainsi l’Europe a consenti un financement au réseau FRH pour qu’il grandisse et se développe.

Un congrès européen à l’Unesco

Dans le cadre de l’Année européenne du patrimoine culturel,  le congrès 2018 de la FSH s’est tenu à Paris, à l’Unesco du 11 au 13 octobre, sous le patronage du ministère de la Culture, autour des grands thèmes : l’Europe et le patrimoine religieux, l’innovation, l’implication des communautés, l’éducation. Un constat : partout en Europe, où une baisse de la pratique menace ce patrimoine, une action coordonnée paraît essentielle. Lire l’article de la Croix du 15 octobre

Quelques interventions marquantes :

Paul Tighe, représentant le secrétariat du Conseil Pontifical pour la culture : « Les églises sont un trésor ouvert à tous. Ce sont des lieux de rencontre qui doivent accueilir tous. L’art, qui ouvre l’émotion, est là pour tout le monde. C’est un espace pour le dialogue. Non pas un musée, mais une fonction vivante. »

Todd Wein, de Groningen aux Pays-Bas, insiste sur la notion de « post-sécularisation », qui va entraîner des nouveaux usages de ces lieux de culte, en dépassant l’opposition entre religieux et sécularisation, par la recherche de sens pour tous.

La FAPP – Fondation pour l’avenir du patrimoine parisien -, aux côtés de l’adjointe à la Maire de Paris en charge du patrimoine, a exposé le partenariat public-privé FAPP-Ville pour la sauvegarde des églises historiques de Paris, et les moyens innovants mis en place pour la recherche de mécènes.

Visite de sites :  elle se termine par Saint-Merry

C’est ainsi que pour la matinée de « study visits », la FAPP a proposé Saint-Merry, et  une soixantaine de personnes sont arrivées à Saint-Merry, après être passées à Saint-Paul Saint-Louis, puis à Saint-Gervais.
Il se trouve que l’installation mise en place pour la Nuit Blanche n’était pas encore démontée. Ainsi dès l’entrée, l’église illustrait concrètement cette tradition d’accueil et de créativité que nous voulions présenter : l’artiste, Daniel Van de Velde, était présent et en a dit quelques mots.

Challenge : une visite en anglais !

Nicolas qui se charge des visites de l’église fait une présentation générale très lumineuse de l’histoire de Saint-Merry, qui a accompagné quatre grandes époques artistiques et historiques françaises.

Au tournant du XV et XVIè siècles, une période de paix et de prospérité à Paris  – après un épisode de peste et la domination anglaise -, permet la reconstruction complète de 10 églises dont Saint-Merry, une des dernières églises parisiennes en style gothique, dont les vitraux de la nef.

T. Chasseriau. Marie l’Égyptienne. ©fc

A la mi-XVIIIIe, après un long endormissement artistique dans le patrimoine religieux, Paris connait une vague de transformation et de modernisation des décors. St Merry offre un exemple majeur de mise au goût du jour avec la construction de la chapelle de la Communion, la « baroquisation » du chœur », la création de la chaire. Mais c’est aussi le blanchiment méthodique des baies.

Le XIXè, et les conséquences du concordat, conduisent la mairie de Paris à investir lourdement dans les décors des églises parisiennes pour effacer les dégâts de la Révolution. St Merry dispose d’un décor très caractéristique de cette époque avec les chapelles peintes à fresque dans le déambulatoire (Chassériau, Lépaulle….)

Enfin, au tournant du XX et XXIè, St Merry s’ouvre à l’art contemporain sous diverses formes en voyant l’art comme la traduction des aspirations et inquiétudes des hommes de notre temps.

Il s’en suit un  tour de l’église guidé par Nicolas et traduit par une interprète – chœur, vitraux, chapelle de la Vierge, fresque de Chasseriau, nef et chaire, orgue, peintures et bas reliefs de la chapelle de communion, œuvres contemporaines…, qui met en lumière les travaux en cours, et à prévoir…

©fc

Après la remise d’un document « 4 pages » en anglais traduit par Joséphine, – autour de la vie de la communauté, de l’histoire de l’église et des travaux, de l’installation de la Nuit Blanche -, la visite se termine par un chaleureux apéritif sur place, de nombreux dialogues multilangues s’engageant avec ces visiteurs de partout : Roubaix, jeunes Québecoises passionnées, responsable suédois très intéressé par la pratique d’expositions d’art contemporain dans l’église, professeur florentin…   Un réseau qui peut se constituer et qui sera à faire vivre.

Une belle équipe de Saint-Merry pour organiser cette manifestation très réussie, malgré la perspective un peu angoissante d’accompagner une visite historique en anglais ! Mais une belle relation établie avec les responsables français et quelques membres de la FRH, dont nous avons découvert l’existence à cette occasion.

Anne René-Bazin

https://www.frh-europe.org/

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.