D

DIMANCHE 6 JUIN 2021 – Paolo VIGNAROLI, flûte / Marika LOMBARDI, hautbois / Valérie GUEROULT, clarinette / Franco VENTURINI, piano 🗓 🗺

DIMANCHE 6 JUIN 2021
16h
ENTRÉE LIBRE

SAINT-SAËNS ET L’EXOTISME DANS L’IMAGINAIRE MUSICAL FRANÇAIS

PROGRAMME

Camille Saint-Saëns
Caprice sur des airs danois et russes, Op. 79 (1887)
pour flûte, hautbois, clarinette et piano

Lucien Durosoir
Nocturnes (1949) pour piano

Camille Saint-Saëns
Les cloches du soir (1889) pour piano

Claude Debussy
Images – Deuxième série (1907) pour piano
1. Cloches à travers les feuilles

Camille Saint-Saëns
Six études, Op. 111 (1892) pour piano
4. Les cloches de Las Palmas

Lucien Durosoir
Incantation bouddhique (1946)
pour cor anglais et piano

Camille Saint-Saëns
Sonate, Op. 167 (1921)
pour clarinette et piano
I. Allegretto
II.Allegro animato
III. Lento
IV. Molto Allegro

Lucien Durosoir
Berceuse (1934)
pour flûte et piano

Camille Saint-Saëns
Odelette, Op. 162 (1920)
pour flûte et orchestre
[version pour flûte et piano par l’auteur]

Sonate, Op. 166 (1921)
pour hautbois et piano
I. Andantino
II. Ad libitum. Allegretto. Ad libitum
III. Molto Allegro

       Danse macabre, Op. 40 (1874)
pour violon et orchestre
[transcription pour flûte, hautbois, clarinette et piano par Franco Venturini]

Saint-Saëns et l’exotisme dans l’imaginaire musical français

Le répertoire de ce programme est centré sur l’esthétique de Camille Saint-Saëns, dans différentes périodes de sa créativité. À son côté figure Lucien Durosoir, violoniste virtuose qui, lors de son activité en tant qu’interprète, se voua à diffuser la musique française des compositeurs de son époque en dehors de la France, parmi lesquels surtout Saint-Saëns, avant de se consacrer à son tour à la composition.

Le programme est assez varié par rapport au genre et au caractère des œuvres, avec des références exotiques, aspect assez récurrent dans la musique tardo-romantique et du début du XXe siècle : à partir des airs danois et russes du Caprice Op. 79, jusqu’aux sons des cloches entendues aux Îles Canaries ou à l’état de suspension de la méditation pratiquée dans le bouddhisme.
Dans la majorité des cas, il s’agit d’une fascination pour des aspects particuliers d’autres cultures plutôt imaginés au moyen de peintures, de la littérature ou de stimuli offerts par les expositions universelles, ainsi qu’expérimentés de façon directe. Dans ce programme, seule l’étude de Saint-Saëns Les cloches de Las Palmas est certainement fondé sur du vécu, car le compositeur a effectivement passé une période de sa vie aux Canaries.

Parmi ces Charakterstücke, une parenthèse symboliste autour de l’image sonore de la cloche réunit des pièces ouvertement inspirées de ces sonorités porteuses de significations diverses. Il s’agit des Cloches du soir, brève pièce à l’écriture sobre et subtile qui, avec l’étude déjà mentionnée, encadre Cloches à travers les feuilles, extrait des Images de Claude Debussy.

En passant par les Sonates au langage classique et épuré de la dernière phase créative de Saint-Saëns, ce parcours s’achève par une transcription d’une pièce qui, avec une ironie qui frôle le grotesque, représente une sorte de leitmotiv dans l’esthétique du romantisme. Il s’agit de la très célèbre Danse macabre, originairement pour violon et orchestre (composée à partir d’une mélodie pour chant et piano du compositeur lui-même), où l’on reconnaît à un certain endroit aussi une icône que les compositeurs romantiques ont souvent associée à l’idée de la « mort » : le thème de la sequentia grégorienne Dies irae, ici dépouillée de sa gravité dans un léger et frivole mouvement de valse.

Franco Venturini

CategoriesNon classé
Planifié Concerts passés
76 rue de la Verrerie - 75004 Paris Carte