D

DIMANCHE 22 JANVIER – Jean-François BOUVERY, piano 🗓 🗺

DIMANCHE 22 JANVIER 2017
16H00
ENTRÉE LIBRE

PROGRAMME

Haydn
Sonate en mi B maj (Hob XVI n°49)
1/ Allegro
2/ Adagio e cantabile
3 / Finale – Tempo di Minuet

Chopin
Sélection de Préludes (1-2-3-6-7-8-10-11-12-13-14-16-17-18-21-23-24)

ENTRACTE

Albeniz
Eritana (extraite d’Iberia)

Debussy
Reflets dans l’eau et Mouvement
(Livre 1 d’Images)

Casadesus
Toccata

BIOGRAPHIE

 
Après être passé par le Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris,  Jean-François Bouvery s’oriente vers les concours internationaux. Il obtient plusieurs prix (Casadesus, Magin, C.Kahn…) et se fait souvent remarquer (Vercelli, Prétoria, Chopin à Varsovie). Dès lors, commence sa carrière en France et à l’étranger. Il joue Salle Gaveau, Salle Pleyel à Paris, sous la direction de Michel Plasson à Toulouse, Youri Bashmet avec les solistes de Moscou, Amine Kouider avec l’orchestre d’Alger, Philippe Bender avec l’orchestre de Cannes, …
Il se perfectionne auprès de grands maîtres français, polonais et russes : A.PLANES, M.MAGIN, V.SACCHAROV, M.MOGUILEVSKI, etc. lui prodiguent un enseignement de très haut niveau
Il est invité à se produire dans de nombreux festivals comme les Flâneries Musicales de Reims, Les Eyzies, Nohant, Lourmarin, Brignoles, Rencontres Casadesus de Lille… Ses tournées en Pologne, Roumanie, Algérie , Turquie sont un grand succès.
Très vite, le besoin de rencontrer d’autres musiciens de grand talent se fait sentir ainsi que l’envie d’explorer les richesses de l’instrument. Il forme plusieurs ensembles avec les violoncellistes Jean-Marie Gamard et Agnès Vesterman, la violoniste Sylvie Dupont, avec les Quatuors Renoir et Tbilissi. Il forme un trio lyrique avec Jean-Pierre Tazé (contre-ténor) et Cerise Chevallier (mezzo-soprano) dans un spectacle avec mise en scène. Il crée le trio « Orphée » avec Sylvie Dupont, violon et Vincent Daguet, violoncelle. Le duo deux pianos avec Bernard Job apporte une vision orchestrale du piano à travers le répertoire des transcriptions. Sa présence régulière avec la Chorale Honegger de Blois, les choeurs de Château-Renault, Châteaudun ou celui de Vierzon lui permet d’aborder des partitions de grande ampleur au piano. (Carmen, Carmina Burana, Messes de schubert, La Belle Hélène…)
Il a enregistré 6 CD dont l'intégrale pour piano de R.Casadesus (codaex). Le Voyage Imaginaire a obtenu le « Diapason découverte » dans la revue Diapason.
La chaine Mezzo lui consacre régulièrement une retransmission télévisée dans ses séquences classique-jazz à partir du concert filmé à l’Espace Cardin lors du lancement discographique.
Par la profondeur authentique de son talent, Jean-François BOUVERY figure sans aucun doute parmi les pianistes les plus remarquables de sa génération.
Liens internet :
http://jfbouvery.free.fr/blog/
http://www.opusmillesime.com/home.html

DISCOGRAPHIE

– CHOPIN : Sonate n°3 – RAVEL : Gaspard de la nuit
– GRIEG  : Concerto pour piano avec l’orchestre Opus 13
– BEETHOVEN : Symphonies n° 5 et 7 . Transcriptions à quatre mains (BOUVERY-PALOYAN)
– CASADESUS : 4 sonates et Variations (Codaex)
– CASADESUS : Voyage imaginaire op. 1 (Codaex) a obtenu le Diapason découverte
– DEBUSSY : Prélude à l’après-midi d’un faune, Nocturnes, Ibéria, la Mer : transcriptions pour 2 pianos, (BOUVERY- JOB)
– RACHMANINOV : Danses symphoniques, Fantaisies-Tableaux pour 2 pianos et morceaux de salon pour piano à 4 mains sont visibles sur Youtube. (Bouvery-Job)
Lien vidéo des Danses symphoniques :https://www.youtube.com/watch?v=7nwgQKYePmQ

CE QU’ILS PENSENT

Le Figaro
C’est un pianiste solide qui maîtrise bien sa technique et qui se montre à la hauteur des difficultés digitales qu’il rencontre. (…) Jean-François Bouvery s’y est montré excellent de brio et de panache…
Pierre Petit
14/02/94
(récital Salle Gaveau)
La Nouvelle République du Centre-Ouest
Jean-François Bouvery est certainement en passe de devenir l’un des pianistes français les plus russes dans l’âme parmi la génération montante. Son interprétation de la deuxième Sonate de Rachmaninov est en effet saisissante de véracité et de lyrisme quasi slave. Jusqu’au bout, Jean-François conserve la sérénité propre aux grands.
Aline Duvernoy
18/08/94
Var Matin – Nice Matin
Jean-François Bouvery fut éblouissant dans le concerto n°1 de Chopin. Avec des traits inspirés, il passe du rêve à la suavité et la vélocité des deux mains ne se départit jamais de la pureté de la ligne mélodique.
Maurice Sadoul 29/05/03
Nice Matin
On entendit sous les doigts du pianiste Jean-François Bouvery une interprétation… idéale du 1 er Concerto de Chopin – une interprétation digne des meilleurs solistes internationaux !
André Peyregne
04/06/03
Nice Matin
Ouvrir son récital par un monument du piano, la 21è Sonate de Schubert, donnait immédiatement la mesure de la profondeur de son talent d’interprète, de sa technique à toute épreuve, de la variété de son toucher.(…) Terminer par l’œuvre d’un géant du clavier, c’était célébrer en Rachmaninov l’un des «dieux» de J.-F. Bouvery. Une interprétation de la Sonate n°2 proche de la perfection : courbes idéales, noblesse du timbre, finesse alliée à la virtuosité et par-dessus tout, une puissance contrôlée.
AuroreBusser
07/07/03
Une intégrale des sonates pour piano de Robert Casadesus nous avait déjà permis de souligner l’adéquation entre le jeu élégant mais sobre de Jean-françois Bouvery et l’écriture à la fois chatoyante et pudique du compositeur. Ce jeune pianiste en épouse habilement les contours, parfois redoutables, s’attachant d’abord à en traduire la substance «sensible», suivant en cela les préceptes de R. Casadesus interprète : la technique doit toujours s’effacer devant la musicalité.
Ce CD à reçu le Diapason découverte 2006
François Laurent
01/02/05 et 01/07/06
Classica
Jean-François Bouvery avait déjà réalisé un précédent volume de pièces pour piano. Il semble mettre ses pas dans ceux de Casadesus lui-même. Netteté du dessin, clarté du timbre et souci de la qualité du son, fluidité, absence totale de maniérismes, n’étaient-ce pas là les qualités de Robert Casadesus lorsqu’il interprétait Mozart, Debussy ou Ravel ?
Jacques Bonnaure
09/06
Nice Matin
Le piano du remarquable Jean-François Bouvery y fit merveille, on suivit fascinés le jeu irrésistible du virtuose dans les croisements de mains de la « Suite » de Rameau, dans la diabolique et sarcastique « Danse Macabre » de Saint-Saëns, qui emportait tout sur son passage. On rêva un moment aux « Images » solennelles ou miroitantes de Debussy pour s’éblouir de l’étincelante « Toccata » de Robert Casadesus.
AuroreBusser
17/09/12

CategoriesNon classé
Planifié Concerts passés
76 rue de la Verrerie, 75004 paris Carte