Vous souvenez-vous ? La vague de fraternité

Vague de fraternité. Une vague, c’est vivant. Elle nous emporte au-delà de notre horizon. Elle revient en laissant des traces de rivages inconnus. Elle lie les continents entre eux. Souvent imprévisible, la voici violente, elle crie, s’insurge. Elle est brisée. Plus tard discrète elle reviendra Dans la douceur de son écume, en chuchotant des mots d’ailleurs. Tout comme nous parfois !

Dimanche 7 décembre 2014, envoi de la « Vague de la Fraternité » vers le Chili au cours de la célébration à Saint Merry.

Vous souvenez-vous de l’exposition de cet été dans la chapelle de communion ? « LA VAGUE DE LA FRATERNITÉ » cet immense patchwork était né le jeudi saint en écho avec le thème du carême «La fraternité au risque des conflits». Nous avions lié nos différences en cousant nos bouts de tissus apportés de chez nous. La vague exposée s’est agrandie de façon insoupçonnée. Combien de passants, de touristes ont pris le temps de coudre leur carré et d’y laisser des messages écrits. Ils confiaient leurs secrets, leur espérance. Des appels aux hommes et à leur Dieu.FRATERNITE PARDON

La vague grossissait, prête à prendre le large, et le jour est arrivé…  Elle va partir au Chili. Il y a une quarantaine d’années des chiliens se sont exilés pour des raisons politiques. Nous les avions accueillis, ici tout un temps, dans Saint Merry devenue leur paroisse. Départ vagueAussi sommes-nous touchés que Florencia, une amie chilienne, veuille bien l’emporter et la confier à la paroisse ouvrière de Christos Joven à Osorno, sa ville natale, le temps de ses vacances.
Une visite symbolique à nos amis de là-bas dont le passage à st Merry reste bien présent. Ils nous ont envoyé un message très amical à l’occasion de l’anniversaire des quarante ans.

Une vague, c’est vivant.
Elle nous emporte au-delà de notre horizon.
Elle revient en laissant des traces de rivages inconnus.
Elle lie les continents entre eux.
Souvent imprévisible, la voici violente, elle crie, s’insurge. Elle est brisée.
Plus tard discrète elle reviendra
Dans la douceur de son écume, en chuchotant des mots d’ailleurs.
Tout comme nous parfois !

Florencia, nous te souhaitons « Bon vent » en compagnie de la Vague.
Et revenez-nous, toutes les deux, avec des mots de là-bas, mots de colère, de souffrance,
de pardon, de justice et d’amour !
Que nous puissions les entendre…

Jacqueline Casaubon

Tags from the story
, ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.