Xavier de Chalendar

Xavier de Chalendar dans la lumière de Dieu

Xavier de Chalendar, le fondateur de notre communauté, vient de nous quitter. Il marche désormais sur d’autres sentiers que ceux de la Haute-Savoie qu’il aimait tant, en compagnie de Jésus de Nazareth, le Seigneur auquel il a consacré toute sa vie. Nous reviendrons sur ses choix et son parcours. En attendant, nous republions ici l’entretien qu’il avait accordé à Blandine Ayoub, en novembre 2013, pour les débuts de notre site.

Xavier de Chalendar, le fondateur de notre communauté, vient de nous quitter. Il marche désormais sur d’autres sentiers que ceux de la Haute-Savoie qu’il aimait tant, en compagnie de Jésus de Nazareth, le Seigneur auquel il a consacré toute sa vie.

Il y a quarante ans, Mgr Marty lui confiait la mission d’une présence chrétienne à proximité du Centre Pompidou, lieu d’expression de la culture contemporaine, qu’il a introduite dans notre église. Il a mis en place la coresponsabilité prêtres/laïcs, ouvrant la route à un vrai partage de responsabilité, avec une équipe pastorale élue. Il a ouvert largement les célébrations à l’expression de nouvelles formes liturgiques dans la suite de Vatican II. Avec lui, Saint-Merry est devenu un lieu ouvert à l’étranger, accueil de réfugiés du Proche Orient et d’Amérique Latine. Il était encore présent parmi nous dimanche dernier, à la célébration marquant le départ de Jacques Mérienne et l’arrivée de Daniel Duigou.

Nous reviendrons sur ses choix et son parcours. En attendant, nous republions ici l’entretien qu’il avait accordé à Blandine Ayoub, en novembre 2013, pour les débuts de notre site.

 

Xavier de Chalendar : « Une Église toujours à inventer »

L’intuition des origines et les espoirs pour l’avenir, le rêve d’une Église ouverte aux quatre vents de l’histoire : notre Communauté est née de là.

XavierComme cela a été raconté dans divers ouvrages, articles, interviews, et comme on peut le relire aujourd’hui en partie sur le site web du CPHB, le cardinal Marty, archevêque de Paris, a donc missionné notre ami Xavier de Chalendar pour prendre en charge l’église Saint-Merry en 1975. Plus exactement, il lui a demandé d’envisager ce qu’il pourrait faire pour un ensemble de quatre vieilles paroisses du centre de Paris, Saint-Merry, Saint-Gervais, Saint-Eustache et Saint-Leu-Saint-Gilles, et c’est Xavier qui, étude menée et réflexion faite, a proposé de se cantonner à Saint-Merry, les trois autres lieux se trouvant alors d’autres vocations spécifiques. J’ai rencontré Xavier récemment pour qu’il nous redise avec son regard d’aujourd’hui ce qui l’avait alors inspiré, quelle était son intuition initiale. Dans le court concentré de son témoignage, reviennent quelques convictions fortes, comme des mots-clés, qui peuvent nous aider à comprendre ce sur quoi nous sommes bâtis, et qui sait, inspirer plus largement l’Eglise d’aujourd’hui et de demain…

Qu’avais-tu en tête, en répondant à François Marty que tu acceptais de prendre la responsabilité de Saint-Merry, tout en laissant subsister la paroisse géographique, mais en faisant « autre chose » à côté d’elle ?

• L’envie d’inventer quelque chose de différent, pour la liturgie comme pour les modes de rencontre ; l’envie de partir du désir des gens ; et l’envie d’être responsable de ce qui allait se passer. Tout était à créer, rien n’était fait d’avance, et cela a intéressé ceux qui sont venus de ne pas se contenter de répéter ce qui se faisait ailleurs.

Aujourd’hui, rétrospectivement, qu’est-ce qui te plait le plus dans ce qui s’est passé ?

• D’abord la grande diversité de ce qui s’est fait. Et le lien entre la liturgie et la politique.

Qu’est-ce qui t’interroge, à Saint-Merry ou dans les autres lieux d’Eglise que tu fréquentes ?

• Je trouve qu’on pourrait donner davantage de place à l’initiative des chrétiens de base, par rapport à l’importance prise par les équipes pastorales. Il faut toujours laisser les gens continuer à inventer, et accueillir ces inventions ; que les chrétiens ne restent pas passifs, qu’ils décident plus, qu’ils fassent des choix. Il y a une confusion détestable entre fidélité et répétition.

Si tu devais aujourd’hui te lancer dans un nouveau projet, ce serait quoi ? Ou sur quoi le fonderais-tu ?

• Il s’agit de rendre possible, d’avoir le courage et l’audace de penser qu’on peut faire bouger les choses, de faire confiance à l’avenir. La Parole peut laisser de la place à la recherche et à l’invention, on a toujours la possibilité et la place de faire du nouveau, c’est toute l’histoire de l’Eglise. Cela suppose de se laisser inspirer par les désirs, et d’accepter les différences : plaisir, diversité, liberté, car tout n’est pas déterminé à l’avance, mais cela implique aussi davantage de participation active pour tous !

Blandine Ayoub

Xavier de Chalendar en quelques dates

1923 : naissance !

1948 : ordination à Paris, vicaire puis aumônier de lycée à Neuilly ; plus tard, Supérieur du petit séminaire de Paris, et en 1967 : chargé par le cardinal Veuillot de la pastorale dans le monde scolaire et universitaire.

1971 : création du CIF, Centre pour l’Intelligence de la Foi

1974 : création de l’Arc-en-Ciel, chalet accueillant des sessions (bibliques, artistiques, et autres…) en Haute-Savoie

1975 : création du Centre Pastoral Halles Beaubourg à Saint-Merry

Et durant toutes ces années et les suivantes : Animateur de nombreux groupes d’étude et de réflexion sur la Bible, auteur d’une quarantaine d’ouvrages

Bibliographie 

Parmi une série d’ouvrages sur les textes bibliques, (dont : Tibériade ; Emmaüs ; Epitres de Paul ; Paraboles ; Nicodème ; Apprendre à lire l’Evangile ; Jean l’Evangéliste ; La bible, texte fondateur ; Versets évangéliques ; L’Evangile du Louvre ; A table avec Dieu, les repas dans la Bible…), et d’autres sur le rôle des prêtres et celui des laïcs, (dont : Responsabilités ecclésiales pour les laïcs ; Le prêtre hier, aujourd’hui et pour demain), on peut citer ceux, parmi les plus récents, disponibles en librairie :

(1995). Faire mémoire, souvenirs et réflexions d’un prêtre (Le Cerf)

(2004). Qui cherchez-vous ? Les 550 points d’interrogation des Evangiles (Le Cerf)

(2007). 100 prières inspirées de l’Évangile (Ed. Salvator)

(2007). Le temps (Ed. de l’Atelier)

(2008). Ils ont vu Jésus, 50 personnages de la Bible (Ed. Salvator)

(2009). Éclatantes Ténèbres ; le mal et le malheur dans la Bible (Ed. Salvator)

(2009). 100 prières inspirées des Psaumes (Ed. Salvator)

(2010). 30 passages difficiles de la Bible (Ed. Salvator)

3 Commentaires

  • Quel manque soudain.
    Ancienne élève du Centre pour l’Intelligence de la Foi créé par Xavier, j’ai pu reprendre là le chemin lumineux des évangiles dont je m’étais détournée. Il m’a aidé à retrouver LA source à laquelle s’abreuve mon âme.
    Ce 2 juillet, de passage à Paris, j’étais restée une partie de l’après-midi sous la voûte de Saint Merry où se sont vécus tant échanges, ardents et nourrissants ; je pensais fort à lui tant ce lieu reste habitée de sa présence libérante.
    Je me sens reliée à tous ceux qu’il a marqués ; nos pensées sont prières de grâce.
    Marie-Christine SER

  • Xavier de Chalendar: Une proposition d’intelligence de la foi à travers cette propédeutique libre et rigoureuse que fut pour moi le CIF, qui a marqué ma vie de croyant. Animateur d’aumônerie, puis accompagnateur de catéchumènes,et étudiant aujourd’hui a la Catho: c’est au Pére de Chalendar que je dois d’avoir compris la nécessité et l’efficacité de cet engagement dans le travail l’approche de la théologie. Et puis cette liberté dans l’attention à chacun, son amitié avec le P Joseph Pierron que nous avons prié ensemble à St Merry….
    . Relayons en église sa parole.Philippe.

  • père de Chalendar, plus connu sous le nom de « Zaza », vous avez été un aumônier formidable
    au lycée Pasteur à Neuilly et chez les Scouts du Groupe Saint Pierre. Vos messes de 8h30 à la chapelle basse rassemblaient chaque dimanche des hordes de jeunes, séduits bien avant Vatican II par une liturgie vivante,le plus souvent en français et par votre proclamation de la Parole et votre approche lumineuse …Vous avez marqué ( et transformé!) toute une génération qui vous est redevable de ses engagements. Et comment oublier les …déconnages de tout genre avec vous: les virées en « zazabus », les camps de ski d’Innsbrück et de Lenk, les soirées de discussion au presbytère… Un immense merci pour tout!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *