Au temps du virus

L’homme qui s’était confiné

À la manière d’un midrash ancien, ces réécritures souvent poétiques de textes bibliques, Jacqueline Casaubon nous propose une lecture contemporaine de l’histoire de Jonas, prophète récalcitrant. Où il est toujours question de barrières, mais aussi du rai de lumière qui les accompagne

L’insolence de l’Esprit

« Un bond significatif, unique dans l’histoire, vient de se produire avec toute l’insolence de l’Esprit ».
Réflexion de Marie-José Lecat-Deschamps

ÇA VA BIENTÔT FINIR…

« Tout ce qui a commencé, il faut bien que ça finisse », écrit Jean Tardieu. « La maison sous l’orage, le bateau dans le naufrage, le voyageur chez les sauvages ».
Et ajoutons le confinement de l’âge.
La chronique de Jean Verrier

Du temps au temps

« Il y a un temps pour tout… », dit l’Ecclésiaste (3, 1-15).
Comment l’avons-nous vécu ce temps de confinement dans notre communauté ?

RENDEZ-VOUS À 20 HEURES

« Depuis deux mois nous applaudissons les personnels des hôpitaux qui accueillent et soignent les victimes de l’épidémie.
La fidélité de tous et l’exactitude sont étonnantes. Nous sommes prêts dès 19 heures 59…
Pour moi c’est une action de grâce, une messe de la rue ».
La chronique de Jean Verrier

ARAGON POUR AUJOURD’HUI

« Qu’aurait chanté, qu’aurait écrit le poète s’il avait vécu avec nous, contraints par la pandémie, ces disparitions soudaines d’une caresse, une poignée de main, un baiser ? »
La chronique de Jean Verrier

NE RIEN OUBLIER

Avec le déconfinement, l’heure des premiers bilans a sonné. Beaucoup souhaiteraient le retour à une vie ordinaire. Reprendre « la vie d’avant ». 0r cela ne sera guère possible. D’autant que la prudence sera exigée avec la prolongation de l’état d’urgence sanitaire.

POUR UN RETOUR RÉSOLU AU PRINCIPE DE PRÉCAUTION

La recherche des moyens pour ne plus nous retrouver dans pareille crise sanitaire a réactivé les débats sur le fameux « principe de précaution ». Né en Allemagne dans les années 1970, son destin est emblématique d’une relégation dangereuse dans l’opinion publique, des errements du politique et de choix sanitaires irresponsables et dictés par l’économique.

QUE SONT NOS AMIS DEVENUS ?

« Que sont mes amis devenus que j’avais de si près tenus et tant aimés ?…  Ce sont amis que vent emporte et le vent devant ma porte les emporta. » La question…

PRENDRE SOIN

« Prenez soin de vous ! ». Cette petite invitation bienveillante est à la mode. Y compris dans le discours politique. Mais que traduit-elle, sinon un déplacement de l’attention et des frontières de l’éthique en temps d’épidémie ?

Ce que les spécialistes du coronavirus ne savent pas

Epidémiologistes, biologistes, virologues, infectiologues se relayent à notre chevet. Nous serions quasiment prêts à leur confier la connaissance objective de la destinée humaine. Cette croyance subsiste au milieu de la désaffection vis-à-vis de toutes les autres formes de croyance et de beaucoup de valeurs.

EDGAR MORIN, L’ORACLE BIENFAISANT

Il fallait s’attendre à ce qu’Edgar Morin soit sollicité. A 99 ans, il reste l’un de nos intellectuels les plus brillants. En quelques phrases, il aura eu vite fait de résumer la situation : nous ne sommes pas sûrs de l’origine du virus, de ses mutations, de sa dangerosité à venir ; nous ne savons pas jusqu’à quand le confinement sera nécessaire ; nous ne connaissons pas l’impact économique et politique des restrictions (Le Monde, 19-20 avril).

DÉCONFINER LA LIBERTÉ DES CULTES

Ainsi va la  « laïcité à la française ». Aux sommets de l’Etat, se manifeste désormais une intransigeance assez décomplexée vis-à-vis des cultes. Le Conseil permanent des évêques de France a pris acte « avec regret » de l’annonce du gouvernement du 28 avril.

L’AVENIR EST ENTRE NOS MAINS

L’avenir est toujours entre les mains de ceux qui veulent bien y prendre part. Telle était la réflexion du Père Pierré, l’un des derniers prêtres internés à Dachau, lors d’un témoignage, avant d’être emporté par le Covid en mars dernier.

UN SENS INEDIT DU RAMADAN

Depuis plus d’une semaine, les musulmans ont commencé le Ramadan. Dans leur livre classique sur l’Islam, Mohamed Arkoun et Louis Gardet regrettaient la quasi-absence d’une sociologie de la pratique religieuse musulmane (L’Islam, hier-demain, Buchet-Chastel, 1978) : Qui pratique ? Quelle est la hiérarchie des actes pour les fidèles ? Qu’est-ce qui s’exprime dans chacun des actes cultuels ?

DES PRISES DE CONSCIENCE HEUREUSES

Depuis plusieurs jours, « l’incertitude » est au cœur de tous les discours. Devant l’imprévisibilité de l’évolution de l’épidémie, la technoscience et la politique se trouvent contraintes d’adopter un « profil bas » La première a perdu de sa superbe. La seconde y justifie ses contorsions.

Pâques en pandémie

« Chaque jour est le premier jour de la Pâque, où Jésus s’unit aux innombrables martyrs et témoins de la vie, il se fait proche de vous et vous dit : “N’ayez pas peur” ».
Une méditation du théologien basque José Arregi

François Cheng, sur la mort autrement dit sur la vie

« En ce temps de pandémie, on dit que les personnes âgées sont particulièrement menacées, et l’on se pose alors la question de savoir à quel âge on est “vieux”. L’œil noir et vif de François Cheng, son sourire, ses courtes pauses méditatives, nous font vite oublier son âge ».
La chronique de Jean Verrier