Bible

Les slunchs de la Bible

Un « slunch », c’est un brunch du soir… Les « Slunchs de la Bible », ce ne sont donc pas des conférences, des cours, des ateliers, un enseignement, une formation… C’est un moment de partage, au cours duquel on parle et on mange. Un moment ou la parole circule, s’échange, et dont le « plat principal », c’est la Parole biblique.
À partir de mercredi 16 septembre, dans la salle blanche de Saint-Merry

Vivre des Évangiles

« Une fraternité vivante se tisse au fil des réunions, riche de nos différences irréductibles, de nos ressemblances. Une fraternité affective certes, solidaire, mais aussi spirituelle. Ne nous choisissant pas, nous apprenons à recevoir l’autre comme un frère dans le Christ. Une fraternité en devenir, vécue différemment selon chacun ».
La proposition du groupe « Vivre des Évangiles » à Saint-Merry

Une entrée dans les psaumes

Une entrée dans les psaumes

« On les chante, on les lit, on vibre avec eux, on les déteste. Au choix.
D’une qualité poétique et spirituelle, voire théologique, souvent exceptionnelles, on ne les consomme pas comme une glace quelconque au mois d’août ».
Les psaumes sont au centre du nouvel atelier animé par le bibliste Jesús Asurmendi à Saint-Merry

Le Christ juif

On ne peut pas comprendre le nouveau testament en oubliant qu’il est ancré dans la pensée et la tradition juives, même dans ce qui paraît éminemment chrétien.
Voilà la thèse que le rabbin orthodoxe américain Daniel Boyarin expose dans son dernier livre publié en France et que Christian Manuel analyse dans cet article.

La modernité des paraboles

La modernité des paraboles

Jésus prend du recul en montant dans une barque pour s’adresser à la foule. Une barque qui, sous la plume de Mathieu, peut signifier l’Église naissante qui enseigne et qui rencontre ses premiers échecs. Aujourd’hui, à nous aussi de prendre du recul pour décoder ce passage de l’Évangile, et son style.

L’universalité du don de Dieu

L’universalité du don de Dieu

Lire et méditer l’Écriture comme le scribe de l’Évangile (Matthieu 13, 52), « qui tire de son trésor du neuf et du vieux ».
C’est à cet exercice que nous convie Christian Manuel avec cette méditation sur la femme syro-phénicienne qui tombe aux pieds de Jésus