Chroniques

Épidémies… toujours

« L’ampleur épidémique de la fièvre Ebola en Afrique ne cesse d’apporter des informations alarmistes depuis le début de l’été.
Cette nouvelle pandémie nous rappelle notre propre passé »
La chronique d’Alain Cabantous

« A las cinco de la tarde »

« Être pour, être contre les corridas ? Pour moi la question ne se pose pas en ces termes, mais il y a bien des questions, il n’y a même que des questions ».
Le journal de Jean Verrier

Quand le Bon Dieu s’énerve (et moi aussi)

Quand le Bon Dieu s’énerve (et moi aussi)

« Deux articles récents dans la presse m’ont fait tiquer, une fois de plus, sur l’importance du sens – de ce qu’on fait, de ce qu’on croit juste… ».
La chronique de Blandine Ayoub

Pour sortir des sentiers battus

Si l’été peut s’inviter dans un chemin littoral, de montagne ou de campagne, dans lequel il est heureux de poser le pied et de frôler les hautes herbes, le retour…

« Ils sont fous, ces Arlésiens ! »

« Pendant ces derniers jours du Festival Arelate, on croise de plus en plus de Romains et de Romaines de tous âges dans les rues d’Arles…»
Le journal de Jean Verrier

À l’heure du péplum

Arles est redevenue, pour une semaine, « Arelate », la ville romaine ainsi nommée par César. Un camp militaire est dressé à La Verrerie, des gladiateurs se battent dans le kiosque à musique…
Le journal de Jean Verrier

Le Christ juif

On ne peut pas comprendre le nouveau testament en oubliant qu’il est ancré dans la pensée et la tradition juives, même dans ce qui paraît éminemment chrétien.
Voilà la thèse que le rabbin orthodoxe américain Daniel Boyarin expose dans son dernier livre publié en France et que Christian Manuel analyse dans cet article.

Vincent, Manon, Jacqueline et les autres

« Van Gogh est partout à Arles et il n’est nulle part ».
Mais il n’y a pas que Vincent. Manon, Jacqueline et les autres ont aussi leur place dans le journal de Jean Verrier

Les dons d’en haut. Et d’en bas

« Tout don parfait vient d’en haut », lit-on sur la façade de l’hôtel du Roure, à Arles. Mais qu’en est-il de ceux d’en bas ?
Dans le sixième volet de son livre de bord, Jean Verrier nous fait partager ses rencontres et ses découvertes, beauté de la nature et plaisirs intellectuels

La danse des jours

« Au Jardin d’été, ce samedi, après le marché, danses indiennes, africaines, hip-hop, flamenco… »
Jean Verrier nous guide sur les routes de Provence.
Quatrième chapitre de son journal émerveillé

L’art du partage et le bruit des cigales

Une ancienne boucherie reconvertie en salle d’exposition.
Concerts et débats. C’est la semaine des « Suds ».
Dans le troisième volet de son journal, Jean Verrier nous fait partager le feu d’artifice de ces journées

La modernité des paraboles

La modernité des paraboles

Jésus prend du recul en montant dans une barque pour s’adresser à la foule. Une barque qui, sous la plume de Mathieu, peut signifier l’Église naissante qui enseigne et qui rencontre ses premiers échecs. Aujourd’hui, à nous aussi de prendre du recul pour décoder ce passage de l’Évangile, et son style.

La folle nuit de la Roquette

« En plus de quarante lieux chacun offre photos, peintures, musique.
Fanfares, orchestres africain ou brésilien, le balafon et la kora succèdent au tuba et au trombone à coulisse ».
Jean Verrier nous propose le deuxième volet de son journal

Pouvoir biblique?

Qui l’aurait cru? Un petit texte du livre biblique des Juges (9, 7-15) à l’honneur dans la Chronique d’Annie Kahn ( Echo & entreprise, Le Monde 1/7/2014) Pouvoir Biblique Etre…

Itinéraire d’un premier communiant

A l’ombre de la Tour Saint-Jacques, enfant, il habitait 11 rue Saint-Martin. C’est en juin 1911 qu’il faisait sa première communion à Saint-Merry. Il avait nom Robert Desnos ! Un poète…

Rencontres des jours ensoleillés

Pages de journal, esquisses, portraits, l’émerveillement des petits riens.
Au fil des jours, Jean Verrier nous propose son livre de bord.
Notre feuilleton de l’été

Saint-Merry avec mur peint

Cris ou chuchotements dominicaux

« Avez-vous remarqué la joyeuse indiscipline qui règne le dimanche après la communion ?
Pourtant, ne croyons pas que le silence respectueux et hiératique fut toujours de mise dans nos églises… »
La chronique d’Alain Cabantous

 C’est nous les chanoines…

Ils ne récitent pas les prières des heures, ils ne portent ni barrette, ni surplis en dentelle, ni aumusse fourrée de petit vair, ils n’utilisent plus les miséricordes… ceux d’entre…