Virgule, etc.

Vivier expo Palais de TokyoSous ce titre, le Palais de Tokyo présente actuellement une rétrospective consacrée au créateur d’escarpins Roger Vivier. L’affiche traduit exactement le titre de l’exposition : elle montre le talon aiguille d’un escarpin en forme de virgule de résine rouge. Toute la poésie de l’affiche réside dans ce qu’il est possible ensuite d’imaginer, et que dit si bien le mot «etc » : tout à la fois le prince charmant et les songes d’alcôve, les désirs les plus secrets et les rêves les plus fous…

Créer des images, n‘est-ce pas aussi le sens même du verbe « imaginer » ainsi que le montre son étymologie ? Dans « Virgule, etc. », il y a le temps de la suspension mais aussi celui de la contemplation, le temps pour les petites et les grandes choses de la vie, comme regarder une chaussure et être amoureux. Il y a le temps pour tout ce qui tisse notre rapport au presque rien qui dit quasi tout.

« Virgule, etc. », c’est peut-être aussi ce que je me surprends à imaginer pour l’Eglise d’aujourd’hui : une beauté créatrice racontant l’amour d’un Dieu pour les hommes dans une évidence simple, un souffle créateur. À chacun d’entre nous d’inventer nos « Virgule, etc. » pour construire une Eglise de l’imagination et de la création… le pied en marche.

Sylvie Manuel-Barnay