Vendredi Saint

Moi, je suis né, je suis venu dans le monde pour ceci :
rendre témoignage à la vérité.
Quiconque appartient à la vérité
écoute ma voix.

Vendredi 30 mars 2018

PREMIÈRE LECTURE (Is 52, 13 – 53, 12)
« C’est à cause de nos fautes qu’il a été broyé »
PSAUME (30 (31), 2ab.6, 12, 13-14ad, 15-16, 17.25)
Ô Père, en tes mains je remets mon esprit.
DEUXIÈME LECTURE (He 4, 14-16 ; 5, 7-9)
Il apprit l’obéissance et il est devenu
pour tous ceux qui lui obéissent
la cause du salut éternel
ÉVANGILE (Jn 18, 1 – 19, 42)
Passion de notre Seigneur Jésus Christ

Introduction

Vendredi Saint, notre célébration sera sobre, lecture d’Isaïe, lecture de la Passion, prière universelle et se terminera par l’adoration de la croix et la communion, elle ménagera des temps de silence pour un retour sur nous-mêmes, pour méditer sur le sens de la souffrance, sur les drames qui font notre actualité, sur la mort, dans ces quelques heures qui nous séparent de Pâques.
Vendredi Saint, un monde s’écroule, le serviteur souffrant d’Isaïe est méprisé, rejeté. Savons nous le reconnaître dans les sans abris qui font la manche ? dans les immigrés que nous croisons dans le métro ? dans les millions de nos frères déplacés, en Syrie, en Turquie, auLiban, en Lybie, en Birmanie ?
Vendredi Saint, Jésus est mis en croix, désespère-t- il avant de mourir ? « Pourquoi m’as-tu abandonné ? » crie-t- il à Dieu, les disciples craintifs se recroquevillent au cénacle. Ne les imitons pas. Sachons élargir les murs de notre église, les limites de notre communauté à la ville qui nous entoure.
Vendredi Saint, désarroi des disciples qui voient leur maître, si libre devant les prescriptions de la Loi, victime du complot de l’église établie, arrêté, torturé, mis à mort. Un signe pourtant : le voile du temple se déchire, le lieu sacré n’est plus un lieu réservé aux initiés et interdit au monde. Bientôt Étienne, Pierre et surtout Paul vont répandre la bonne nouvelle hors du peuple élu, s’affranchir de la loi de Moïse, mais il leur faudra attendre Pâques et la Pentecôte.

Prière universelle

Pour l’humanité toute entière
Christ, sur la croix ton être tout entier nous ouvre aux quatre horizons,
Sors-nous de nos égo-centrismes, élargis nos cœurs et entends notre appel :
Pour l’Afrique et pour le Moyen-Orient écartelé, pour que tu leur donnes de tenaces et honnêtes acteurs de Paix,
Pour l’Asie et l’Océanie que ta Sagesse s’y manifeste par le soin que nous demande d’accorder à chaque vie.
Pour les Amériques pour que tu leur donnes des serviteurs de la vraie Justice au Nord comme au Sud,
Pour l’Europe pour que tu lui permettes de grandir dans son projet d’Unité, en Solidarité… et au passage pour notre pays qu’il trouve un chemin hors de la peur et du repli identitaire.
Pour les gouvernants, qu’ils mettent toutes leurs forces à construire des ponts plutôt que des murs.
Et donne à chaque humain, donne-nous Seigneur, d’être là où nous sommes des révélateurs de talents, des exhausteurs du goût de vivre ensemble, femmes, hommes, enfants attentifs les uns aux autres, attentifs à la Création. A l’aide, il y a urgence, que chacun et tous ensemble découvrions là où nous pouvons donner le meilleur de nous-même et nous y accompagner mutuellement.
Seigneur en croix, que nous recevions ton amour jusqu’au bout pour apprendre à aimer par l’engagement de notre vie.

Pour les chrétiens
Prions pour les chrétiens avec qui nous partageons l’espoir de la résurrection. Ne cherchons pas à leur imposer notre vision de la bonne nouvelle, respectons leurs choix et leur liberté et d’abord au sein de notre communauté.
Prions pour le pape pour qu’il surmonte les obstacles qu’il rencontre dans sa volonté d’introduire plus de tolérance dans l’église, dans son ambition de voir reconnu aux fidèles le discernement qui doit les guider mieux que les préceptes d’une tradition figée.
Prions pour notre nouvel archevêque qui se heurtera bientôt aux mêmes difficultés, prions pour le responsable de notre centre pastoral.
Prions pour notre communauté qui ne saurait se réduire aux participants de nos célébrations mais compte parmi ses membres tous ceux qui passent dans notre Église et y trouvent une raison de vivre à travers l’art, la musique, les rencontres, la prière.

Vendredi saint : mot d’introduction au geste

Hier nous avons regardé et déposé nos violences
Ces violences proches ou lointaines
Qui nous blessent et nous désespèrent.
Nous sommes aujourd’hui invités à les mettre sur la croix
Pour qu’elles puissent avec la croix, traverser la mort vers la vie
Nous vous proposons de nous déplacer vers le transept
En procession derrière la croix
Et de prendre au passage l’une de ces violences partagées hier
Ecrites sur un pos-it et rassemblées dans les deux paniers situés au premier rang
Chacun portera la violence d’un autre
Chacun portera la blessure de quelqu’un d’autre
Au même temps que quelques-unes de ces violences seront lues à haute voix
C’est ainsi que nous nous porterons les uns les autres
Nous serons à la fois portés et porteurs
Des blessures individuelles
Et d’une espérance commune.

Tags from the story
, ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.