Veillez !

Dimanche 1er décembre 2019

PREMIÈRE LECTURE  (Is 2, 1-5) &  (Is 4, 2-6)
Le Seigneur rassemble toutes les nations
dans la paix éternelle du royaume de Dieu
« Il sera la splendeur des rescapés d’Israël »
PSAUME  (Ps 121 (122), 1-2, 3-4ab, 4cd-5, 6-7, 8-9)
Dans la joie, nous irons à la maison du Seigneur.
ÉVANGILE  (Mt 8, 5-11)
« Beaucoup viendront de l’orient et de l’occident et
prendront place au festin du royaume des Cieux »

Commentaire

Veillez pour quoi faire … Veillez pour quel inimaginable …
Veillez et tenez vous prêts :  Veillez pour aujourd’hui ou pour demain ?
Veillez et tenez vous prêts
Veillez car vous ne savez pas quel jour votre seigneur viendra.

Donc deux questions :

  • Veiller, c’est quoi ?
  • Veiller pourquoi ?

Le Petit Robert dit :

1.  Veiller, rester volontairement éveillé dans une période de sommeil
2.  surveiller, prendre soin.

Donc une première définition pourrait être : être attentif, se tenir prêt pour ne pas être pris au dépourvu. C’est curieux, quand même, que c’est dans le temps de l’Avent, de la nuit qui gagne, qu’il faille justement guetter, ne pas céder au sommeil. En tout cas, être attentif, une condition nécessaire.
Mais pas forcément suffisante. Pour Matthieu, dans l’Évangile, veiller c’est faire, travailler avec l’autre. Profiter de ce temps indifférencié entre nuit et lumière du jour pour se bousculer, sortir de sa zone de confort, et prendre soin. Avec ce quelque chose en plus qu’il faut le faire la nuit : ce n’est pas tout à fait la même chose de s’occuper d’une personne malade pendant le jour, ou durant la nuit ?
Donc veiller, ce serait aussi accepter ce risque supplémentaire d’être surpris, de céder au sommeil (et ce n’est pas faute d’avoir été prévenus, les vierges folles, les apôtres au mont des Oliviers…). Donc, veiller c’est savoir ce qu’il faut faire, le tenter, et pouvoir à tout moment glisser.

Mais, pourquoi se mettre dans ce déséquilibre avant ?
Une première raison pourrait être parce que la fin peut advenir, là tout de suite. A l’époque où ces textes sont écrits, on attend la fin du monde. Aujourd’hui, on s’angoisse du réchauffement climatique et de ses conséquences. Toujours une fin du monde possible qui nous pose question sur qui nous sommes.
Ou encore, veiller non pas dans la perspective d’un futur apocalyptique, mais pour le présent d’aujourd’hui. En s’appuyant sur notre expérience passée (toutes les fois où on s’est mordu les doigts de ne pas avoir fait) pour justement prendre soin, là, tout de suite. Veiller pour aujourd’hui parce que c’est là que ça se passe.
Ou alors, veiller parce que quelque chose me pousse : cette rencontre à la source qui me pose dans cet état d’intranquillité et, parfois m’empêche de dormir. Qui me met de temps en temps en mouvement, même pendant les heures creuses de la nuit.

Alors, serons nous des veilleurs de nuit ? Des petites veilleuses allumées ?

Valérie Lepeltier

 

Tags from the story
, ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.