Viens

Jésus obligea les disciples
à monter dans la barque
et à le précéder sur l’autre rive

Dimanche, 13 août 2017

PREMIÈRE LECTURE
« Tiens-toi sur la montagne devant le Seigneur » (1 R 19, 9a.11-13a)
PSAUME
(Ps 84 (85), 9ab-10, 11-12, 13-14)
DEUXIÈME LECTURE
« Pour les Juifs, mes frères, je souhaiterais être anathème » (Rm 9, 1-5)
ÉVANGILE
« Ordonne-moi de venir vers toi sur les eaux » (Mt 14, 22-33)

Introduction

Bonjour et bienvenue, surtout si vous venez à Saint Merry pour la première fois.
Quels images à travers les textes d’aujourd’hui – à la fois rassurantes et déroutantes :
amour et vérité ; justice et paix ; tempête – calme ; foules et solitude ; doutes et foi ;
peur- confiance… Tant d’éléments qui constituent une vie – nos vies peut-être ?

Lors de la préparation lundi soir, nous avons trouvé dans ces récits anciens,
une invitation à surmonter nos doutes, à quitter nos peurs et à rompre
avec nos anciennes habitudes pour « aller vers le large » ; mais plus encore,
un appel radical à nous changer pour devenir des hommes et des femmes nouveaux,
à la recherche d’une nouvelle manière d’être au monde ;
de vivre notre vie à la lumière de Christ,
avec Dieu comme partenaire, dans son projet de création.

Mais de quel changement sommes-nous capables ?
Quelle transformation sommes-nous prêts à assumer ?

Pour réagir à cet appel – et pour bousculer un peu nos habitudes –
nous proposons un micro libre autour de deux questions.
Elles sont imprimées sur la feuille de chant.

La première, est pour maintenant :

Pourquoi suis-je venu à la célébration à St Merry ce dimanche matin ?
Qu’est-ce qui m’amène ici et pourquoi?
Quelles sont mes attentes, mes interrogations, mes espoirs… ?

La deuxième question sera posée à la fin de la célébration.

Le micro est libre.
La parole est à vous au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit.

Joséphine DE LINDE

 

COMMENTAIRE DE L’ÉVANGILE SELON MATTHIEU (14, 22-33)

Il semble que cet évangile, qui est très connu
pour son évocation de Jésus marchant sur l’eau,
soit avant tout une métaphore des terribles adversités
que durent affronter les premières communautés chrétiennes,
dont l’apôtre Pierre était l’un des principaux fondateurs.

Et, nous pouvons y voir aussi, le reflet de nos tumultes intérieurs,
nos émotions, par exemple, nous jouent par moments de sacrés tours ;
quand on sait combien il est parfois difficile de tenir le cap,
au milieu des chaos divers, de nos vies de tous les jours.

Il n’en reste pas moins que cette évocation de Jésus, qui marche
sur les eaux, est une image riche en symboles, une image poétique,
je le ressens pour ma part, comme quelque chose qui semble
surgir du plus profond de notre inconscient.

Nous avons donc été amenés pendant la préparation de cette célébration,
à essayer de comprendre les difficultés des débuts de l’église du temps des apôtres.
Ainsi, les premiers chrétiens, étaient quasiment persuadés que c’était la fin des temps
et que Jésus allait revenir en « Gloire », mais cela n’arrivant pas,
on peut alors imaginer qu’il y a eu une grande confusion, de la peur, de l’incertitude…
C’est ce qui est évoqué dans cet évangile avec les apôtres qui partent sur la mer,
comme en éclaireurs, en découvreurs, au large ;
et qui doivent bientôt lutter contre les vents contraires, et les hautes vagues !

Cette barque qui vacille, au milieu de la mer,
représente bien cette église des premiers temps,
face à l’incertitude totale de son avenir à construire, et face à ses blessures profondes.
Au niveau individuel, aussi, nos embarcations sont parfois violemment secouées
par la tempête, mais ces épreuves peuvent nous rendre vraiment plus forts,
si nous pouvons nous mettre en mouvements. Si nous persévérons face à l’adversité,
nous pouvons transformer nos souffrances et nos échecs
et rendre nos vies plus fécondes, plus inspirées, plus créatives !

Car Dieu vient et ne nous abandonne pas.
L’église elle-même, malgré ses débuts si périlleux et sa longue histoire si compliquée,
est toujours là, même si elle est plus que jamais, fragilisée…
Cependant, l’église tout comme le monde d’aujourd’hui, sont en pleine mutation !
L’église ne doit-elle pas alors, vivre une conversion, une remise en question
de ses modes de fonctionnements, de ses façons de gérer le sacerdoce,
et surtout de son rapport au pouvoir ; elle qui est née dans le contexte de l’Empire Romain ?
«L’église doit se déposséder de plein de choses liées au culte, pour vivre une nouvelle aventure»,
nous a dit Daniel Duigou, lors de la préparation de cette célébration.

L’église, d’aujourd’hui, a, de toutes manières, plus d’un défi à relever !
Comme par exemple, le problème de la diminution du nombre de prêtres,
ou bien la place des femmes dans l’église, cette dernière question ayant certainement à voir aussi,
avec le rapport au pouvoir et la façon de l’exercer.

Mais, n’est-ce pas justement dans le renouvellement et la nouveauté,
qu’on retrouve la fraîcheur du message de Dieu, à travers toutes choses !

Et, tous, nous aussi, nous pouvons laisser entrer de la nouveauté et des instants neufs et frais,
dans nos existences ; en faisant des choses différentes et inédites,
en changeant nos habitudes de temps à autre, pour sortir des répétitions et des inerties,
même parfois, quand cela est trop difficile, petit pas après petit pas …
Afin d’être le plus possible, acteurs de nos vies.
Christiane Singer, femme écrivain, qui a témoigné de sa spiritualité,
dans ses essais et ses romans initiatiques, nous dit :
«Nous ne sommes jamais les gardiens d’un accompli, mais toujours les co-créateurs d’un devenir

Sylvie FAYE

A la fin de la célébration


« J’écoute : Que dira le Seigneur Dieu ? » disait le psaume récité au début de la célébration.
Que dites-nous maintenant après avoir entendu les paroles de ce matin.

Ont-elles travaillés en nous ?
Quels changements ressentis en moi à la fin de cette célébration ?
C’est la deuxième question.

Le micro est de nouveau libre pour recueillir vos paroles avant de nous séparer.

Joséphine DE LINDE
Tags from the story
, ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *