Les expositions 2018 et au-delà

Saint-Merry 2018-2019. Présentation des expositions retenues par le Collège des arts visuels. De la nouveauté et de la force tout au long d’une programmation graduelle.

Le Collège des arts visuels a reçu une trentaine de dossiers de candidature (380 clics sur l’article de l’appel à projets V&D en 6 semaines). Compte tenu des travaux dans l’église, le nombre d’artistes retenus est limité. La programmation, désormais envisagée sur deux ans, se fait pas-à-pas avec les artistes en fonction des aspects techniques, de la disponibilité des artistes, de la cohérence des enchaînements, des évènements pastoraux, etc.

En conséquence, la présentation ci-dessous correspond à la programmation établie fin février. Le Collège a voulu mettre l’accent sur la créativité, surprendre les visiteurs par les identités visuelles et renouveler le sens d’œuvres contemporaines placées en situation d’église.

Voir et Dire relaie sur son site tous les évènements et les resitue dans une réflexion plus vaste sur l’art d’aujourd’hui. [ Abonnez-vous à sa lettre mensuelle >>>].

Rachel Marks & Djeff. « Escape » 9 février au 9 mars

Rachel Marks

Djeff et Rachel Marks associent spiritualité et regards sur notre nature dans des œuvres nimbées de poésie et de métaphores de la mort, du corps, de l’âme. Il est dommage que la troisième œuvre prévue, « Résolution 37/7 », n’ait pu être présentée dans le claustra ! Mais vous pouvez voir la vidéo sur le site.

Dominique Renson. « Visages de l’émotion » 24 mars -15 avril

Dominique Renson. La Cène

À l’occasion de Pâques, une femme peintre s’exprime dans trois séries : Christ dans la ville, Cérémonies, Passions. Elle fait référence aux chefs d’œuvres classiques et, dans un style figuratif et réaliste, peint avec force des modèles dont les visages, les corps et les poses non conventionnelles expriment les personnalités, à fleur de peau. Ses objectifs sont de rendre palpables les émotions et d’évoquer des questions humaines très contemporaines, souvent traversées par le religieux. Il y a de l’universalité dans ses formats grands et petits.

Vernissage : 27 mars

Jeanne Rimbert « Construction / Destruction » 21 avril -14 mai

Jeanne Rimbert. Construction / Destruction

Elle a un regard nourri d’architecture et se confronte à la chapelle rococo dite de Communion. Cette artiste utilise la céramique et sculpte, d’une manière hors normes, des formes symboliquement habitables ou accidentées. «  Les productions humaines rivalisent de symétrie, d’uniformité et de régularité. Mais que deviendraient nos architectures, nos cathédrales baroques ou gothiques, et nos rêves de gloire une fois livrés à eux-mêmes ?
 » écrit-elle. En interrogeant la décomposition des œuvres dans le temps, leur massivité et leur fragilité, elle scrute l’époque, mais aussi chacune et chacun. Une forme de Vanité du XXIe siècle.

Julie Legrand, « Pierre, osier et verre ». 15 mai – 15 juin

 

Julie Legrand

Plasticienne assemblant l’organique et le minéral, elle maîtrise le verre filé et exposera dans le cadre de la Nuit Sacrée. Elle regarde la nature de façon hybride, avec poésie et loin d’un discours compassé. Ses œuvres vont s’assembler au fur et à mesure de la découverte des potentialités de l’église et des contraintes de l’artiste qui est appelée dans un nombre croissant de lieux. Une découverte V&D.

Beyond / Au-delà. Juillet-Août. Exposition d’été de quatre artistes ou collectifs japonais.

Masato Tanaka. Full Moon

Des artistes de tous âges installeront dans divers lieux des objets intrigants : une sculpture où l’on entrera, une installation vidéo complexe, un tapis de bambou, etc. Une cérémonie du thé et une performance d’une des artistes exposées en 2010 à Saint-Merry seront au cœur du vernissage. Saint-Merry sera ainsi en lien avec une Biennale des environs de Kyoto. Une autre vision du monde, des rapports à la nature et du spirituel. Voir Vidéo de Tracing of a gypsophila 

Haude Bernabé. « #marenostrum ». À partir du 15 octobre

Haude Bernabé

Une exposition constituée de deux groupes d’œuvres : le premier symbolisant « l’Occident » et le second « les migrants ». Un face-à-face. Mais bien plus qu’une expo, une semaine sur cette question, des films, de la chorégraphie, etc. Un évènement interdisciplinaire pour l’automne.

En lien avec des associations et la maison des journalistes.

Nicolas Henry. « Les aventures de Supershaktiman ». A partir du 15 décembre jusqu’en janvier.

Nicolas Henry

Après ses deux interventions à Saint-Merry (Les cabanes de nos grands-parents et Africacités ), le grand photographe si familier de Saint-Merry revient de loin, l’Inde. Il est accompagné d’artistes indiens qui travaillent avec lui. Il construira une grande mise en scène baroque croisant des courants de spiritualité que l’on connaît peu. Une œuvre qui détourne aussi les grands mythes contemporains du héros.

Carole Texier. Sevilla. Orants et Crucifiés. Pâques 2019

Carole Texier.

Elle vit entre Séville et Paris, elle dessine des sujets connus avec les outils les plus classiques. Mais les œuvres sortent de l’ordinaire par leur expressivité. Une soirée autour de livres d’auteur qu’elle conçoit, en y incluant de grands poèmes spirituels, est prévue ainsi que plusieurs autres projets innovants sont en préparation autour d’elle.

Les autres expositions qui sont en préparation s’insèreront ou suivront celles-ci.

Parmi celles qui sont le plus avancées dans leur préparation :

  • Olivier Balvet, peintre
  • Julia Dantonnet, créatrice lumière
  • Daphné Le Sergent, vidéaste
  • Daniel Van Velde, sculpteur d’arbres

 

Jean Deuzèmes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *