L’appel de Noël de Kairós Palestine, organisation chrétienne née en 2009 à l’initiative du père Jamal Khader, ami du Centre pastoral Saint-Merry

Kairos Palestine[1], organisation née d’une supplique adressée en 2009 par des chrétiens de Palestine aux chrétiens du monde pour combattre l’occupation israélienne (signée notamment par le père Jamal Khader, reçu à St-Merry en janvier 2020), a lancé l’Appel de Noël 2020.

« Vouloir la paix de Dieu »
par Mgr Michel Sabbah, ex patriarche latin de Jérusalem, ex président de Pax Christi 

Pourquoi donc la paix est-elle absente alors même que chacun veut la paix ? Parce que ceux qui ont le pouvoir ne veulent pas la paix de Dieu, qui se construit sur la justice et sur l’égalité de tous les enfants de Dieu. Ils construisent leur paix sur le pouvoir et sur l’argent, et ne se préoccupent pas de la dignité de l’être humain et de son égalité avec tous ses frères et sœurs.

« La sagesse des mages »
par Yousef AlKhoury, chrétien orthodoxe né à Gaza, membre du programme « Christ au checkpoint»[2]

« Le message que Matthieu voulait nous transmettre, c’est que Dieu n’est pas seulement le Roi des Juifs d’Israël, mais aussi le Roi de toutes les nations. Nous ne pouvons enfermer Dieu dans un pays, dans un groupe ethnique, dans une tradition religieuse, ni même dans telle ou telle théologie. Les mages ont été fidèles à leur mission. En refusant de se plier à l’ordre d’Hérode, ils ont mis le faible enfant Jésus à l’abri de la brutalité de l’Empire. Les systèmes oppressifs de ce monde veulent que les gens se soumettent à leurs ordres. Ce que nous pouvons apprendre de la sagesse des mages, c’est que nous devons protéger les plus faibles et résister d’une manière créative à l’oppression de l’Empire. »

« De Bethléem au monde entier avec amour »
par le révérend Moss Ntlha, secrétaire général de l’Alliance évangélique d’Afrique du Sud 

« Comme Sud-Africain, j’ai pu voir de mes propres yeux comment, entre les mains de politiciens rusés sans foi ni loi et avec l’aide de leurs admirateurs locaux et étrangers, la Bonne Nouvelle de Notre Seigneur Jésus a été mise au service de l’apartheid… Il est tragique que celui qui visite Bethléem en 2020 ne peut échapper à l’ironie de cette situation : l’endroit même qui a été source d’espérance pour des millions de gens à travers le monde a si peu d’espérance à offrir à ceux qui y vivent aujourd’hui… Beaucoup acceptent que les Palestiniens soient maltraités sur la base de la croyance erronée que c’est Jésus lui-même qui le demande pour préparer son Retour… »

« Les bergers sont toujours là »
par Yusef Daher, secrétaire exécutif du Centre Inter-Églises de Jérusalem :

« Dans la petite ville de Beit Sahour, à l’est de Bethléem, vous trouverez encore des descendants des bergers. Ils faisaient partie des premiers disciples de Jésus, et le nom que l’on donne aujourd’hui à leurs enfants est celui de chrétiens palestiniens. Leurs ancêtres habitaient là bien longtemps avant que les gens ne connaissent Dieu, bien longtemps avant le judaïsme, le christianisme et l’islam. Ils sont toujours là… Leur sang a été mélangé avec celui d’autres ethnies, leur foi a traversé bien des évolutions et leurs combats ont fait l’objet de bien des recherches. Les bergers qui ont été témoins de la venue au monde de la Parole ont choisi de s’accrocher à leur ville et de partager le message avec le monde entier. » 

« En allumant votre bougie d’Avent »
par Mira Rizeq, membre du Forum œcuménique Palestine-Israël du Conseil Œcuménique des Églises :

« Le document Kairos-Palestine est à la fois un cri d’angoisse qui surgit du plus profond de l’obscurité et le témoignage d’une espérance que rien ne peut étouffer. Nous avons besoin de plus que de vos larmes de tristesse et de révolte, de plus que de vos discours et de vos appels. Ce dont nous avons besoin, c’est que les gens de toutes convictions qui croient en la justice “défendent le droit et la justice et libèrent le spolié du pouvoir de l’exploiteur” (Jérémie 22.3). S’engager pour la justice est une décision qui coûte. Oserons-nous relever le défi et en payer le prix, ou allons-nous capituler ? »

« Ah Si tu déchirais les cieux ! »
par le révérend Munther Isaac, pasteur de l’église luthérienne de Noël à Bethléem, doyen du Bible College de Bethléem :

« Nous aimerions tant pouvoir nous réjouir durant ce temps de Noël. Mais comment nous sentir heureux ? “Regarde et vois depuis le ciel… Ah, si tu déchirais les cieux et si tu descendais ! Où es-tu, Seigneur ? Comment peux-tu rester silencieux quand l’injustice et l’hégémonie des puissants dominent le monde ?” C’était le cri d’Esaïe en son temps. Jésus est venu pour construire un autre type de royaume, pas celui de l’empereur ou du calife ou d’un roi du temps des croisades ou d’un khédive ou d’un sultan turc. C’est un royaume pour ceux qui aiment la paix, la bonté et la justice. Un royaume dont le symbole est la croix. Pas celle des croisés mais celle du Golgotha, une croix d’amour, de sacrifice et de rédemption.
Dieu n’est ni silencieux ni distant. Oui, il a déchiré les cieux… Il est notre soutien. Il est avec nous et avec tous les disciples du Christ qui, partout dans le monde, ont compris son message. »


[1] http://www.kairos-palestine.ch/  Les témoignages ont été traduit par l’Association des Amis de Sabeel France

[2] « Christ at the checkpoint » : colloque international biannuel du Bible College de Bethléem, qui traite des réalités théologiques, sociales et politiques de la Palestine occupée. En dialogue avec les Ecritures, il cherche notamment à éclairer les protestants évangéliques tentés par le sionisme chrétien à travers la prise de conscience de l’injustice régnant en Israël/Palestine.

CatégoriesPalestine

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.